5

Le 6 août 2015, la Vieille Dame l’annonçait : Paul Pogba portera le numéro 10 laissé jusque là vacant depuis le départ de Carlitos « Fuerte Apache » Tevez. Plus que partout ailleurs, à l’instar du numéro 7 à Manchester, le numéro 10 à la Juve a une véritable valeur symbolique.
Le numéro 10 n’est pas seulement et simplement le numéro du meneur de jeu, il est celui du « fuoriclasse », d’un joueur voué à éclabousser le monde du football de son talent, et à porter la Juve vers les sommets. Le numéro 10 bianconero est un droit qui s’acquiert par le sang. Le sang des champions. Alors quand la Vieille Dame décide d’attribuer le numéro 10 à Il Polpo, certains n’hésitent pas à hausser le ton et à afficher leur mécontentement. Pogba est jugé « trop tendre », « trop exubérant », « pas assez 10 » … A vrai dire,  et à raison, Paul Pogba détonne à côté d’un Platini ou d’un Pinturicchio. Mais cette « hostilité » somme toute raisonnable reste logique. Les tifosi juventini voient le numéro 10 comme leur bébé. Ils le chérissent et s’en inquiètent. Il s’agit là d’un des plus grands héritage de la Juventus. Il ne peut être attribué à quelqu’un qui ne le mérite pas. Carlitos Tevez avait reçu, lui aussi, les mêmes commentaires désobligeants lorsqu’il avait repris la « maglia » de Del Piero. « Trop mercenaire », « trop ingérable »… 2 ans après, tout le peuple turinois avait ravalé sa langue.
Aujourd’hui, l’heure est à une bis repetita avec Pogba.

Douleurs de croissance

8 mois plus tard, qui peut encore remettre en cause le choix de la Juve ? Personne.
La saison de la Juve et celle de Pogba en sont les meilleurs exemples. Quand Pogba traine la patte c’est la Juve qui ralentit. Et quand Pogba brille c’est toute la Juventus qui resplendit. La saison de la Juve est à l’image de celle de son numéro 10.
Les débuts sont très très difficiles. La Juve ne trouve pas la solution à ses problèmes. Vidal, Tevez et Pirlo sont partis et ne sont pas encore remplacés. Marchisio lui, est à l’infirmerie. Entre départs, absences et recrues pas encore intégrées, la Juventus est dans l’obligation de bricoler entre différents modules. Pogba est baladé sans succès entre le rôle de numéro 10 et celui de relayeur. Le tout dans un contexte particulier. Pogba écope d’une pression monstre liée à son nouveau statut. Et ce changement, après des années à avoir été « couvé » par Vidal où encore Pirlo autour de lui, est brutal. Le petit prodige a du mal à s’affirmer comme le nouvel homme fort de la Juve et la dynamique de l’équipe ne l’y aide pas. Car oui, la Juve quadruple championne en titre, est elle aussi attendue au tournant après son inter-saison mouvementée.
Résultat, l’entame de championnat des bianconeri est l’un des pires de son histoire. La Juve manque d’impact, manque de liant entre le milieu et l’attaque et Pogba, 10 sur le dos, est rapidement pointé comme l’un des responsables de ce début de saison catastrophique de la Vieille Dame.
La saison de la Juve et d’Il Polpo connait alors un premier tournant lors du retour de Claudio Marchisio dans le 11 de départ. Son retour capital, permet à la Juve de retrouver enfin son regista, pièce maitresse dans l’équilibre de l’équipe et dans sa projection vers l’avant. Pogba peut enfin souffler. Le retour de Marchisio stabilise Pogba dans son rôle de relayeur, et surtout Paul peut enfin compter sur un soutien de poids en la personne du bel italien. Marchisio fait son retour le 18 octobre 2015 à Giuseppe Meazza. Pogba n’a à ce jour au compteur que 2 passes décisives et un seul petit but en 10 rencontres. Depuis, 35 matchs se sont écoulés pour Paul avec 13 passes décisives et 9 buts de plus.

Bolides

L’Hiver sonne le début du renouveau pour la Juventus. Le réveil des anciens, le retour de Marchisio, l’éclosion de Paulo Dybala ou Alex Sandro et bien évidemment le sursaut de Pogba entrainent la renaissance d’une Vieille Dame morte et enterrée par tous, quelques semaines auparavant.
La Juventus redevient la Juventus. Crainte par tous, sans pitié pour ses concurrents. Match après match, les bianconeri engrangent les points, et son retard sur le haut du tableau fond comme neige au soleil. L’issue du championnat parait inéluctable, sauf catastrophe, la Juventus devenue inarrêtable, sera championne. Mais outre ce retour insensé et cette série de victoire historique, l’important est ailleurs. L’hiver 2015 et le printemps 2016 voit surtout la naissance d’un nouveau Paul Pogba. Finis les doutes automnal, finie la mélancolie. Paul Pogba est devenu celui que la Juve attendait. Un cadre, un leader. Et plus seulement ce jeune au talent fou mais nonchalant, se reposant sur la régularité de ses cadres. Le match d’il Polpo à l’Allianz Arena en est le plus beau symbole. Pogba y réalise peut-être l’une de ses performances les plus abouties. Un but certes, mais surtout un match de très haut vol dans des secteurs de jeu où Pogba était souvent pointé du doigt : le replacement défensif, le pressing, la récupération. Ce match est l’illustration de l’arrivée à maturité du jeune français. Pogba n’est plus un « simple » soliste surdoué. Pogba est devenu un véritable joueur de collectif, parfois prêt à abandonner un peu de sa magie pour se fondre dans l’équipe et la tirer vers le haut.
Et c’est surement là la plus belle victoire de la Juventus cette année. Être championne d’Italie pour la 5 ème fois d’affilé c’est historique et le scénario qui va avec rend ce titre légendaire. Mais la Juve a surtout vu cette saison la métamorphose d’un crack devenu leader. Aujourd’hui Pogba n’a plus besoin d’un Marchisio, ou d’un collectif parfaitement huilé pour briller et faire briller les siens.

Destination Finale

Alors bien évidemment, maintenant se pose la question du futur de Pogba. Où jouera t-il l’an prochain ? Une chose est sûre, Paul Pogba est de la race des champions et de ceux qui veulent écrire l’histoire. Dans chacune de ses interview, de ses confessions, transpire la faim de titres, la rage de vaincre. Et quel club, autre que la Juve, ne colle aussi bien à cette mentalité ? Tôt ou tard, Pogba quittera Turin c’est une certitude. Ce dernier ne s’en est jamais caché. Il rêve de Liga, il rêve de Barcelone. Mais avant toute chose, il rêve de trophées et de garanties. Intelligent, il est conscient qu’il dispose à la Juve tous les ingrédients nécessaires pour assouvir ses désirs de titres. Un club structuré et ambitieux, des jeunes joueurs au potentiel de feu, des cadres expérimentés, et un coach qui le connait par coeur. Difficile de trouver un environnement plus confortable et serein que celui de la Juve. Et puis quel club aujourd’hui a les arguments d’une part financier pour l’arracher à la Juve et d’autre part sportif pour garantir à Pogba les trophées et un système adapté au style de jeu et aux qualités de Pogba ? Sans aucun doute, Pogba risque d’être annoncé un peu partout en Europe cet été, au Bayern avec Carlo, à City avec Pep, au Barça avec  Messi Luis Enrique… Mais nous, on prend le pari que Pogba sera encore bianconeri une saison de plus… Voire plus si affinité…

En attendant, Pogba n’est plus turinois, il est français. Et on attend désormais de lui qu’il fasse briller la France. Forza Paul.