0

L’AS Monaco est éliminée de la Ligue des Champions. Une souffrance qui devrait en amener d’autres. La semaine la plus longue de l’année commence. Supporters monégasques, courage !

Avec seulement 23% de chance de qualification, Monaco devait offrir un visage ultra séduisant pour espérer de voir les phases de poule. Le contraire fut malheureusement réalité. Une entame catastrophique ponctuée par un sauvetage de Subasic suivi d’un golazo de Negredo sur une quatrième offrande défensive. Quatre erreurs en deux matches c’est beaucoup trop pour espérer quoi que ce soit dans le football. Eliminé par la fébrilité de son arrière garde, Monaco doit regarder avec regret son passé proche en coupe européenne.

Deux buts presque salvateurs qui vinrent sur coup de pieds arrêtés. Le match aller avait été plus prolifique en occasions pour les monégasques. Face à des blocs regroupés,  les rouges et blancs sont sans armes. Incapables de faire des attaques placées, ou encore d’enflammer le match, les monégasques ont attendu des exploits individuels pour réagir. Martial, Bernardo et surtout Lemar ont été capables de maintenir l’illusion pendant plus d’une mi-temps. Hyperactif lors de son entrée, l’ancien caennais a su se transcender, se mettre à la hauteur de l’évènement, et peu importe si une cheville valencienne devait y passer. Un contraste flagrant avec les autres jeunes de l’équipe, qui furent peut être tétanisés par l’évènement. Pasalic et Cavaleiro n’ont pas été Charlie, avec un match aux antipodes des valeurs de la République. Les rues de Marseille ou de Naples sont surement les meilleures images pour illustrer leurs matchs. Du déchet, du déchet et encore du déchet. Une double confrontation catastrophique pour les deux joueurs, qui n’auront apporté aucune plus-value sur le terrain. Ivan le Terrible n’a fait aucune différence, n’a créé aucun décalage, et a réussi grâce à la sorcellerie marocaine (Dirar on te voit) à transformer tous ces ballons joués en balles perdues. Quant à Pasalic, il a été tout simplement le meilleur relanceur du Ché.

Des regrets? Monaco peut encore une fois en avoir car finalement, la qualification s’est jouée à un petit but.  Mais le club n’a jamais donné l’impression ;sur la double confrontation; d’être au niveau LDC :  il est  temps de se remettre en question. Le côté droit fut le théâtre d’un massacre footballistique. Fabinho et Dirar ont été indigestes. Le brésilien est coutumier du fait. Bon ou mauvais, il ne connait pas d’entre deux. Ce soir, il fut horrible, et acteur majeur de l’élimination. Le confrère de Marquinhos quant à lui confirme son niveau de jeu sous Jardim : un repli défensif exceptionnel, une efficacité offensive désastreuse. Trop insuffisant pour un club ambitieux. Et avec aucune alternative sérieuse, Dirar devrait continuer a exprimer sa magnifique VMA sur les pelouses de France et de Navarre. Outre la droite molle, Monaco cherche toujours un match référence, ou du moins correct. L’année dernière, le club avait attendu quelques mois avant d’offrir des prestations sereines. Quid de cette saison avec les départs qui se profilent ?

Abdennour, Kurzawa et Moutinho pourraient effectivement quitter le club dans les jours qui viennent. Le mercato très animé de Monaco risque de donner un dernier coup d’éclat. Chaque départ devrait conditionner une arrivée. Une chose est sure, les rumeurs de transferts vont défiler. Monaco se retrouve plus que jamais fragilisé, bien que la qualification ne fut pas prévu dans les comptes financiers. Le tout a quelques jour de recevoir Paris. L’ASM a beaucoup à gagner ou à perdre cette semaine. Les nerfs des supporters seront mis à rude épreuve. Encore une fois, le mois d’aout est agité. Nikoumouk  aussi le mois d’août !