0

Après avoir gentiment refait le portrait de Labrune dans le premier épisode de cette chronique, un sujet préoccupe énormément l’attention de supporters. Il s’agit du niveau et de l’attitude des joueurs, reflétant parfaitement la régression du club ces dernières années. Une des forces majeures du club était le fait de pouvoir transcender un « n’importe qui ». Quand un joueur lambda de L1 entendait parler d’un intérêt de l’OM, il ne rêvait alors que d’une chose : de revêtir le maillot Ciel & Blanc au Vélodrome. De nos jours, l’OM est vu comme « une belle opportunité » ou « un bon tremplin » et ne semble attirer que des joueurs en quête de visibilité ou de rédemption. Elle est loin, l’époque ou Djibril Cissé et Bolo Zenden avaient fait des pieds et des mains pour venir à l’OM, maintenant, les joueurs ne rêvent que de se casser en Premiere League. Triste constat.

Twitter, Angleterre, Chicha, Cartel, bienvenu dans le vestiaire de l’OM

7a117e64-0163-4aa7-bd1d-5b6859768dab

Soyons clairs, l’aspect sportif n’est pas visé, ce n’est pas le but de l’article. Cette saison, plus que jamais, les joueurs de l’OM ont fait parler d’eux d’une manière novatrice. Marseille, qui était habituée aux virées nocturnes de Mamad et Souley, aux cambriolages et autres voitures volées, a découvert un nouveau moyen de se faire remarquer, à travers Twitter ou Snapchat. Parti d’un bon sentiment, la troupe de Michy, que l’on va surnommer la Team SpongeBob a voulu être proche des ses supporters. Rien de mieux que d’utiliser Twitter pour communiquer avec eux. Après des mois de bienfaisances et de supporters mis dans leurs poches rapidement, le vent a malheureusement fini par tourner. Les résultats ne sont plus présents, mais eux continuent à l’être sur Twitter à base de Tweets pleins de bonne humeur, une situation des plus exaspérantes pour les supporters. Toucher dans leurs orgueils, une partie des supporters deviennent plus virulents avec le SpongeBob Squad, ne leur pardonnant plus rien.

Le climat en devient tendu entre les futurs joueurs de la BPL et les supporters Marseillais laissant place à des messages indirects, petites piques et autres. Michy, Mendy, Cabella sont clairement dans le viseur. Les réseaux sociaux vont même leurs jouer des mauvais tours. On s’aperçoit rapidement que quelques partisans de la SpongeBob Squad ont un assez grand attrait pour les sorties à la Chicha pour y fumer le narguilé ou encore pour les sorties nocturnes en boite de nuit. On se souvient que Cabella ne se privait pas de petites parties de Loup Garou pendant qu’il soignait ses adducteurs au lieu d’en profiter pour se reposer. Mendy est peut être le pire de tous, ne pouvant pas s’empêcher de sortir dans la semaine. Pour manger à Quick, Vapiano ou aller au Mistral, au Millenium et autre Maison blanche. Une attitude des plus irresponsables quand on sait la situation du club au classement.

Si ils étaient irréprochables sur le terrain, tout serait passé sous silence mais la donne est différente. C’est aussi au club de sévir mais cela est un autre débat. La France est à des années lumières au niveau de l’exigence et ne fait rien pour arranger quoique ce soit. On l’a encore vu avec les affaires Aurier ou Ounas plus récemment. Le fond du problème est que la Team SpongeBob est peut être, la plus appréciée par les joueurs, au vu de leur proximité avec les supporters et le fait qu’ils soient super sympa. Ces derniers n’ont rien de modèles sur le terrain et ne répondent pas aux attentes placées en eux. Peut-être que pour eux, l’OM n’est qu’un tremplin ou une étape dans leur futur grande carrière.

96cf86a7-da13-417c-8ea4-e4a7cc4d3ee9

On ne doutera jamais de l’amour qu’a Michy envers le club mais on peut douter de son discernement par moments. Ils étaient censés être l’avenir de l’OM, d’où leurs mises en avant. Les sages du groupe n’intéressent pas, surtout qu’ils sont tous en fin de contrat ou posséderont un bon de sortie en fin de saison. Mais tout n’est pas noir dans ce vestiaire, les sages du groupes et le Cartel font en sorte de tenir un vestiaire qui semble extrêmement fragile psychologiquement. Silva, Tata Rolando, Isla, Manquillo et De Ceglie forment ce groupe que Mendy a gentiment (et plutôt bien) nommé le Cartel.

