0

Après un excitant exercice 2014-2015, la Serie A continue de se reconstruire et de gagner en intérêt saison après saison. De ce fait, cette nouvelle saison a tout pour être LA saison référence et ainsi confirmer la montée en puissance de la Serie A sur ces 3 dernières années. Loin des stéréotypes répétés en boucle par les grands médias Français « championnat déséquilibré, ennuyeux, sans intérêt », la Série A est en passe de devenir le championnat le plus excitant à suivre.

Une nouvelle ère

Ces dernières années, Serie A rimait avec Juventus. En effet, la Juventus semblait être la seule chose intéréssante à suivre dans un championnat devenu moribond, très loin de celui qu’il était à la fin du dernier millénaire. Aucun suspense, aucune équipe au niveau pour lutter, aucune équipe capable d’exploit en coupe d’Europe, en bref, rien de bien folichon à se mettre sous la dent si ce n’est un triplé historique de l’Inter sous Mourinho. 

Le constat est implacable : le Calcio ne ressemble plus à grand chose. Cependant les clubs de Série A travaillent dans l’ombre, essayent de se reconstruire pour retrouver un niveau convenable. Malgré des soucis d’infrastructures criants, des moyens plus ou moins importants, les clubs ont su reconstruire des effectifs des plus interéssants. Que ce soit la Fiorentina, la Roma, le Napoli, la Juventus ou la Lazio voire même Palerme ou la Sampdoria, tous ont su recruter des joueurs venant de divers horizons et surtout appris à élargir leur champ de recrutement. Grazie  Edouardo Macia, Franco Baldini, Beppe Marrotta, Igil Taré et la cellule de recrutement de Palerme. La Serie A est en train de redevenir compétitive. 

Le parcours des clubs Italiens en coupe d’Europe le prouve : La Juventus n’est pas la seule à avoir fait un parcours remarquable. N’oublions pas la Fiorentina, le Napoli et le Torino de Beppe Ventura en Europa Ligue qui a su faire un parcours admirable malgré les départ de Cerci et Immobile. Outre les résultats encourageants et les rafraichissantes recrues, l’un des faits marquant est le changement de mentalité de la part des entraineurs. Fini le catenaccio ! Ils ont pour la plupart une véritable envie de faire du jeu bien que les principes de jeu soient différent selon les coachs. La Serie A possède surement la culture tactique la plus riche en Europe, chaque équipe possède une particularité différente, son identité, et cela risque d’être encore plus criant lors de la saison à venir. Que ce soit Mihajlovic, Pioli, Sarri, Sousa, Gasperini, Allegri, où même Iachinni à Palerme, Ventura ou Di Francesco, tous ont des principes de jeu très clairs et propres à eux. Chaque amateur de football prendra un plaisir fou à décortiquer le jeu prôné par Paulo Sousa à la Fio basé sur la possession, le redoublement de passes et des phases de jeu lancées par l’excellent Luigi Seppe, à analyser le pressing permanent du Napoli de Sarri, ou bien encore ma Lazio de Pioli alliant possession et contre-attaque. Enfin bref vous avez bien compris, la Serie A aujourd’hui c’est une multitude de football qui vaudront le coup d’oeil. Tous les championnats n’ont pas la chance d’avoir autant de bons entraineurs (qui a dit la Ligue 1?) la Serie A en profite.

Foto LaPresse - Daniele Badolato 23/05/2015 Torino ( Italia) Sport Calcio Juventus - Napoli Campionato di Calcio Serie A TIM 2014 2015 - Stadio "Juventus Stadium" Nella foto: la premiazione Photo LaPresse - Daniele Badolato 23 May 2015 Turin ( Italy) Sport Soccer Juventus - Napoli Italian Football Championship League A TIM 2014 2015 - "Juventus Stadium" Stadium  In the pic: victory ceremony
Foto LaPresse – Daniele Badolato

