0

La première partie de saison vient de se terminer pour le PSG, et quelle première partie de saison !

L’an dernier à la même époque le PSG était inquiétant, suffoquant, méconnaissable et troisième à la trêve, laissant le fameux titre de Champion d’Automne aux marseillais.

Cette saison c’est une tout autre histoire, le club de la capitale semble intouchable et déroule en Ligue 1 sans rencontrer de grandes difficultés. Qu’est ce qui a changé ?

di-maria-deja-convaincant-avec-le-psg_162100

Un changement d’attitude qui saute aux yeux, les matchs semblent être abordés de manière différente par les joueurs parisiens. On se plaignait d’un PSG à la possession stérile, au jeu ennuyant et au rythme de sénateur l’an dernier, mais cette saison le jeu du PSG est tout autre. Les parisiens essayent de jouer de l’avant, cherche à marquer et enfoncer le clou à chaque fois. L’an dernier le PSG avait perdu énormément de points après avoir ouvert le score (15 points), preuves que les parisiens s’arrêtaient souvent de jouer après avoir ouvert le score. Cette année le club parisien n’a perdu que deux points après avoir ouvert le score.

Le symbole de ce changement est la star du mercato, Angel di Maria. Arrivé un peu tard suite à sa blessure en Copa América, l’Argentin a mis un plus de temps que les autres avant de se mettre en route. Une fois en pleine possession de ses moyens physiques, Angelito s’est mis au diapason. Le joueur apporte à l’équipe une verticalité, vitesse, percussion et envie de jouer vers l’avant qui manquaient énormément au jeu parisien. Sa qualité technique, sa vision du jeu apportent un plus à une équipe déjà très à l’aise avec le ballon. Souvent positionné dans le couloir sur le papier, il revient énormément dans le cœur du jeu pour participer et combiner avec ses coéquipiers rendant presque inutile la présence d’un Blaise Matuidi à la peine. Un milieu de terrain de plus en plus technique donc avec la présence de l’argentin ajouté aux deux fuoriclassi que sont Marco Verratti et Thiago Motta. Preuve de la bonne forme de Di Maria, ses statistiques sur cette première partie de saison : 6 buts et 9 passes décisives en Ligue 1.

Ibrahimovic, numéro 9 nouveau. On disait le Z sur le déclin mais il nous aura fait mentir avec de nombreux bons matchs et de nombreux buts à son actif. Depuis que le suédois a décidé de ne plus jouer en tant que numéro 10 et qu’il s’est mis a jouer entre les deux centraux adverses il est plus dangereux et pèse un peu plus sur les défenses adverses. Il finit avec 15 buts et 6 passes décisives cette première partie de saison de Ligue 1 … Not bad.

tsilva

Une solidité défensive impressionnante permettant au club parisien d’être bien sûr la meilleure défense du championnat avec 9 petits buts encaissés. Un très bon Serge Aurier sur son couloir droit s’est définitivement imposé face à la concurrence de Van Der Wiel, voire de Marquinhos par moments. Souvent blessé l’an dernier il semble avoir une meilleure hygiène de vie cette année et enchaine les bonnes performances que ce soit offensivement ou défensivement. Et que dire de la défense centrale brésilienne ?

Solide telle une maison construite par des ouvrier portugais. N’étant plus sélectionné par Dunga, Thiago Silva peut désormais se concentrer sur le club parisien et on peut dire que cela lui réussit. O Monstro est de retour, enchaînant les performances de haut vol avec les qualités qu’on lui connait (pas besoin de vous les rappeler). Aucune blessure ce qui est assez rare pour être signalé pour Thiago Silva qui enchaine les matchs, au grand bonheur des supporters parisiens. Son compère David Luiz n’est pas mauvais non plus même si on peut lui reprocher quelques erreurs de concentration comme sur le but de Michy au Parc des Princes. Le grand perdant est donc Marquinhos qui voit son temps de jeu quelque peu réduit. La concurrence Maxwell-Kurzawa semble mieux réussir à l’ancien monégasque qu’à Lucas Digne. Après des débuts difficiles, Kurzawa est monté en puissance et à pu faire preuve de toutes ses qualités.

Kevin Trapp aura apporté un peu plus de sérénité dans la défense parisienne. Son excellent jeu au pied, sa capacité à joué loin de sa ligne (un peu trop même?) permet à sa défense de jouer plus haut et non plus sur le périphérique parisien comme avec Sirigu. Il aura sorti de gros matchs mais aussi de grosses boulettes (4 au total) qui viennent ternir ses bonnes performances. On retiendra son gros match face à l’OM au Parc mais aussi malheureusement son erreur d’appréciation face au Real Madrid.

Autre satisfaction, les bonnes performances d’Adrien Rabiot suite à la blessure de Marco Verratti. Le français a enchainé les matches en étant titulaire et a montré qu’il pouvait être une alternative sérieuse dans le milieu de terrain parisien. Mais il est retombé dans ses travers avec une interview surréaliste ou il se plaignait encore une fois de son temps de jeu dans l’émission téléfoot. Fatiguant, ce Rabiot.

Les points noirs de cette première partie de saison sont donc peu nombreux. On peut néanmoins déplorer la première partie de saison inexistante de Javier Pastore. Auteur d’une bonne saison l’an dernier, l’argentin a disparu des radars suite à une conjonctivite et à un enchainement de blessures suspect. On espère le revoir, et en forme de surcroît, en 2016.

Lucas lui, est de plus en plus décevant lorsqu’il est sur le terrain, parfois décisif en sortie de banc (éternel sixth man comme Lou Will) mais c’est trop peu et on est en droit d’en attendre plus.

1726518-36528734-640-360

En Ligue des Champions, la défaite à Bernabeu reste un point noir, malgré le fait que l’équipe parisienne ait sorti un très bon match avec énormément d’occasions non converties, notammentcelle d’Edinson Cavani juste avant la mi temps. Une défaite qui aura donc fait perdre la première place au PSG qui rencontrera Chelsea encore une fois en huitième de finale de Ligue des champions.

Malgré cette bonne première partie de saison, Laurent Blanc ne donne pas souvent leur chance aux jeunes parisiens. Alors certes, vous nous sortirez le match à Lorient avec Ongenda et Kimpembe titulaires mais c’est trop peu compte tenu du nombre de matchs pliés ou les jeunes auraient pu avoir plus de minutes.

Le PSG file évidemment vers le titre en Ligue 1, la faiblesse du championnat et de ses principaux concurrents est criante. Mais le PSG ne s’en préoccupe pas et file vers une saison historique en Ligue 1. Mais est-il assez fort pour enfin passer ce plafond de verre des demi-finales de Ligue des champions ? Il aura fort à faire en huitième déjà face à Chelsea. Cette avance en championnat permettra au PSG de se concentrer sur la Ligue des champions et de pourquoi pas être au rendez vous dans le dernier carré ?