3

Le Calcio perd aujourd’hui l’un des plus grands buteurs de la décennie. Luca Toni, 22ans de carrière, raccroche les crampons avant un dernier adieu à l’Italie, ce soir, contre la Vieille Dame. 22 ans passé a mettre des coups de casque dans les cages adverses, a inscrire des buts aussi dégueulasse qu’importants, retour sur la carrière de l’enfant, Tonigol.

C’est en 1994 à Modène, en Série C, que le grand gabarit commence a prendre ses marques dans le monde du football professionnel. Deux ans plus tard, Tonigol n’a inscrit que 7 petits buts, mais ça suffit amplement à convaincre Empoli de s’attacher les services du bomber italien, qui jouera au coté d’un certain… Antonio Di Natale. Malheureusement, Toni n’y arrive pas, seulement deux buts en une saison, il pense à raccrocher les crampons après ça, du à un manque de confiance l’empêchant de faire ce qu’il sait faire : marquer.

Toni va refaire une pige en Serie C, départ pour l’AS Lodigiani ou le renard va inscrire 15 buts et faire des 16m50 sa zone de prédilection.
Retour en Série B pour l’italien, à Trévise, qui sera déjà à ce moment la son cinquième club. Toni inscrit à nouveau 15 buts durant cette saison et vois alors son avenir s’éclaircir. Luca Toni a 23 ans et il va découvrir la Serie A.

Première saison, 9 buts pour le bomber qui ne peut empêcher le naufrage de son club, qui file tout droit en Serie B. Cependant, Toni lui, ne coule pas. Brescia aligne 30 millions pour l’attaquant qui va former un duo bien plus que prolifique avec Roberto Baggio. En effet, Toni va inscrire 13 buts lors de cette saison et peaufiner un peu plus son excellent sens du but.
Et là, c’est le drame. Victime de multiples blessures, Toni ne parvient a trouver le chemin des filets qu’à deux reprises, ce qui contraint le goleador à repartir en Serie B et plus particulièrement en Sicile.
Première saison à Palerme en 2003, Toni inscrit 30 buts, il reçoit le titre de meilleur joueur du championnat, de meilleur buteur, et mène son équipe vers le titre, vers l’élite Italienne et sa première division. Ce n’est pas tant l’envol du goleador qui est à souligner durant cette saison, mais l’apparition de sa fameuse célébration : l’agitation de sa main autour de son oreille. Un gimmick qui lui portera chance.

Marcello Lippi, alors sélectionneur de la Squadra Azzura, a bien observé Luca Toni et ne reste pas insensible aux qualités du buteur italien. Il décide donc de lui offrir sa première sélection sous le maillot de la Nazionale. Toni continue sur sa lancée et inscrit 20 buts lors de sa deuxième saison en Sicile, offrant une place en Coupe de l’UEFA à ses coéquipiers. C’est indéniable, dans la forme de sa vie, le bomber décide de troquer la Sicile pour Florence et rejoint alors la Viola pour 10 millions d’euros.

On enfile le maillot de la Fiorentina et c’est parti. C’est probablement ce qu’à du se dire Tonigol avant d’inscrire 31 buts lors de sa première saison avec la Viola. Aucun joueur n’avait marqué autant sur un an avec ce club, pas même le grand Batistuta. Le buteur s’offre le soulier d’or européen à la fin de la saison et prouve à l’Europe entière qu’en Italie, il y aussi du spectacle.
Durant l’été, Toni se paye le luxe de s’offrir une coupe du monde et décide de rester a la Fiorentina une saison de plus. Nombreux sont les clubs du Calcio ayant des vues sur l’attaquant, notamment l’Inter, où Tonigol rêve de jouer… pas du gout de ses dirigeants, qui réussissent à garder l’attaquant italien. Durant sa deuxième saison, Luca plante 16 buts, dont un doublé lors de la première journée.. contre l’Inter, avant de décoller pour la Bavière et le grand Bayern.

Ce Bayern est loin d’être le plus flamboyant de l’histoire, c’est pourquoi le recrutement se doit d’être grandiose. C’est chose faite avec l’arrivée de  Kaiser Frank, Miroslav Klose et Luca Toni.
Le duo Klose – Toni, surnommé Kloni par la presse allemande fait un massacre, le Bayern devient champion et remporte la coupe d’Allemagne avec un doublé du Bomber face à Dortmund. Toni inscrit 24 buts en championnat et devient alors meilleur buteur du championnat. C’est aussi l’année où le bomber découvre la coupe de l’UEFA une bonne entrée en matière pour l’italien qui inscrit 10 buts en 11 matchs dont deux contre Getafe en 1/4 de finale. Louis Van Gaal arrive en Bavière et ne compte pas sur Luca Toni, l’italien est donc prêté à la Roma, avant de revenir au Bayern et d’inscrire cinq buts.

Retour en Italie, et plus particulièrement au Genoa pour Tonigol qui n’inscrit que 3 buts en 16 matchs et voit alors son contrat être rompu par la direction, extrêmement déçu du rendement du buteur italien. Tonigol décide alors de partir pour la Vieille Dame, où il inscrira son 100ème but en Serie A. L’histoire se répète et Toni n’apparaît pas dans les plans d’un nouvel entraîneur, Antonio Conte. Toni part en exil pendant 6 mois à Dubai, où il profite de la vie avant de revenir en Italie. Et quoi de mieux que de revenir dans sa maison, la Fiorentina.
L’histoire est magnifique, les tifosi surexcités quant à l’idée de revoir Tonigol porter ce numéro 30. Toni ne peux pas gâcher la fête. 2 minutes après le coup d’envoi du match, Tonigol fait parler la poudre et laisse exploser la Curva.

35 ans, c’est probablement la fin pour Tonigol, mais l’italien ne souhaite pas raccrocher si tôt, une dernière pige à l’Hellas Verone, une dernière.. 20 buts en 34 matchs pour sa première saison. Celle d’après, Tonigol inscrit 22 buts et termine co-meilleur buteur avec Mauro Icardi.
Cette saison, Toni culmine à 5 petits buts, et la flamme va s’éteindre. Mais nous savons tous comment ça va se terminer, un appel au deuxième poteau, un coup de tête qui fait trembler les filets.. et une main s’agitant près d’une oreille. Grazie Toni.