2

Jamel Debouzze a pour habitude de commenter, un bon verre de rouge à la main, les listes des Bleus. Et en tant que sélectionneur de l’Equipe de France comme 65 millions de ses semblables, il arrive à Jamel Debouzze de prendre partie pour certains d’entre-eux, oubliés de ces listes. On se souvient notamment de ses excellents sketchs sur l’absence de Nicolas Anelka son pote de Trappes à la Coupe du Monde 98. (Aimé c’est toi qui avait raison)

Aujourd’hui, bis repetita pour Jamel Debouzze qui a fait une déclaration surprenante, rejoignant un peu celle de Cantona, prenant parti d’Hatem Ben Arfa et Karim Benzema, tout deux absents de la liste.

«Sportivement, comment fait-on pour se priver de joueurs extraordinaires comme eux ? Benzema est l’un des meilleurs attaquants du monde. Ben Arfa, lui, est le meilleur joueur français de la saison en Ligue 1, c’est incontestable tout le monde l’a vu. Il n’a pas sa place en réserve, estime-t-il. Ces gamins représentent en plus tellement de choses, notamment en banlieues. N’avoir aucun de « nos » représentants en équipe de France… (…) Tant qu’on ne permet pas aux quartiers d’évoluer et qu’on en fera pas des Sillicon Valley, qu’on ne leur permettra pas de s’épanouir humainement, socialement et économiquement, on « leur » en voudra toujours d’être ce qu’ils sont. Karim Benzema, et par extension Hatem Ben Arfa, payent la situation sociale de la France d’aujourd’hui. »

Après les propos Eric Cantona largement critiqués et dénoncés, ces propos bien plus mesurés de Jamel Debouzze ouvrent quant à eux un vrai débat sur le rôle qu’ont pu jouer les médias et le « contexte » social sur le choix de sélectionner ou non, Benzema et Ben Arfa.