0

« Quelle est la meilleure Liga du monde ? La Liga española ! ». Lisez cette phrase en hurlant. Avec la voix de Fred Hermel. Malgré quelques errements dans ses propos, difficile d’être en désaccord avec le journaliste de RMC sur ce coup. Depuis plusieurs saisons, la Liga marche sur l’Europe et ce malgré un championnat très relevé. Non, la Liga n’est pas qu’une compétition entre Barcelone et Madrid. Oui, la Liga va continuer à s’acharner sur les deux compétitions européennes. On vous raconte ce à quoi il faut s’attendre au niveau continental, pour les clubs de la péninsule.

Ligue des Champions
Real Madrid.
Groupe A : Paris Saint-Germain – Real Madrid – Shakhtar Donetsk – Malmö
Après une saison blanche comme le maillot domicile, Carlo Ancelotti prend la porte tout en voyant le gros et sympathique Rafael Benitez prendre sa place. C’est sans doute l’arrivée la plus importante de ce mercato, les autres étant principalement des back-ups intéressants (Casilla, Kovacic, L.Vasquez et Cheryshev) excepté Danilo qui, avant sa récente blessure, partait favori en tant que titulaire au poste d’arrière droit.
Premier match mitigé puis 2 très grosses victoire , l’équipe de Rafa semble se mettre en place peu à peu. Les madrilènes ont montré qu’ils étaient capable d’infliger de lourdes défaites à leur adversaires à l’image de l’énorme quintuplé de CR7 face à l’Espanyol. Gros point noir pour gâcher un peu la fête : la blessure de James Rodriguez durant la trêve, qui en aura pour un bon mois avant de reprendre la compétition. On se rend alors compte que rien, mais alors vraiment rien n’empêchera le coach de nous servir ces prochains matchs à la sauce « Bale en 10 », lui qui y tient vraiment. A voir si ca s’avère être une tactique payante pour atteindre l’objectif de cette saison à savoir une Liga au minimum, une LDC, ou bien les deux … Ou la Copa pour éviter une deuxième saison blanche consécutive.
Le prono de la rédaction : 99% de chance de se qualifier
Ce qui va vraiment se passer: L’ultimo diez gallois nous livrera une excellente prestation face au Shaktar avec 2 passes et 1 but. Benitez fera alors le forcing pour donner le numéro 10 à Gareth,créant un choc à l’échelle européenne. Rafa est limogé sur le champ et son salaire est reversé aux nouveaux réfugiés.

12033275_1609922365899162_348941988_n

Atletico Madrid.
Groupe C : Benfica – Atlético Madrid – Galatasaray – Astana
Deux victoires probantes pour commencer en Liga, puis une défaite face à l’ogre barcelonais, un recrutement intelligent et la patte Simeone toujours présente. L’été des Colchoneros a tout d’une réussite en vue de ce nouvel exercice européen. Malgré les départs de certains cadres tels Arda, Mario Suarez, Miranda ou Raúl Garcia, les pensionnaires du Calderon auront leur mot à dire dans cette édition 2015-2016 de la Ligue des Champions. Les arrivées enregistrées sur les bords du Manzanares laissent en effet présager de beaux jours. Jackson Martinez, Vietto, Savic ou encore Carrasco débarquent à Madrid. Un mercato placé sous le signe de paris osés donc, auquel il faut ajouter un retour symbolique : celui de Filipe Luis à la maison, après son exode à Stamford Bridge. La prolongation de l’idole Godin, les progrés constants de Grizzi et les coups d’éclats d’El Niño Torres sont autant de motifs d’espoirs pour les Matelassiers. Sans parler du spectre du Cholo, qui plane sur Calderon depuis 2011.
Avec un groupe plus qu’abordable, les Rouge et Blanc devraient pouvoir s’assurer une qualif’ tranquille, tout en lorgnant sur une Liga inaccessible pour eux l’an dernier. Attention cependant au choc post-traumatique lors de cette phase de poule. Revenir à l’Estádio da Luz pour affronter Benfica risquerait de leur rappeler une certaine 93ème minute. Alors, a por la primera ?
Le prono de la rédaction : 98% de chances de se qualifier.
Ce qui va vraiment se passer : Orpheline d’Arda Turan et son ardaturanismo, la ville de Madrid se prend d’amour pour Griezmann. Sa coiffure, plus propice à la Bundesliga change de nom. La Berlinoise et morte, vive la Madrilène.

