0

Il aurait lui aussi mérité de faire partie de notre article « Génération 94. » partie 1. Un oubli de notre part vite puni par le jeune portugais qui nous a éclaboussés de sa classe lors du précédent exercice 2014/2015. Sous sa moustache et son mètre 73, se cache un footballeur hors pair et un joueur pour qui l’on aime ce sport qu’est le football. Bernardo Silva est aujourd’hui l’un des plus grands talents de la nation portugaise, portrait de « Messizinho » (Surnom attribué à Bernardo par Fernando Chalana).

Benfica l’usine à former… pour les autres

1291260-27818031-1600-900 (1)

Le petit gaucher formé à Benfica est considéré par beaucoup comme le digne successeur de l’illustre Rui Costa. Dans les sélections de jeunes il régale et impressionne. : sa conduite de balle, ses dribbles, sa vision du jeu et sa qualité de passe font de lui l’un des joueurs incontournables de la future génération portugaise. À Benfica il évolue avec la réserve, remporte même le titre de meilleur joueur de seconde division avec le Benfica B en 2013-2014. Autre preuve du talent du bonhomme, le célèbre Jorge Mendes décide de l’enrôler et devient donc son agent.

Avec l’équipe première de Benfica c’est plus compliqué, il ne disputera que trois matches en tout et pour tout sous les couleurs du club benfiquiste. Triste pour lui, le grand supporter de Benfica depuis son plus jeune âge qui n’hésitait pas à aller voir les matchs du club dans les tribunes lors de sa dernière saison et faisait même les déplacements avec les supporters. Lui, le grand fan de Rui Costa, devra donc briller loin de ses terres pour faire parler de lui.

C’est donc à Monaco sous forme de prêt tout d’abord puis d’achat définitif pour la modique somme de 15 millions d’euros (somme qui a fait jaser en France) qu’il fera étalage de tout son talent.

Comment est ce possible qu’un joueur aussi talentueux, aussi doué puisse ne pas avoir sa chance dans son club formateur ? Une politique du club qui agace certains supporters du club qui aimeraient voir leurs jeunes talents éclore chez eux. Surtout que depuis un certain temps, de plus en plus de bons jeunes joueurs sont formés du coté de Benfica (Bernardo mais aussi André Gomes, Ivan Cavaleiro, Cancelo, Guedes ou encore Rony Lopes pré-formé à Benfica). Le club a même réussi à atteindre la finale de la Youth League (Ligue des champions U19) en 2013, battu par le grand Barcelone.

Sur la saison 2014-2015 pas moins de 11 joueurs étaient en prêt comme Ivan Cavaleiro (devenu monégasque lui aussi).

À la conquête du rocher

Bernardo-Silva

Bernardo Silva est formé au poste de meneur de jeu à Benfica mais à Monaco c’est à droite qu’il jouera le plus souvent. Grâce à sa vista, sa lucidité, son aisance technique et sa vision de jeu il réussira parfaitement à s’adapter au 4-3-3 de Leo Jardim. Bernardo permet au coach lusitanien de disposer d’un joueur d’un autre registre dans les couloirs. En effet les autres joueurs de couloirs n’étaient autres que Carrasco, Ocampos ou encore Nabil Dirar. Bernardo se différencie de ceux-ci par son intelligence de jeu et son efficacité dans le jeu.

Sa première saison en Ligue 1 sous les couleurs monégasques est une franche réussite. Le jeune portugais s’impose et gagne sa place de titulaire grâce à des prestations plus que convaincantes (32 matchs titulaires). Il termine la saison avec un total de 9 buts et 3 passes décisives en Ligue 1 et est co-meilleur buteur du club monégasque avec Anthony Martial.

En sélection il décroche sa première cape avec les A contre le Cap Vert, mais c’est avec les U21 qu’il va briller. Lors de l’Euro U21, Bernardo marche littéralement sur la compétition, dans la lignée de son excellente saison il écœure ses adversaires dans une équipe où il est le leader technique. C’est sans surprise qu’il figurera dans l’équipe type de la compétition même si son compatriote William Carvalho lui vola la vedette et le prix de meilleur joueur du tournoi.

Tous les observateurs ont été bluffés par le portugais. Raymond Domenech déclarait ainsi à son sujet :

« Il donne l’impression d’être plus âgé que les autres. Il voit, donne, passe, court juste. Il est tout simplement au-dessus. »

La saison 2015-2016 sera donc la saison de la confirmation pour le jeune Bernardo Silva. Il devra faire encore mieux que la saison passée pour confirmer tous les espoirs placés en lui. Confirmer et assumer le nouveau statut que ses prestations lui ont réservé. D’effet de surprise il n’y aura plus, il est désormais connu et est l’un des redoutables atouts de l’AS Monaco. Berbatov parti, c’est naturellement que Bernardo Silva endosse le numéro 10.

Le jeune portugais semble promis à un avenir radieux et ce n’est pas son entraineur qui dira le contraire :

« Il progresse beaucoup. Silva est technique et a une grande qualité de décision. Il deviendra un grand milieu offensif»

Espérons pour lui que le coach ne se trompe pas et qu’il deviendra un très grand joueur. Sa saison 2015-2016 a eu du mal à se lancer à cause d’une blessure contractée lors de l’Euro U21. Une préparation tronquée qui ne lui aura pas permis d’être à 100% de ses moyens en ce début de saison. Mais rassurons-nous, il retrouvera vite un excellent niveau.