0

Julian Weigl est bavarois, originaire de Bad Aibling à une soixantaine de kilomètres au sud de Munich pour être plus précis. Formé au TSV 1860 Munchen à l’instar des frères Bender, Kevin Volland ou encore Peniel Mlapa et Moritz Leitner, il s’est pourtant retrouvé au Borussia Dortmund, club duquel il en est la plus grande promesse. De plus il fait lui aussi parti de la génération 95 dont Ultimo Diez vous avait déjà parlé.  Son nom ne vous dit probablement pas grand chose, pour l’instant….

1180230372-julian-weigl-yO47LTlf4a7

De la réserve au brassard de capitaine

Arrivé à Munich en 2010, Julian Weigl réalise toute sa formation dans le club en 2.Bundesliga où il intègre l’équipe première au cours de la saison 2013/2014 face à Ingolstadt. Durant cette première année il joue 14 matchs en étant placé derrière l’attaquant dans un 4411. Dès lors il montre de nombreuses qualités : grosse vision du jeu, technique supérieure à la moyenne, bonne conservation de balle, ainsi qu’une certaine maturité malgré les mauvaises performances de son équipe.

Sa deuxième saison débute sous de très bonnes auspices : Julian est désigné capitaine et devient ainsi le plus jeune de l’histoire du club, à tout juste 18 ans. Malheureusement à la suite d’un problème extra-sportif, il est contraint d’aller jouer pour la réserve avec quatre de ses coéquipiers. Après cet épisode mais aussi le changement récurrent des entraîneurs, les mauvais résultats et le passage en 433 où il est placé en 8, Julian Weigl déçoit jusqu’à finir sur le banc lorsque Torsten Fröhling eut pris l’équipe en main. Cependant le Borussia Dortmund, qui le surveillait depuis un moment a fini par mettre le grappin sur lui pour un montant avoisinnant les 2.5 millions d’euro. Et on peut dire que c’était une bonne idée…

Explosion dans une équipe en fusion

Les Schwarzgelben ont déjà joué 9 matchs cette saison pour un bilan éclatant de 9 victoires, et Julian Weigl a été titulaire lors de 77 rencontres (dont les 4 journées de Bundesliga). Bien que Sven Bender et Gonzalo Castro soient disponibles, le nouveau coach du BVB : Thomas Tuchel, prend la décision de  titulariser le jeune joueur suite à sa bonne préparation. Choix surprenant dû à son manque d’expérience au haut niveau où les attentes sont diamétralement opposées à celles demandées en seconde division. Malgré tout, le bavarois va démontrer que son coach a eu raison de lui faire confiance. D’ailleurs le jeune homme ne réalise toujours pas ce qui lui arrive : « C’est comme dans un rêve, ça ne semble toujours pas réel. Je voulais venir ici, à Dortmund, et montrer ce que je peux faire, et voir à quelle distance je suis du haut ici. Initialement je voulais jouer quelques minutes pour gagner de l’expérience. J’apprécie chaque minute lorsque je suis sur le terrain et j’espère qu’il y aura plus de matchs d’Europa League cette saison« .

Le jeune numéro 33 attire de nombreux regards avec ces performances dès ses premiers pas en Bundesliga. Placé devant la défense dans un 4231 (évoluant souvent 4141 au cours du match), la réussite est au rendez-vous.

line up

Face au Borussia Mönchengladbach puis lors des 3 matchs suivants (Ingolstadt, le Hertha Berlin & Hannover) Julian Weigl fait l’étalage de ses qualités. Il redistribue la balle, bloque les offensives adverses, mais il participe aussi la construction des actions de son équipe en combinant fréquemment avec Gündogan, Kagawa permettant d’offrir un bon nombre d’occasions. Sa conservation de balle lui donne aussi la possibilité de se sortir des duels aisément malgré un physique un peu frêle. Sa vision de jeu lui permette de faire ses passes dans le bon tempo la plupart du temps, mais surtout d’en louper très peu (93%  de passes réussies). Ses statistiques sont tout bonnement impressionnantes, il parvient même à surpasser un certain Xabi Alonso de 3%.

opta laurin @ maps
(via @OptaLaurin)
weigl maps vs BMG.png-large
(vs Gladbach via Squawka)
weigl maps vs HSC
(vs Hertha Berlin via Squawka)
defensive squawka
(actions défensives via Squawka)

Avec les deux cartes on voit très clairement que le jeu de Weigl penche fortement sur côté gauche ce qui entraîne plusieurs combinaisons avec Schmelzer. Ce dernier est d’ailleurs à la source de plusieurs buts du BVB cette saison grâce à ses centres. On voit également qu’il se positionne haut sur le terrain en raison des montées fréquentes de Mats Hummels  donnant la possibilité au jeune joueur d’être plus « libre ».

Finir par s’imposer ou flancher ?

 Mahmoud+Dahoud+Julian+Weigl+Borussia+Moenchengladbach+mpuwppbD_c2l

Un début de saison aussi attrayant nous amène à voir des comparaisons extrêmement osées avec un certain Sergio Busquets. Et si l’on observe un peu les deux joueurs on s’aperçoit que ce n’est pas totalement stupide (bien que trop tôt pour tirer des conclusions pareilles), dans ses passes, sa conservation de balle ou sa manière de s’en sortir lors des duels.

Mais restons calme au sujet de Julian car à seulement 20 ans et sans avoir encore rencontré une équipe avec un milieu de terrain dense et une attaque détonante nous pouvons avoir encore quelques réserves, la pression, la Concurrence™ des autres milieux et bien entendu l’enchaînement des matchs pourraient le déstabiliser (même si on ne lui souhaite pas).

Quoi qu’il en soit si le jeune espoir allemand poursuit sur cette voie au fil des matchs et surtout des saisons il sera promis à un bel avenir avec le BVB et la Nationalmannschaft.

Maintenant nous n’avons plus qu’à espérer que la réussite soit avec lui pour lui offrir une grande et belle carrière. Julian le mérite. On espère aussi que le Westfalenstadion sera sa maison pendant longtemps, pour avoir une autre belle histoire entre ce grand club qu’est le Borussia Dortmund et un joueur. En attendant je peux vous conseiller de le regarder évoluer sur un terrain et ça dès ce soir ou dimanche face aux hommes de Roger Schmidt. Comme ça vous aurez la chance de voir l’un des meilleurs football d’Europe actuellement et surtout la meilleure équipe d’Europe.