Un groupe qui fait l’unanimité dans le vestiaire tant ils sont importants et pris pour exemple. Eux sont des travailleurs, respectables et investis. L’institution OM est au centre du village, ils vivent OM, pensent OM au quotidien. 4 d’entre eux ne sont que prêtés et pourtant, ils s’investissent comme si ils allaient rester encore quinze ans. Mais eux ne sont pas présents sur les réseaux sociaux pour exposer des photos ou échanger, malheureusement.

C’est triste de savoir que les joueurs Français, qui devraient voir l’OM comme étant une chance inouïe, ne s’investissent pas autant que des étrangers qui voient eux en l’OM, une institution extraordinaire connue dans le monde entier. On en vient même à se demander si il faudrait pas recruter qu’à l’étranger ?

Et si on recrutait étranger ?

1818629-38369831-2560-1440

Au vu de l’attitude de la nouvelle génération des joueurs de Ligue 1, basée sur des mauvaises fréquentations et un manque de sérieux évident, on en vient à se demander si l’OM ne devrait pas voir plus souvent à l’étranger. Lorsqu’un Nkoudou, en surchauffe totale, enchaine les belles perfs, il n’oublie pas d’accompagner Mendy dans ses sorties. Pendant ce temps, Lucas Silva, pas à son aise, passe deux heures chaque lendemain de match à analyser son match pour corriger ce qu’il n’y allait pas.

Deux approches complètement différentes alors que les deux ont pratiquement le même âge. La mentalité des jeunes Marseillais exaspère au plus haut point les supporters qui n’hésitent plus à insulter leurs propres joueurs. Eux qui les avaient tellement couverts et leur avaient pardonné beaucoup de choses depuis leurs arrivées respectives. On semble avoir atteint le point de non retour avec eux.

On est arrivé à un point ou même Mandanda et Diarra doivent jouer les animateurs de centre-aéré et recadrer Michy ou Mendy à cause de leur attitude. En fin de saison, il serait pas étonnant de voir le Squad Bob L’éponge quitter la cité Phocéenne, direction la Premier League bien entendu. Ils y apprendront sûrement le professionnalisme, là bas.

En parallèle, le fameux Cartel va logiquement être démantelé. Manquillo et Lucas Silva retourneront à Madrid, De Ceglie et Isla à Turin, seul Rolando devrait rester au club. 5 joueurs dont le professionnalisme et le sérieux qui sont appréciés par le staff et la direction. Si Manquillo et Isla ont une belle cote auprès des supporters, Rolando a su retourner la vapeur en sa faveur après des débuts difficiles. On est loin d’un Carlos Mozer ou d’un Ricardo Carvalho mais son expérience et sa solidité, en plus d’être un super coéquipier ont fait de lui une des valeurs sûres du vestiaire. Dans la lignée du cartel, on en revient même à prier pour que Doyen Sport continue d’envoyer des Brésiliens et autres Portugais qui n’auront pas les mêmes habitudes que les jeunes joueurs de la L1. Si c’est ce qu’il faut pour relancer la machine, il faudra passer par là.

Alessa

Un club comme l’OM ne peut pas devenir dépendant de petit footballeurs de 20 ans qui n’ont rien foutu de leurs carrière et qui se prennent déjà pour des champions du monde. Quand on se rappelle que des joueurs comme Niang, Maoulida ou même Ribery ont fait des efforts considérables pour être aux attentes (voire plus) des supporters, on a juste envie de montrer à Mendy ou Michy la marche à suivre. Si avec des joueurs de L1 ça ne marche plus, on pourra toujours attirer des jeunes étrangers comme avec Manquillo, Rekik ou Lucas Silva.

La réussite n’est pas garantie sur le plan sportif mais une chose est sûre, les joueurs respecteront l’institution qu’est l’Olympique de Marseille. A défaut de balancer des Tweets racoleurs, de faire des featuring avec une star montante d rap ou d’être au Milliardaire ou au Heat à deux jours d’un déplacement, on aura des jeunes joueurs qui n’hésiteront pas à assumer leurs conneries, qui respecteront les gens qui viennent au stade et ne se prendront pas pour des petites starlettes en puissance.

Si Nelio Lucas est bien parti pour faire de l’OM une succursale comme avec Monaco, on en vient même à se demander si ce n’est pas une bonne chose pour l’OM. La fin d’un cycle avec les jeunes Français à fort potentiel mais véritable tête de cons qui s’en vont, qu’on remplacerait par des jeunes étrangers bankable qui savent ou ils mettent les pieds. Un mal pour un bien, en somme.