0

Loin de l’excitation médiatique autour de l’Inter et la Juventus, la Roma fait son petit bonhomme de chemin sans faire trop de bruit. Troisièmes de Série A derrière les Mancini Boy et la surprenante Fiorentina mais derniers de leur poule de Ligue des Champions, les Romains font un début de saison comme on a l’habitude de voir avec le club de la capitale, entre mauvaises surprises et réactions de champion. Ce soir, les coéquipiers de Daniele De Rossi vont affronter le Bayer Levekusen à l’Olimpico avant de défier le rival Laziale dimanche. Cette semaine est déjà un virage important pour la Roma : confirmation qu’elle est en passe de devenir une grande équipe ou bien qu’elle reste une équipe de seconde zone ?

 Garcia, l’heure de vérité

12208151_945716172142886_918439509_n

Depuis le rachat de la Roma par les Américains, jamais elle n’a donné l’impression d’être aussi forte. Postes doublés, joueurs de grande qualité, gros investissement sur le marché des transferts, la Roma semble plus équilibré que jamais mais il y a une part d’interrogation et elle se nomme Rudi Garcia. Qu’on se le dise, Garcia n’a jamais été la priorité du club mais a rapidement réussi à se mettre les Romanisti dans la poche. Déclarations pleines de culot contre la Juventus, prétentions assumées et invincibilité durant les Derby ont conquis les Tifosi. Un tempérament assumé que le natif de Nemours a toujours su mettre en avant. Lorsque Sabatini le contacte et lui affirme « Je t’appelle mais j’ai pas l’intention de te prendre, t’es mon troisième choix mais essaye de me convaincre », l’ancien coach du Losc ne se dégonfle pas et explique au directeur sportif en quoi il serait le meilleur choix. Ni une, ni deux, Sabatini est convaincu par le Français, ce dernier le remercie à sa manière en conférence de presse « l’important n’est pas d’être le premier choix mais d’être choisi au final ». Une série de 10 victoires d’affilée à son arrivée, victoire lors du derby et une deuxième place de Série A conquise font changer totalement l’opinion des Italiens. Il n’est plus Rudi Il Francese mais devient Roudi Il Romanista. Après une première saison réussie, la deuxième ne fut pas du même acabit. Série de matchs nuls, désillusions en LDC puis en Europa League, défaite contre la Juventus, rien de bien folichon pour les Tifosi. Et les premiers doutes sur le Français commencent à apparaître. Limité tactiquement, il n’arrive pas à utiliser tout le potentiel de ses joueurs, un mercato pas du tout convainquant, une gestion catastrophique des hommes (Destro et Ljajic en particulier) font que Garcia est remis en cause au point que des rumeurs d’un départ en Février ou en fin de saison commencent à apparaître. La fin de saison sera gérée avec un minimum de sérieux mais le Mister est toujours dans l’œil du cyclone. On doute qu’il soit le coach qui fera passer un cap à la Roma. Cette saison sera celle du dénouement final clairement, on attend forcément un titre pour la Roma en fin de saison et un bon parcours en LDC. Si aucun objectif n’est rempli, on pourrait penser que l’aventure Romaine du Chef Rudi se terminera en fin de saison. En attendant, il doit faire des miracles, et ça passera par les deux matchs qui arrivent.

Maintenant ou jamais

12208053_945716168809553_562406765_n

Historiquement, la Roma a toujours été vue comme étant une équipe complètement folle.  Capable d’être géniale puis inconstante d’une saison à l’autre, la Roma fait partie de la catégorie de ces équipes frissons. Dorénavant, elle se doit de passer un cap et devenir une top équipe pour enfin aller au bout du projet des repreneurs Américains. Saison charnière, et surtout semaine primordiale avec la réception du Bayer puis le derby. La Louve reçoit le Bayer, 11 ans après leur dernière confrontation en Ligue Des Champions qui s’était soldé sur un 1-1. Le club de la capitale n’a jamais passé de cap au niveau Européen depuis, malgré un 1/4 de finale de LDC en 2007. En cas de désillusion face au Bayer, la qualification pour les phases finales de la Ligues des Champions risque d’être fortement compromise. Une élimination aussi prématurée risque d’être très mal vue du coté de Trigoria. La Roma n’aura pas le temps de cogiter car dimanche elle doit préparer le derby. Depuis 2 ans, la Lazio ne voit pas le jour face à son éternel rival mais on sait tous que chaque derby est différent. La Roma peut aussi bien l’emporter 1-0 comme elle peut perdre 0-3 grâce à un triplé de Matri. La Roma doit se rattraper après la défaite au Giuseppe Meazza face à l’Inter. Les joueurs, plus que jamais, auront à coeur de remporter les 2 matchs pour lancer de manière définitive leur saison. C’est le meilleur moyen pour les joueurs de faire taire les critiques dont le club est victime de la part de tout les Tifosi d’Italie. Cette Roma n’est pas vue comme une top équipe européenne malgré des joueurs de grande qualités et des millions investis. On peut espérer mieux d’une équipe qui voulait devenir « l’équipe référence sur le continent Américain en 2020 et devenir une top équipe au niveau Mondial ». Rome ne s’est pas faite en un jour certes, mais les bases étaient déjà solide, aujourd’hui les bases sont encore extrêmement fragile et peuvent s’effondrer à tout moment.