7

Si la Croatie est considérée comme un outsider pour l’Euro, c’est en partie grâce à son milieu de qualité. Autour des Milan Badelj, Ivan Rakitic et l’indéboulonnable Luka Modric, il y a Mateo Kovacic. Celui qui aurait pu représenter l’Autriche (ayant vu le jour du côté de Linz) est la future coqueluche du peuple Croate. Le talentueux milieu de terrain du Real Madrid a tout pour être l’une des révélations de cet Euro même si sa saison n’était pas celle attendue…

Une patte de velours mais l’impact d’une mouche

 (Photo credit should read STR/AFP/Getty Images)
(Photo credit should read STR/AFP/Getty Images)

 

Âgé seulement de 22 ans, Mateo Kovacic est en phase de disputer le premier Euro de sa jeune carrière. Malgré un temps de jeu réduit au Real Madrid, le numéro 16 sort grandi de sa première saison en Espagne. Lui l’habituel tricoteur a dû changer son jeu en arrivant au Real. En effet, Mateo est avant tout un sacré manieur de ballon. Techniquement au dessus, le Croate est un accélérateur de particules. Capable de remontées de balle fantastiques, il n’hésite pas à prendre des initiatives quand il le faut. Dribbleur, casseur de reins, Kova est un joueur comme la Yougoslavie était capable de nous en sortir.

Son passage à l’Inter lui a permis de montrer ses qualités de percussion et de dribble. Placé en regista, ou plus haut en tant que relayeur, voir en trequartista, l’ancien de l’Inter est polyvalent. Mais cette polyvalence est aussi un défaut… L’ancien du Dinamo n’a toujours pas de poste attitré. Au Real comme a l’Inter, personne sait où est sa meilleure place. Devant la défense à la Pirlo, derrière l’attaquant ou bien au coeur du jeu. Zidane l’a placé en tant que relayeur dans son 4-3-3, produisant des matches corrects. Kovacic s’occupe de faire le minimum sans apporter de folie comme il sait pourtant le faire. Vu son positionnement, l’ancien Interista n’est pas un joueur décisif. Lor de ses deux premières saisons avec l’Inter, l’ancien numéro 10 avait marqué le nombre sans appel de 0 buts. Alors qu’on attend de lui qu’il soit décisif, Mateo n’y arrive pas. Sa dernière saison à l’Inter aura été une vraie réussite même si malheureusement, il n’a pas pu enchaîner à Milan, son irrégularité est alors souvent pointée du doigt.

Un avenir incertain

 (Photo credit should read ATTILA KISBENEDEK/AFP/Getty Images)
(Photo credit should read ATTILA KISBENEDEK/AFP/Getty Images)

 

Finalement, c’est au Real Madrid qu’il va continuer sa carrière à la surprise générale. Sa première saison au Real lui permettra d’apprendre énormément au coté de son idole Modric et des superstars qui composent le vestiaire. D’un point de vue personnel, la saison de Kovacic est quelconque. Le numéro 16 Croate n’arrive pas à se faire une place dans le XI de Benitez et de Zidane. Cantonné à un rôle de remplaçant, il joue des bouts de matches quand il faut faire tourner les indéboulonnables au milieu. Lors de ses rares titularisations, il fait le minimum sans pour autant transcender le public. Le Kovacic de l’Inter semble avoir disparu. Zéro buts en Liga, un seul en Ligue des Champions, la saison de l’ancien Nerazzuro est maigre. Excepté l’absence de buts ou passes décisives, c’est son impact dans le jeu qui est pointé du doigt. Il ne semble pas encore prêt à endosser le rôle d’un Kroos ou Modric au Réal Madrid. Son jeune âge en est surement une raison. Cet Euro devrait donc être un bon bol d’air frais pour le jeune Croate. Avec une pression moindre et un rôle de joker de luxe qui lui va à merveille, il pourrait faire d’énormes différences lorsque Ante Caçiç ferra appel à lui. Dédouané de la construction du jeu avec la présence de Modric, il pourrait faire des apparitions en tant que relayeur ou derrière Mandzukic. Dans une position d’électron libre, Kovacic pourrait faire mal aux adversaires en fin de match. Si la Croatie espère tirer le meilleur du Madrilène, elle devra l’utiliser avec parcimonie sous peine d’être déçu par le niveau de son joyau. Son avenir au Real semble confus, tant tout l’encadrement espère retrouver le Mateo qui émerveillait Giuseppe Meazza et non pas son sosie Espagnol.

En cas de départ, le Milan AC reste une issue envisageable, Kovacic jouerait enfin dans le club de son autre idole… Zvonnimir Boban.

    (Photo credit should read ATTILA KISBENEDEK/AFP/Getty Images)