0

On m’a dit « vas-y Edu ce serait cool t’écris un truc sur ton rapport au foot non ? » alors j’me suis dit pourquoi pas. Le truc qui me fait rire c’est que je viens d’ouvrir OpenOffice et le son que j’écoute en ce moment même c’est « Abattu du Vécu » d’OlKainry… Comme un symbole. Je ne crois pas qu’on puisse trouver meilleur son pour caractériser le lien que j’entretiens avec ce sport.

Je suis né en 1993, j’ai 22 ans et depuis 1999 et jusqu’à peu, je me considérais encore comme un supporter des Girondins de Bordeaux. Pourquoi j’en parle au passé ? Ouais vous pouvez commencer à dire « footix » en mode ce que vous pouvez penser va m’atteindre. Au passé parce que mon rapport au football a changé. Comme tout le monde on est venu au football par un élément déclencheur, un club, à qui on s’est juré d’être fidèle pour la vie. On a le cœur qui bat dans les temps additionnels, on hurle lors d’un but marqué, on insulte l’arbitre à chaque décision défavorable, on se cache pour pleurer après une défaite… On se balade sourire aux lèvres dans les bons moments, on tient bon, courageusement dans les mauvais…

Puis on commence à grandir, on commence à mûrir, on prend du recul sur les choses. Les notions d’amour du maillot, de respect du club et des supporters s’évaporent au fil des années, c’est l’heure du désenchantement, tu perds tes illusions. Alors pourquoi continuer à supporter ? Ça veut dire quoi supporter ? Quel est ce sentiment par lequel tu te sens « obligé » de rester fidèle à quelque chose qui au final n’existe pas vraiment ? Qu’est ce qui m’oblige à 22 ans de me taper des Bordeaux-Lorient de Coupe de la Ligue pour voir « mon » club aligner Didier Poko, Carlos Contento et Sylvain Yambere sans le moindre scrupule ? Plus rien.

Clément-Chantome-Bordeaux

Ah excusez-moi on me souffle dans l’oreillette que Igor Plasil vient d’ouvrir le score pour les Marine et Blanc face aux valeureux Merlus. Fascinant.

Déjà, en termes logistiques, quand t’aimes le foot et que tu supportes Bordeaux, y’a forcément un moment ou ça coince. Moi le moment où ça a bien coincé c’est quand j’ai vu Clément Chantome chaussettes baissées à la Rui Costa, crampons noirs comme Riquelme, et cheveux blonds au vent comme Pavel Nedved arriver à Bordeaux avec la ferme intention de retrouver l’équipe de France.  « Ah ouais ? Sérieux ? Cool », bah ouais j’me disais t’inquiète Edu, le petit prince de la cantera du Camp des Loges ça peut être que du bon. C’était presque ça. Au final au bout de 3 mois j’commençais à mettre à l’épreuve la vigueur de mes veines sous la pression d’un couteau en plastique carrefour. Par contre les filles qui lisent cet article, si y’en a, c’est pas parce que j’ai fini par faire des infidélités aux Marine et Blanc que je serais infidèle avec vous hein, ça n’a strictement rien à voir vous inquiétez pas. (à part si vous avez le même pied gauche que Contento)

Vas-y ça me saoule de parler de ce club là. Je vois la tête de Willy Sagnol apparaître sous mes yeux quand je parle de Bordeaux et honnêtement j’ai un peu de mal à supporter cette vision d’horreur.

Mais le football j’aime trop ça. Mais là encore c’est comme Bordeaux, y’a quand même un gros problème avec ce sport. Comment ce sport là ou tu tapais des quarts de finale de Coupe du Monde Zidane-Ronaldo, 10 ans plus tard ce même sport il est dominé par un petit attardé mental qui sait pas dire des mots de plus de 2 syllabes et un portugais métrosexuel bousillé aux UV et matrixé à Instagram ? J’ai du mal à le concevoir. J’ai du mal à le supporter.

téléchargement (3)

Mdr attendez on vient de m’interrompre. Comment ça Dimitri Payet vient de glisser un coup-franc de 25 mètres sous la barre ? Ouais Dimitri… El Payetazo. Parlons-en. C’est la meilleure illustration de mon rapport au football. Mon pseudo sur twitter c’est @EduBrigante cherchez mes tweets sur Payet. Il y a un an et demi je crois que je parlais de son arbre généalogique avec un peu d’aigreur. Puis j’ai retourné ma veste. Depuis je mène une existence des plus paisibles. Il a joué à l’OM ? Et alors ? En quoi c’est mon problème ? Il arbore un dégradé espagnol du XXème siècle ? C’est pas grave, ça n’a aucune importance. Quoi encore ? « Ouais Edu va voir ce qu’il vient de faire encore Payet c’est trop » ah. D’accord. Donc le coup-franc ça suffisait pas il faut qu’il décide de glisser un combo petit pont + assistazo pour doubler la mise des COME ON BUBBLES de West Ham ? Eh mais Dimitri tu joues à quoi ? Respire un peu, laisse nous tranquille… On aime le football mais là je crois que tu nous en donnes trop.

Ouais donc je disais, Payet c’est l’illustration de mon retournement de veste. Fini la haine, on veut juste de l’amour et du ballon. Bielsa, Payet m’ont fais basculer de l’autre côte de la barrière. C’est fini de supporter des clubs en cartons, des joueurs en cartons. Je veux juste du football, je veux juste du ballon et un peu d’amour quel que soit le joueur, le club. Autant vous dire que le jour où Bielsa est parti je me suis senti désarçonné comme si j’venais du pays des cigales et de la Bonne Mère.