FC Séville.
Le prono de la rédaction : 35% de chances de se qualifier.
Groupe D : Juventus – Manchester City – FC Séville – Borussia Mönchengladbach
Cette saison s’annonçait comme celle du changement de dimension pour le FC Séville. Mais ça, c’était avant le tirage au sort de cette Ligue des Champions. Dans un des groupes les plus relevés de la compétition, les Andalous auront fort à faire pour se hisser jusqu’en huitièmes de finale. Le finaliste de la dernière édition, et des Citizens qui aimeraient bien, pour une fois, faire bonne figure en C1 se dressent face à eux, sans oublier le Borussia Mönchengladbach.
Cependant, avec un mercato digne de tes plus grandes parties de Football Manager mené par le désormais légendaire Monchi (pas celui du Calvados, attention), les Rouge et Blanc sont armés. Quelques départs pour renflouer les caisses (Bacca pour 30M à Milan, Vidal pour 17M au Barça), et ainsi envisager un recrutement costaud. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la méthode Monchi a une fois de plus été mise à contribution. Avec seulement 28,7 millions d’euros dépensés durant l’été, on a fait dans l’efficace sur les bords du Guadalquivir. Faire la liste de toutes les arrivées à Sanchez Pizjuán serait trop long. On peut néanmoins signaler quelques gros coups comme l’arrivée Konoplyanka, Krohn-Dehli, ou encore Llorente pour la modique somme de 0€. Les arrivées des Brésiliens Mariano et Kakuta sont également de jolis paris. Une façon de recruter qui devrait faire réfléchir leur futur adversaire, Manchester City, capable de balancer près de 70millions sur Raheem Sterling, soit plus de deux fois le budget transfert des Sévillans. Du coup, impossible de ne pas se languir d’avance de cette double confrontation entre deux clubs si différents. Un affrontement qui pourrait bien être décisif pour obtenir une place au tour suivant. A la rédaction, on est tenté de dire qu’une victoire de Séville face à City, ce serait un peu une victoire du football, pas vous ?
Le prono de la rédaction : 35% de chances de se qualifier.
Ce qui va vraiment se passer : La relation Kakuta-Gameiro prend une dimension colossale lors du match à l’Etihad Stadium où l’ancien Rayista offre trois passes décisives à son compère d’attaque. 3-0, l’idylle se poursuit jusqu’en demi-finale. Puis à l’euro, où les deux hommes effectuent tous les matchs jusqu’à la finale. #Gameiro2016 #Kakuta2016

12020302_1609902805901118_1994325612_o

FC Barcelone.
Groupe E : FC Barcelone – Bayer Leverkusen – AS Roma – BATE Borisov
Une fois de plus, le Barça entame une Ligue des Champions comme LE grand favori de la compétition. Champions d’Europe en titre, les Catalans vont tenter, comme leurs meilleurs ennemis madrilènes l’an dernier, de réussir un doublé historique. Côté mercato, pas grand chose à signaler, du moins pour cette fin d’année 2015. Les deux recrues ne pourront en effet intégrer officiellement l’effectif qu’au 1er janvier prochain. Arda Turan, transfuge des Colchoneros et Aleix Vidal de Seville ont donc tout leur temps pour s’imaginer en Blaugrana. Avec un groupe largement à leur portée, la qualif’ ne devrait pas poser trop de problèmes. De quoi se consacrer quasi-pleinement à la Liga. Pour retenter le sextuplé qui leur a échappé cette saison ? Nul doute que cela doit occuper une place de choix dans l’esprit de Luis Enrique.
Le prono de la rédaction : 99,99% de chances de se qualifier.
Ce qui va vraiment se passer : Après les élections en Espagne, la Catalogne prend son indépendance. La saison suivante, le Barça ne bénéficie donc que d’un indice UEFA médiocre. Il est éliminé face à l’Astra Giurgiu lors du 1er tour préliminaire d’Europa League. La chute d’un géant.

