1

Après un match fantastique dont seule la PremierLeague a le secret, les Bubbles de West Ham ont éclatés au visage des Red Devils avec une victoire héroïque 3 buts à 2 !

 

Les notes des Hammers : 

Randolph : notes3 A l’instar d’Adrian dont il est la doublure, Randolph a l’air lui aussi instable intellectuellement. Des contrôles de balle de PH, et dans anticipations baluchon sur l’épaule que n’aurait pas renié « el Gato » Antho Lopes.

Antonio : notes8 Le buffle, le monstre, l’homme taillée dans le ciment a encore fait parler sa puissance physique hors du commun. Le bodybuilder de PremierLeague a volé sur son couloir droit comme un avion le 11 sep… euh non rien. Son coup de tête ravageur a fait explo… pleurer de bonheur le Boleyn Ground pour sa dernière.

Cresswell : notes5 Visiblement la tête ailleurs, surement à ses révisions pour le Brevet des Collèges, on a connu Cresswell plus inspiré, même si son avant-dernière passe (Copyright Javier P.) sur l’ouverture du score est délicieuse.

Reid : notes9 Le sosie Hammer de Gael Clichy a fait ce qu’il peut faire de mieux avec ses qualités de joueur de première division district. Et forcément c’est pas toujours joli. Mais ce Reid nous est sympathique alors ce sera un 9 pour sa pomme. Puis il met le but de la victoire quand même. Quand même !

Ogbonna : notes9 Pas de CSC, pas de penalty causé, pas de perte de balle dans ses 20 mètres. C’est donc une prestation rassurante de la part d’Angelo Ogbonna.

Noble : notes10 Le mystère de 2016 c’est bien lui. Comment l’Argent… l’Angleterre peut-elle continuer à se priver de ce joueur ? Une seule explication plausible : Roy Hodgson écrit ses lettres de convocations après 5 rhums-coca sans glace. Marco Nobel a encore rayonné sur la pelouse d’Upton Park. Chaque semaine Marco semble plus jeune que la précédente, chaque semaine plus juste, chaque semaine plus teigneux, chaque semaine plus merveilleux. Le coeur de West Ham sans le moindre juste.

Kouyate : notes6 La PremierLeague reste la PremierLeague, et si le trident Payet-Lanzini-Nobel sent bon l’Argentine, la masse physique du grand Cheikhou nous ramène directement aux favelas senegalaises de Dakar. Inutile de dire qu’il a pris un malin plaisir pendant 90 minutes à voler les gouters de Schneiderlin et Herrera.

Payet : notes8 Voila c’est ça le problème de Payet. Il passe une partie difficile, moyenne, esquinte 2 coups-francs plein axe. Les minutes s’égrainent. West Ham se dirige irrémédiablement vers une défaite. Alors El Payetazo décide de se mettre aux fourneaux et faire couler la crème chantilly sur la pelouse. Deux gâteaux dégoulinant de crème pour les têtes de Reid et Antonio. Quand on voit ton pied droit, on a envie d’être réincarné en paire de chaussette.

Lanzini : notes8 Enregistrez ses matchs, conservez-les précieusement, et montrez les à Blaise Matuidi. Histoire qu’il comprenne que même un ptit mioche de 167 centimètres et 64 kilos peut mettre de l’intensité dans l’entrejeu… A la différence que balle au pied Manolito régale. A dessiné et peint le premier but des Hammers comme Salvador Dali devant une toile vierge. Il ne restera pas longtemps à West Ham. Mais on le savait déjà.

Sakho : notes5 Il a marqué. Et c’est déjà beaucoup pour quelqu’un qui pratique un autre sport que le football.

Carroll : notes6 Tour de contrôle de West Ham, Andy Carroll nous a sorti toute sa panoplie aujourd’hui. Tentatives de reprises de volée acrobatiques, gestes techniques de classe entre deux-trois controles ratés, et un tacle de district pour gagner son carton jaune. Ce match est la définition même de Didi Carroll.

Les notes des Red Devils :

De Gea : notes4 3 buts encaissés, une coiffure négligée, une barbe de sans-abri et une main qui manque de fermeté. Ce soir ce n’était pas le De Gea qui s’asseoit à la table de Buffon.

Valencia : notes4 Quelle tristesse de le voir jouer le rôle du latéral à la Kana-Biyik quand on se souvient son maillot dans le short remonté, ses chaussettes bien propres, et ses extérieurs du pied à tête chercheuse. Dire qu’il a porté le 7…

Smalling : notes3 Smallingdini n’a pu assurer la pérennité des Red Devil’s dans les airs du Boleyn Ground. Dommage.

Blind : notes7 Caution technique de la défense de Manchester United. A l’air de se sentir bien seul au sein de cette pagaille. On a envie de lui caresser les cheveux et lui dire que tout ira mieux… Mais difficile de l’affirmer.

Rojo : notes2 Alors lui… On espère juste qu’il remercie tous les matins au réveil et tous les soirs avant de se coucher la bonne étoile qui l’a amené jusqu’à Manchester. Son rendement sur le terrain est « gênant ». Ni plus ni moins que « gênant ».

Herrera : notes3 Le crack de Liga BBVA ne trouve décidément pas sa place dans la Perfide Albion. Difficile de nier ses pré-dispositions techniques, néanmoins il parait à chaque fois hors de rythme. Comme un U17 qui basculerait trop vite dans la catégorie sénior. Dommage, pour une fois qu’un espagnol dégageait un peu de classe…

Schneiderlin : notes2 Joli match du plot qui remplira surement le rôle de coupelle à merveille pour les entrainements de l’Equipe de France à l’Euro. On espère qu’il a pris de jolis photos pendant sa première mi-temps. Remplacé par Carrick qui a apporté de la rigueur et de la stabilité à l’entrejeu mancunien. (ça se voit qu’on a pas vu Carrick du match et qu’on savait pas quoi dire ?)

Rooney : notes6 Vous voyez Gerard ? Boulanger, 37 ans, qui fait quelques matchs le dimanche matin en promotion de première division de district ? Après avoir connu la grandeur de la DHR ? Et bien c’est un peu ça Rooney. Hors de forme, hors de rythme, mais quelques gestes de classe histoire que l’on oublie pas qu’il fut un temps où il était l’un des meilleurs joueurs de la planète.

Mata : notes5 Le romanichel d’Old Trafford nous a fait un sacré numéro sur le premier but des Red Devils. Mais c’est à peu près tout. Comme souvent. Une action pour rappeler qu’il a du ballon. Et le reste du match pour passer en revue toute une série d’insultes et autres noms d’oiseaux.

Rashford : notes7 Petit à petit l’oiseau fait son nid. Tout n’est pas parfait mais déjà quand on arbore un dégradé de cette qualité ça inspire la confiance. C’est pourquoi Manchester doit continuer de lui donner du temps de jeu et voir le futur avec Marcus Rashford. (Marcus Rashford. Mawkeus Rasshhfoowrd. Ca claque un max avec l’accent anglais)

Martial : notes9 A porté Manchester vers la victoire jusqu’à l’apparition de Chef Payetazo… Son rush sur son deuxième but nous a mis la chair de poule… Marc Raquil Championnat du Monde de Saint-Denis. Fantastique.