6

Ce n’est un secret pour personne, le Paris Saint Germain est en auto-gestion depuis l’arrivée sur le banc de Laurent Blanc il y a trois saisons. En effet, l’équipe est encadrée par un « Conseil des sages » dans lequel on compte des cadres comme Zlatan Ibrahimovic, Thiago Motta, Thiago Silva ou encore Kenenisa Bekele.

Aujourd’hui c’est la tête pensante de ce « conseil des sages » qui a donné son avis sur le PSG, les choix du clubs et Laurent Blanc (le coach, selon la police). L’italien toujours très bon communiquant lorsqu’il veut faire passer un message, n’a pas fait dans la langue de bois.

«Au PSG il manque un directeur sportif comme Leonardo, une structure efficace comme à la Juve»

Motta pointe le déficit organisationnel dans un club qui a pourtant le but de rêver plus grand. Olivier Letang le directeur sportif adjoint (Adjoint d’une personne qui n’existe pas, notez le) en prend donc pour son grade, Thiago tente même de faire le boulot à sa place :

«D.Luiz replacé en sentinelle? Des joueurs comme Diarra, Busquets ou Kroos sont précieux parce qu’ils travaillent pour l’équipe»

«D.Luiz au milieu c’est plus dans un cas d’urgence. Nous ne pouvons pas renoncer à notre identité de jeu»

Le départ de Zlatan sensé mettre fin à un cycle du coté de la capitale fait réagir l’italien qui pense que le PSG regrettera d’avoir laissé filé son meilleur joueur.

«Le départ de Zlatan achève un cycle, mais l’équipe ne va pas être révolutionnée»

« Zlatan est un exemple de professionnalisme. Nous perdons un leader. On risque de le regretter»

La gestion de la blessure de Verratti qui a tant fait parler en Italie mais aussi en France est également pointée du doigt par l’italo-brésilen. Cette fois c’est le staff médical parisien qui est incriminé :

«La blessure de Verratti ? La situation aurait pu être gérée différemment, tout le monde est perdant lui, le PSG et la sélection»

Bien-sûr, Thiago Motta n’oublie pas de parler de l’homme des Cevennes, celui sur qui personne n’a le droit de dire un mot de travers : Laurent Blanc. Et il propose même sa candidature pour le poste d’entraîneur à la fin de sa carrière :

«Blanc devrait parfois expliquer publiquement ce qu’il demande aux joueurs»

«Si je me sens bien, je continuerai à jouer, à Paris ou ailleurs. Sinon, je passerai mes diplômes d’entraîneur»

«Entraîner à Paris? Il serait beau qu’un joueur arrivé au début du projet puisse continuer à faire grandir le PSG»

Le milieu de terrain confirme donc dans cette interview qu’il n’est pas foncièrement d’accord avec la direction que prend le PSG. Le message qu’il compte faire passer semble clair, et il n’est sans doute pas le seul à le penser au sein du « conseil des sages ».

(Photo by Clive Brunskill/Getty Images)