1

Élégant, magique, étincelant, tant de mots qui nous rappellent Javier Pastore. La première folie du PSG ère Qatarie jouit d’une sympathie et d’un amour incommensurable chez les supporters parisiens. Son énorme fan base a pu se régaler l’an dernier avec la très belle saison qu’il a réalisé. En effet l’Argentin a sans doute réalisé la plus belle saison de sa carrière parisienne avec 5 buts et 12 passes décisives en Ligue 1. Sans oublier quelques gros matchs en Ligue des Champions notamment lors du match retour face à Chelsea en huitième de finale. C’est donc logiquement que Javier avait gagné sa place de titulaire mais aussi sa sélection pour la Copa America avec l’Albiceleste. Mais cette saison ce n’est pas du tout la même histoire, entre blessures et prestations moyennes, l’argentin est en difficulté.

Remplaçant de luxe

1681643-35631426-640-360

Il avait enfin réussi à conquérir le cœur des supporters et des amateurs de football. L’impact de Javier Pastore ne se voit pas énormément dans les statistiques mais dans le jeu en revanche, c’est autre chose. Quand il est sur le terrain, ses gestes de grandes classes, ses passes et déplacements font la différence. L’émotion que peut transmettre « Flaco » sur le terrain est indiscutable. C’est un joueur clivant qui déchaîne les passions que ce soit en bien ou en mal.

Son début de saison fut extrêmement compliqué, on pensait que sa très bonne saison dernière lui avait assurée une place dans le onze titulaire de Laurent Blanc mais il n’en est rien. L’Argentin s’est retrouvé sur le banc sans aucune raison valable. L’arrivée de son compatriote Di Maria lui a bouché une place dans les trois de devant certes, mais la polyvalence de Javier lui permet aussi d’évoluer dans le milieu à trois en tant que relayeur. Problème ? Celui-ci semble composé « d’intouchables ». Si la question ne se pose pas pour les deux italiens tant ils sont importants dans le jeu parisien, elle peut légitimement être soulevée pour Blaise Matuidi. En état de grâce durant un mois et demi en début de saison, enchaînant les buts et les bonnes prestations que ce soit avec l’Equipe de France et le PSG le « Charo » a depuis baissé pavillon. Ses prestations ne sont pas au niveau. Techniquement, on le sait tous, ce n’est pas son point fort, mais même dans ses domaines de prédilection, il ne rayonne plus. Moins de ballons récupérés, de courses déstabilisant les défenses… Son impact sur le jeu parisien est quasi nul.  Alors oui il court, mais que fait-il d’autre ?

C’est tout naturellement que les supporters du PSG se posent des questions sur son importance dans le onze. L’envie de voir Pastore sur le terrain à sa place semble légitime. Son entente avec Marco Verratti et Thiago Motta n’est plus à démontrer. Ajoutez à cela un Angel Di Maria en même temps sur la pelouse, et le jeu gagnerait sans doute en fluidité. Il pourrait ainsi être ce lien entre le milieu et l’attaque que par moment « Fideo » essaye d’être. Un Pastore permettrait aussi d’amener un peu de folie et d’imprévisibilité au jeu parisien. Sa qualité de passe s’ajouterait à celles des deux italiens pour pourvoir en ballons les attaquants parisiens.

Mais comme expliqué plus haut, Matuidi semble intouchable. Il a beau réalisé de très mauvaises performances, il sera reconduit dans le 11 parisien. Et ne parlons pas de ses notes dans les quotidiens sportifs fançais le lendemain, peu importe la performance il s’en sortira avec une bonne note. Difficile de dire donc qu’une concurrence saine est en place à ce poste comme à d’autres.

Autre point négatif pour Javier Pastore, les grands rendez-vous. Lorsque Laurent Blanc à son groupe au complet, Javier ne figure pas dans ses plans. Ceci a été le cas à de nombreuses reprises dans des matchs importants de Ligue des Champions par exemple (Real Madrid) ou dans ceux de Ligue 1. El Flaco est relégué sur le banc au grand dam de ses admirateurs.

Entre spleen Baudelairien et blessures

Javier+Pastore+Paris+Saint+Germain+Training+p4UmWD_G_EKl

Javier vit surement l’une de ses saisons parisiennes les plus difficiles. Son rôle, passé de « titulaire indiscutable » à « premier remplaçant de luxe », commençait à l’agacer. C’est ainsi que le joueur a multiplié les déclarations sur son temps de jeu et sa place dans l’équipe.

« Je ne comprends pas mais je dois l’accepter, travailler plus pour le convaincre de me relancer dans son  onze pour la Ligue des champions »

Mais ce n’est pas tout, suite à cela le milieu de terrain a enchaîné les blessures. Tout a commencé par une conjonctivite que l’on pensait bénigne qui l’a éloigné des terrains pendant plusieurs semaines puis les pépins se sont accumulés. Des adducteurs en passant par le mollet et la cuisse, le nombre de blessures ne cesse d’augmenter tandis que son temps de jeu lui est famélique.

Dans les médias, on a vu passer ici et là de nombreuses hypothèses quant à ces blessures à répétition, le manque de confiance ou encore sa récente paternité seraient des raisons qui expliqueraient tout cela.

Sporticos_com_javier_pastore

(Statistiques de Javier Pastore cette saison via sporticos.com)

Aujourd’hui Flaco est de retour dans le groupe au meilleur des moments, quand on connaît les échéances futures du club de la capitale. Peut-il être le facteur X de cette fin de saison ? C’est possible mais encore faut-il qu’il soit aligné par son entraîneur. Jusque là, on peut très aisément dire qu’il réalise une saison décevante voire blanche avec seulement 12 matchs de Ligue 1 disputés et 4 en Ligue des champions.

Les supporters parisiens espèrent retrouver le Pastore qui les a tant fait vibrer par sa vista, ses gestes de classe et sa technique. La saison de Pastore est très difficile pour le moment mais on n’est pas à l’abri d’un match, un geste de génie décisif en cette fin de saison.. Un peu comme au Camp Nou.