0

« Papa je veux faire du football. »

Quelle idée de merde que t’avais à l’époque n’empêche. Tu t’es regardé ? T’as 13 ans, tu fais 1m49 et tu pèses 73kilos et tu veux taper le cuir ? Pourquoi pas après tout. Ce que tu ne savais pas à cette époque c’est que t’allais plus te ridiculiser qu’autre chose. C’est la première fois que tes parents te voient déterminé à faire du sport, toi le seul sport que tu savais faire c’était faire tes devoirs et encore t’avais du mal. Et dire que t’as fait ça pour impressionner les meufs, sauf que la seule meuf que t’as impressionné au final c’était ton père. C’est la première fois qu’il voyait un mec se faire remplacer aussi vite pendant les matches.

Tu connaissais tes points faibles et tes points forts. Tu savais que t’avais moins d’endurance que Pierre Ménès et que Mertesacker semblait être une fusée à tes côtés. Mais t’avais du ballon, et comme t’es gros on s’attend pas à ce que tu sortes une roulette, enfin une roulente parce que le temps que tu pivotes sur toi-même ton adversaire il t’avait déjà chipé le ballon. T’économisais au maximum ton énergie sur le terrain, parce que tu savais qu’une accélération de ta part, c’était la crise d’asthme. Ton placement sur le terrain était alors très calculé, t’étais placé là où il fallait faire le moins d’effort possible lorsque tu recevras le ballon. Et ton jeu de passe, mon dieu, quel délice, on a rarement vu un mec se débarrasser aussi vite du ballon, tu distillais des passes de génie, tes potes se demandaient comment tu faisais, sauf que toi tu savais pas, peut-être ton pied d’obèse il fusionnait bien avec le ballon, va savoir.

C’est alors que ta quête de gloire débuta, mais pour cela il fallait l’équipement adéquat, et toi tu voulais pas un équipement de tafiole. Il a fallu donc mettre toutes les économies que mamie elle t’a laissé avant de mourir, mais t’en fais pas mamie, ton petit-fils il va devenir une star du district grâce à toi. Ton père t’a accompagné à Go Sport

« Tiens 15€ la paire de crampons c’est pas mal non ? » tu t’es alors dit « quoi kesstadit là papa, moi je suis un pd je porte du Pro Touch ? ».

Tu voulais les crampons à Zidane toi parce que ça allait te donner +10 en contrôle de balle. 85€. Ton père soupira. Pas parce que c’était cher, vu que c’était toi qui payait mais parce que t’as pris 2 tailles au-dessus et que tu flottais dedans (c’était bien la première fois que tu flottais dans quelque chose d’ailleurs) mais t’en avais rien à foutre, parce qu’avec ça t’allais impressionner tes futurs coéquipiers. Bon par contre niveau budget c’était chaud maintenant donc t’as juste pu acheter un short et un maillot rouge Go Sport tout dégueulasse. T’avais plus assez pour les protèges-tibias mais qu’importe, tu pensais que c’était que les tafioles qui portaient ça d’façon.

T’avais trouvé un club pas trop loin de chez toi, qui avait accepté de te prendre pas pour ton niveau de jeu mais parce que t’avais payé ta licence 200€. Tu te souviens encore du regard que les gens avaient posé sur toi quand t’as franchi la porte du vestiaire « mdr il veut quoi ce gros porc ».
Ah oui, parlons-en des vestiaires, le coin que les gros redoutent le plus. Déjà quand tu t’asseois tu prends 2 places donc forcément faut que ton coéquipier il attende que t’ais fini de te préparer pour qu’il se prépare à son tour. La seule fois où tu t’es changé devant eux t’as vu tout ses regards se braquer sur tes seins qui tombent et tu t’es juré une chose : que tu prendrais le métro en crampons et que tu rentrerai chez toi en sueur sans te laver pour ne plus à avoir à exposer ton corps.

Mais revenons à ton premier entraînement. Il y avait autre chose que tu craignais encore plus que les vestiaires. Les tours de terrains. T’es rentré sur le terrain maillot rentré, short jusqu’au nombril et t’as commencé a taper les plus grands sprint de ta carrière (donc en gros tu trottinais un peu vite quoi). Premier tour de terrain, te voilà en tête de peloton, y’a une distance de 20 mètres entre toi et le groupe. Deuxième tour de terrain, t’es par terre en train de faire une crise d’asthme. T’entends des rires en ta direction à chaque fois que le groupe passe devant toi

« CA T’APPRENDRA A VOULOIR TE MONTRER ! GROS PORC VA ! ».

Tu baissais la tête, ils avaient pas tort, t’attendais juste l’épreuve avec ballon pour prendre ta revanche.
Et quelle revanche de merde. Le premier exercice avec le ballon était un toro. Qui dit toro dit taureau, et vu ton physique tes coéquipiers ont pris un malin plaisir de te le rappeler

« AH UN TAUREAU ? BAH CA VA LE MEC EN ROUGE IL DOIT ETRE FORT A CA ».

Les consignes sont simples, 3 touches de balles sur un petit périmètre délimité par des plots rouge. Déjà t’étais gros et en plus on te place dans un périmètre restreint, mais bon, t’avais les crampons à Zidane donc ça devrait le faire. C’était pas toi le toro, mais aucun de tes coéquipiers ne te faisaient une passe. Puis par hasard, ton coéquipier râte son contrôle et le ballon fini dans tes pieds. A ce moment là t’as voulu impressionner tous le monde. Tu fonces droit sur le toro, une, deux, trois, quatre, cinq, six, sept touches de balles, t’en a rien à foutre des consignes, tu veux lui mettre un petit pont, t’entends tes coéquipiers crier

« WESH QU’EST-CE QUE TU FAIS PASSE LE BALLON » « MAIS IL EST CON OU QUOI ? ».

Non t’es pas con t’as envie de leur prouver que techniquement t’es pas n’importe qui, d’ailleurs ils ont trouvé ça super impressionnant le bruit lourd que tu as fait en glissant comme Gerrard quand tu as tenté une série de passement de jambe.

L’entraînement était fini pour toi, ta chute t’avais niqué la jambe, on jouait pas sur de l’herbe à cette époque là, c’était un terrain de quartier en gravier. T’as même pas eu le temps de participer au match qui allait décider si t’allais être pris en équipe A, B ou C. Tu regardais tes coéquipiers jouer pendant que tu retenais tes larmes parce que sa mère tu t’étais bien enculé quand même.
A la fin de l’entraînement le coach réunit tous les joueurs et s’avance. Il regardait son petit calepin et tapota son stylo plusieurs fois contre sa bouche comme si c’était Van Gaal alors que c’était juste un gros arabe alcoolique.

« Alexis.. Equipe C. »

A ce moment précis beaucoup de gens auraient ressenti de la honte d’être sélectionner dans l’équipe la plus nulle des équipes les plus nulles du district, mais toi t’étais content, tes bourrelets souriaient, parce que tu savais qu’à partir de maintenant t’allais jouer au sport que t’aimait tant.. Le football.

@AlmeidAlexis