12022096_1609928989231833_66849179_o

Valence CF.
Groupe H : Zenit – Valence – Olympique Lyonnais – Gent
Si les Lyonnais se sont estimés heureux de leur tirage, nul besoin de se demander ce qu’ont pu en penser les Valenciens. Comptant le Zenit et l’OL comme principaux concurrents, le Valence CF apparaît comme l’épouvantail de ce groupe H. Avec un mercato dépensier, le club s’est renforcé pour bien figurer dans cette édition. Le départ de Nicolás Otamendi a été compensé par l’arrivée du monégasque Abdennour, pas rancunier après l’élimination en tour préliminaire. Rodrigo, en provenance de Benfica arrive également pour 30millions d’euros. A signaler également, le transfert définitif de Negredo, après une saison concluante sur la côte méditerranéenne l’année passée. En conservant les pépites Gaya, André Gomes ainsi que Paco Alcácer devant, et en y ajoutant un Santi Mina tout feu tout flammes l’an dernier à Vigo, la puissance de frappe du club à la chauve-souris est impressionnante. Suffisant pour faire face à l’école des champions ?
Le prono de la rédaction : 80% de chances de se qualifier.
Ce qui va vraiment se passer : Suite à une perte de flow immense dûe au départ d’Otamendi vers la Premier League, le public déserte Mestalla. Dans un stade presque vide lors du dernier match de poule, Alexandre Lacazette inscrit un triplé sur trois pénalties concédés par des défenseurs aux abois. Valence est éliminé de la Ligue des Champions.

Europa League
Villareal.
Groupe E : Villarreal – Viktoria Plzen – Rapid Vienne – Dinamo Minsk
Un club qui va chercher Cédric Bakambu à Bursaspor, forcément, ça force l’admiration. Surtout si c’est pour le faire jouer à côté de Soldado. Alors oui, Villareal a perdu Vietto, Giovanni ou Uche, qui jouaient souvent devant la saison passée. Mais le Sous-Marin jaune a su se renforcer. Le parisien Areola prend place dans les buts, Soldado en pointe avec Leo Baptistao, dynamiteur de quelques défenses la saison dernière sous les couleurs du Rayo. Sans oublier l’immense Bakambu, déjà auteur d’un doublé contre l’Espanyol.
Cap à l’Est donc, pour les Jaunes qui sont les favoris de cette poule. On voit mal comment la première place pourrait leur échapper, malgré quelques déplacements périlleux à prévoir en République Tchèque ou en Biélorussie. De toutes façons, un sous-marin, ça ne coule pas.
Le prono de la rédaction : 80% de chances de se qualifier
Ce qui va vraiment se passer : Le 13 décembre 2015, Cédric Bakambu réussit un contrôle contre le Real. Dans la rivalité naissante avec les Madrilènes, Manchester United y voit une occasion de faire un coup de maître. Les Red Devils posent 85 millions d’euros sur le Français. Stupeur au Madrigal.

12025771_1609902502567815_993145333_o

Athletic Bilbao.
Groupe L : Athletic Bilbao – AZ Alkmaar – Augsburg – Partizan Belgrade
Mesdames et messieurs, voici la seule équipe ayant réussi à battre le Barça en double confrontation depuis plus d’un an. Il fallait être fou, ou basque pour y parvenir. Les Leones regroupent les deux caractéristiques. Et comme s’ils n’étaient pas déjà assez locos, ils ont décidé de recruter Raúl Garcia, un des symboles de la méthode Cholo à Madrid. Né à Pampelune, l’ancien Colchonero a sa place à l’Athletic. Le mercato du club est en effet limité par sa politique : ne faire jouer que des Basques. Du coup, on pioche dans le centre de formation, dans les clubs alentours et dans le dictionnaire. Comment dit-on attaquer en basque ? Eraso. Du coup, c’est Javi Eraso qui s’engage chez les Rouge et Blanc, en provenance de Leganés. Et pour la peine, il plante un doublé et qualifie son équipe pour le tour suivant en Europa League. D’ores et déjà un bel apport offensif, quand on sait qu’Aritz Aduriz, auteur d’un triplé contre le Barça, est un des meilleurs attaquants de Liga. La bande à Laporte devra conserver l’état d’esprit entrevu contre les Catalans pour obtenir une qualif’ qui semble à leur portée. Gare, cependant, à quelques voyages dangereux en terres serbes ou néerlandaises.
Le prono de la rédaction : 75% de chances de se qualifier
Ce qui va vraiment se passer : Aritz Aduriz, meilleur buteur espagnol de Liga l’an dernier, s’offre une deuxième jeunesse à 34ans. Son rajeunissement se poursuit, et lui permet d’emmener l’Athletic en finale de C3. Désigné président du Pays Basque dans la foulée, il déclare la guerre à l’Espagne et obtient l’indépendance. Aupa Euskal Herria.

12032493_1609905122567553_1088952970_n