Overdose de bomber

Cet été, la Serie A a enfin fait parlé d’elle positivement sur le marché des transferts. Tevez, El Sharaawy, Vidal, Pirlo ont certes quitté le championnat, mais on a eu droit en échange à l’arrivée de très bons joueurs étrangers. On avait tendance à dire que la Série A était devenu la poubelle des grands d’Europe. Et pour cause… Elle récupérait des Maicon, Lucio, Essien, Balotelli, Robinho, Sneijder, Ibra ou Nigel De Jong, alors certes le constat diffère selon les joueurs mais la réalité est qu’hormis De Jong, aucun club n’a regretté les départs des joueurs cités, bien au contraire. Entre flop et fin de carrière en queue de poisson, ces joueurs ont été le reflet des galères connues par l’Italie lors des 5 dernières années. Soit le joueur était ou devenait nul et s’en allait par la petite porte, soit le club finissait par le lâcher, ne pouvant plus assumer son salaire. Mais cette époque semble révolue. La Serie A a notamment enregistré les arrivées de Mandzukic, Bacca, Dzeko, Luiz Adriano, Jovetic, rien que ça. Bien que Dzeko et Jovetic n’étaient pas titulaire à City, ils restaient très coté sur le marché. La Roma et l’Inter ont su les faire signer. De plus, que le Milan arrive à faire signer Bacca après 2 années sublimes sous le maillot Sévillan, ajouté à l’arrivée de Luiz Adriano est une preuve que la Série A plait toujours. L’argent est de retour en Italie et ça se ressent. Sans oublier que la Serie A a pu conserver  Higuain, Icardi, Dybala, Berardi, Zaza, Morata, tout en prolongeant le plaisir de voir jouer Toni, Klose, Di Natale et vous avez bonne douzaine d’attaquant de qualité. N’oublions pas non plus les valeurs surs que sont Djordjevic, Denis et le merveilleux Beppe Rossi qui comme Abou Diaby, se doit de rattraper son retard pour aller à l’Euro. Avec autant de joueurs offensifs de qualité, on peut envisager des très belles choses pour le championnat cette saison.

Mais quoi?

Mon avis

Avec son recrutement et son nouvel entraineur, l’AC Milan endosse le rôle de candidat sérieux aux places qualificatives pour la Ligue des champions. Mais affirmer que le Milan terminera 2ème serait beaucoup trop présomptueux. Cependant il y a clairement une carte à jouer pour le Diavolo. La Juve sera elle, dans une phase de transition avec les nombreux changements estivaux. Un temps d’adaptation sera obligatoire et nécessaire pour que les Dybala, Manduzkic, Zaza s’intègrent au collectif juventino, que Rugani trouve sa place dans la hiérarchie ou que Asamoah retrouve ses sensations au milieu de terrain. On peut alors espérer que Pogba et son numéro 10 tienne la Juventus durant cette période de battements. La Juve reste favorite bien entendu, mais attention, derrière ça risque de pousser fort. En attirant de très bons joueurs confirmés, la Roma est attendue au tournant : si cette saison, elle ne gagne pas de trophée, la Roma américaine risque d’être clairement remise en cause par le peuple Giallorosso. Hormis ceux-là, la Lazio de Pioli et l’Inter de Mancini ne doivent pas être sous-estimés. Surtout la Lazio. Mais celle-ci jouera  une grande partie de sa saison face à Leverkusen. Le dénouement de la double confrontation aura un rôle primordial sur la suite de la saison des Biancocelesti. Il s’agira d’une des équipes à suivre, tant elle possède des joueurs frissons incroyables. Hormis Felipe Anderson et Candreva, il faudra peut être s’attendre à voir Baldé Keita et le nouveau venu, Ricardo Kishna exploser à leur tour. N’oublions pas le Napoli de Sarri qui sera aussi l’une des grandes attractions de cette nouvelle saison. Sarri est vu en Italie comme l’entraineur avec les principes de jeu les plus fascinants, on peut faire un parallèle avec Zeman, tout en ayant une manière plus raisonnée de faire jouer son équipe. Après, est-ce que cela peut fonctionner avec des Mertens, Callejon, Higuain qui ne sont pas des grands adeptes des pressing à haute intensité? A voir. Pareil du coté de Florence avec la Fio de Paulo Sousa qui dans la continuité du travail de Montella, se base sur la possession, avec encore plus de phases de jeu sur des petits périmètres. On peut surtout espérer pour elle que Beppe Rossi finisse capocanoniere, pour son bien, celui de la Squaddra et celui du football mondial car on oublie pas qu’il aurait pu signer au grand FC Barcelone après sa triste blessure en 2011. Par contre, gros doute sur la saison des 2 clubs de Gênes qui risquent de retrouver la galère après une très belle saison, pareil pour Palerme qui a perdu Dybala et qui n’est remplacé que par Belotti et le dénommé Matheus Cassini. Une situation qui n’est pas sans rappeller la saison post-départ Pastore au PSG.

En tout cas, une chose est bien sure, tout semble réuni pour que l’on vive une saison 2015-2016 fabuleuse, et ainsi faire taire les plus sceptiques concernant ce grand championnat qu’est le Calcio.