0

Sans faire de bruit, sans sortir de prestations légendaires, le Milan est en train de se refaire une santé. Malicieusement, froidement, les Rossoneri sont 7èmes au classement avec 23 points, à 6 points d’une qualification en Ligue des Champions. Un Milan moqué depuis deux ans par médias, tifosi adverses et même par la communauté Milanaise qui n’hésite pas à troller ses joueurs sur Twitter. Mais la donne n’est plus la même, l’AC Milan veut redevenir l’empire qu’il était.

Grazie Il Serbo

_84031243_sinisa_epa

Si il y a une personne à mettre en avant dans ce Milan, c’est bien coach Sinisa Mihajlovic. Le Mister qui ne partait pas forcement favori au poste a fini par être choisi par la direction. L’ancien coach de la ‘Doria a relevé le défi Milanais, mais à la différence de Seedorf et Inzaghi, les Tifosi n’allaient rien lui laisser passer, lui qui a joué pour l’Inter (et qui y a été adjoint de Mancini). Compétiteur comme toujours, il a accepté de prendre le Milan et faire en sorte de rendre ses lettres de noblesse au club.

Malgré des débuts plus que difficiles, Sinisa croit en ses joueurs et ils finiront par lui rendre cette confiance. Le Serbe fait partie de ces coachs qui ne font pas attention au statut des joueurs, chaque entrainement étant différent du précédent. Tout le monde est livré à la même enseigne et ça marche : Sinisa semble avoir trouvé la bonne formule et un noyau dur s’est dégagé. Alex-Romagnoli pour la défense est la charnière la plus complémentaire et celle qui donne le plus satisfaction, mais le Mister peut aussi compter sur Mexes. Montolivo est réapparu depuis quelques semaines, lui qui était pris en grippe par une partie des Tifosi, s’est refait la cerise avec le coach. Fini, les matchs transparents et insipides, le milieu est redevenu une plaque tournante et a retrouvé le  brassard accompagné de Juraj Kucka, la bonne pioche du mercato d’été. Nigel De Jong ronge son frein, entre blessures et méforme, le Néerlandais n’est plus indiscutable. Bonaventura grâce à sa polyvalence et son aspect décisif s’est imposé comme un incontournable, que ce soit en relayeur dans un 4-3-3 ou à gauche dans le 4-4-2 à plat, avec Carlos Bacca comme indiscutable devant. Comme à la Sampdoria, Mihajlovic dispose de plusieurs systèmes préférentiels, du 4-3-3 au 4-3-1-2 en passant par le 4-2-3-1 mais le système qui semble plus convenir à son jeu et ses joueurs est le 4-4-2 à plat. Le coach a même réussi à redonner de la confiance à Alessio Cerci, qui n’arrivait à rien depuis 1 an. L’ancien numéro 11 de la Lazio est en mission avec le Diavolo et il aura besoin de soldats, il semble les avoir trouver.

Soldati di Mihaj

d3cd6

Quand un nouveau coach arrive dans un club, on se demande toujours qui va être le joueur surprise que personne n’attendait et qui va devenir un élément essentiel. Avec le nouveau coach Milanais, il n’y a pas un joueur surprise, il y en a plusieurs. À la Samp’, on se souvient que le coach avait su redonner confiance à Okaka, en donner à Regini, Romagnoli ou Izzo et même donner du temps de jeu à un Djamel Mesbah. À Milan, les deux moteurs sont Juraj Kucka, ancien du Genoa et Jack Bonaventura. Personne n’aurait misé sur le Slovène au soir du 30 août lorsqu’il signe chez les Rossoneri pour 4 millions d’euros. Alors qu’on attendait Witsel pour 8 fois plus cher, c’est finalement Kuco qui a signé et s’est rapidement rendu indispensable. Pour Giacomo Bonaventura, la donne est différente. Il est dans la continuité de la saison dernière. Lui qui a été une des rares satisfactions du club, il continue cette saison en étant le joueur le plus décisif du club.

Autour des deux, Sinisa a su faire des choix forts quand personne ne s’y attendait. Ça a commencé avec l’éclosion de Donnarumma, le gardien de 16 ans que l’on ne présente plus. Celui qui a été promu en équipe type cet été est passé devant Abbiatti et Diego Lopez dans la hiérarchie. Le Serbe n’avait pas fait ce choix au hasard, il voulait juste instaurer une concurrence au poste comme il l’avait fait à la Samp’ : avec la blessure de Diego, Gigi est titulaire pour au moins 3 mois sereinement. Puis le retour de Montolivo comme indiscutable mais aussi le retour de Mexes à la Lazio qui sort une partie de qualité et de Alé Cerci qui enchaine les matchs au détriment d’un Keisuke Honda toujours aussi insipide et d’un Suso à la recherche de temps de jeu. Mais le fait marquant, c’est la renaissance de Mbaye Niang. L’ancien Caennais n’avait plus eu sa chance depuis l’épisode marquant du Nou Camp, il avait disparu des radars. Un prêt à Montpellier, un au Genoa et le voila de retour. Cet été, on disait qu’il allait finir par être prêter à l’OL ou à l’OM, que nenni, Sinisa veut garder le talent précoce à Milanello. Avec la présence de Luiz Adriano et de Bacca, on pouvait se demandait à quoi aller servir Mbaye Niang dans cet effectif. Alors qu’une blessure a ralenti sa montée en puissance, on le croyait tous mort pour la saison. Tous… sauf son entraineur qui n’a attendu qu’une semaine après son retour pour lui donner sa place dans le XI. D’abord ailier dans le 4-3-3, Mbaye est repositionné en pointe avec Bacca dans le 4-4-2 contre la Samp’ et a enfin marqué avec le maillot rouge et noir. Niang est libéré d’un fardeau avec ce premier but, il se permet d’un remettre un autre, et de donner une passe dé pour Jack en début de partie. Il fait alors un de ses meilleurs matchs depuis qu’il est en Italie et a su rendre la confiance que lui a donné le Mister.

Sans tomber dans l’enflammade, on peut penser que ces évènements vont souder un groupe plus uni que jamais. Milan possède une véritable marge de progression. On a pu entrevoir le talent de Bertolacci seulement par intermittence, géné par les blessures. Nigel De Jong, Diego Lopez, Mexes, Luiz Adriano, Balotelli, Menez vont se battre pour retrouver une place dans le groupe à leur retour. De nombreux éléments nous laissent croire à une deuxième partie de saison canon du Milan. Pour autant, il ne faut pas tomber dans l’euphorie total, le club revient de très loin, après les deux dernières saisons, mais on peut croire au renouveau. L’empire renaitra de ses cendres.