0

Quand je dois parler d’un Clasico qui m’a marqué, je réfléchis. Je trie mes souvenirs et je me demande quel match je vais choisir. Je sais que vous vous dites “il est pas original il va choisir celui du 07 octobre 2012 où il y a eu 2-2”. Et bien non, je vais surprendre beaucoup de monde mais j’ai choisi celui de “La Manita”… et oui personne ne s’y attendait à celle là!

Plus sérieusement, comment ne pas parler de cette merveille quand, en tant que fan du Barça, nous devons choisir UN seul match contre les merengues. Le temps d’une soirée, le temps d’une rencontre nos 11 joueurs nous ont offert les 90minutes (et quelques minutes de bonheur en supplément) qui se rapprochaient le plus de la perfection dans ce sport. Les fanatiques s’enflammeront encore plus, et difficile de les contredire sur ce coup.

Je m’en souviens encore, ce jour là ma carte “Al Jazeera Sport” ne marchait pas, j’ai dû chercher un lien en streaming quelques minutes avant le match, et j’étais un peu énervé. Mais si je savais ce qui allait se passer après, je l’aurais fait avec plaisir. Bref, passons. Mon lien Sopcast russe (et en HD!) est prêt, le spectacle peut commencer.

Le coup d’envoi est donné, et on sent directement que les madrilènes sont nerveux. Longs dégagements, corners concédés… Et c’est là que la magie commence. Sur un corner dès les premières minutes de jeu, Lionel Messi est à deux doigts de marquer le but de l’année avec un petit enroulé subtil qui s’écrase sur le poteau gauche. De mon côté mon lien HD est beaucoup trop ambitieux pour mon petit PC à 420mo de RAM (ne me jugez pas), et n’arrête pas de se couper. J’en cherche un autre en vitesse, et il se lance pile au moment d’une longue, très longue conservation de balle. Tout le monde touche le ballon, même Valdes.

Les petites passes se multiplient, le Real a failli récuperer le ballon mais les déplacements du Barça ce soir là sont militaires. On a l’impression de voir une “passe à 10”, puis d’un coup Busquets casse une ligne, Xavi trouve le décalage avec Messi, Iniesta s’empare du cuir, avance avec et le transmet à Xavi dans la surface qui fait un mouvement de numéro 9. La finition l’est aussi, Casillas est lobé et les ennuis ne font que commencer pour lui. 1-0 pour le Barça via une action qui représente parfaitement la philosophie du club et de son entraîneur ce soir là.

Le deuxième but est fait avec la même préparation : encore une longue conservation de balle et encore un Real qui ne peut pas faire deux passes à cause du pressing monstre qu’il y a en face. Messi crée encore le décalage, emmène tout un bloc merengue sur sa droite, du pain béni pour nos catalans qui renversent le jeu, David Villa est trouvé côté gauche et adresse un centre à Pedro, qui en renard des surfaces, conclut cette action en une touche. 2-0 pour le FC Barcelone et j’essaye d’enlever une pub qui veut m’agrandir mon pénis pour visionner le ralenti. De toute façon mon club me le fait naturellement ce soir là.

Après le deuxième but, les joueurs sont en mode gestion et se contentent de faire des petits toros improvisés, et du tiki-taka. Et cela énerve beaucoup l’adversaire qui devient de plus en plus nerveux au fil des minutes. Et c’est compréhensible. La mi-temps est sifflée, et pour patienter je participe au petit “chat” juste à côté du lecteur streaming, on s’occupe comme on peut. Les joueurs refont leurs apparitions sur la pelouse, je continuerai mon débat “Cristiano Ronaldo vs Messi” avec HalaMadridFoolek94 plus tard.

Madrid revient des vestiaires avec d’autres intentions, le pressing est haut, le bloc-équipe aussi. Et Barcelone n’attend pas 50 ans pour en profiter, Messi trouve parfaitement El Guaje qui fait un appel dans le dos des défenseurs pour crucifier Casillas d’une grosse frappe du pied droit. 3-0. Et le quatrième apparait de la même manière, Mourinho et ses joueurs veulent absolument marquer pour l’honneur mais donner autant d’espace à ce Barça là est pire que suicidaire.

Le cuir est récupéré et arrive rapidement dans les pieds de Léo. Une passe laser grandiose pour (encore) Villa et le score s’aggrave. Scène rare au Camp Nou, le stade est en folie, et il y a de quoi. Le rival est humilié. Mais le pire arrive, et pourtant il y a 4-0.

Oui, le pire. Et cette fois je ne vais même pas commenter le but étant donné que le passeur est Bojan, et le buteur Jeffren. Mais c’est le but qui nous a permis et qui nous permet encore aujourd’hui de parler de Manita, d’agiter notre main en mimant le chiffre 5.

Mais le score est presque dérisoire, ce Clasico a marqué les esprits pour le jeu produit, le bonheur offert à nous, supporters. Voir son équipe jouer ce football, contre son ennemi, devant son public c’est… je ne trouve même pas l’adjectif. Et je le souhaite à chaque fan de football (à part contre nous, bien entendu). J’aurais bien pu choisir le 6-2 aussi mais même ce match est à des années lumières de ce qu’on a pu vivre le 29 novembre 2010.

Les notes :

Valdes 5/10 : Personne n’était mieux placé que lui pour regarder le match.

Alves 5/10 : Latéral ou milieu de terrain?

Puyol 5/10 : N’a pas eu grand chose à faire, juste un petit manque de concentration sur la claque de Ramos, l’esquive était possible !

Piqué 5/10 : La seule activité physique de la soirée pour lui aura été de lever les bras en faisant le signe de la Manita.

Abidal 5/10 : A bien rempli son rôle de vigile.

Busquets, Xavi, Iniesta 5/10 : Un ami qui a son père qui travaille aux Renseignements m’a dit que ce soir là ils ont raté une passe. Faites tourner!

Messi 5/10 : 5 buts pour son équipe et pas capable d’en marquer un, c’est ça le meilleur joueur du monde ?

David Villa 5/10 : Avec se dégaine de professeur à “Un Dos Tres”, il a fait danser les défenseurs madrilènes toute la soirée avec ses déplacements incessants.

Pedro 5/10 : Grand match de notre petit marocain.

@Bilelaffelay