3

Quand comme Dele Alli, tes initiales sont DA, pas étonnant que tu plaises même à Eva Mendes.

Le jeune milieu de Tottenham, du haut de ses 20 ans et fort d’une première saison de Premier League impressionnante, s’apprête à disputer sa première compétition internationale. Pour couronner le tout, il sera très probablement un des atouts majeurs du milieu de Roy Hodgson.

Un monstre de précocité

Si les projecteurs se sont rapidement braqués sur Alli cette saison, cela fait déjà depuis 2011 qu’il joue en professionnel, aux MK Dons, l’équipe de League One (troisième division) d’abord, jusqu’en janvier 2015 lorsque Tottenham se décide à lâcher la somme de 6,5 millions d’euros pour le feu follet d’origine Nigériane… avant de le prêter dans la foulée à son club formateur afin d’y finir la saison.

Il aura donc fallu attendre la pré-saison 2015 et sa quatrième (déjà) saison en pro pour voir Alli sous les couleurs d’un club de Premier League. Autant dire qu’il n’aura pas attendu bien longtemps pour montrer l’étendue de sa palette technique puisqu’il aura impressionné à chaque match des Spurs lors de leur tournée d’été, notamment face au Real Madrid. Il n’en fallait pas plus pour convaincre un Pochettino désireux d’apporter plus de technique et de spontanéité à son entre-jeu, voilà Dele propulsé très rapidement au rôle de titulaire d’un Tottenham bien décidé à concourir pour le titre de champion.

Loin de là l’idée de faire de la figuration, le jeune milieu s’impose très vite comme le dépositaire de la construction du jeu de Tottenham par ses relances courtes, verticales et par son énergie débordante. De plus, son toucher de balle est assez assuré pour supporter le pressing des équipes adverses, afin de toujours trouver une solution dans les petits espaces. Peut-être ce qu’il manquait à ces Spurs pour réellement viser les sommets : un milieu assez doué techniquement pour assurer rapidement la transition vers les avant-postes, surtout pour les artificiers que sont Eriksen et Kane… ce dernier avec qui Alli sera de nouveau aligné cet été sur les pelouses Françaises sous la bannière des Three Lions.

Un lionceau chez les Three Lions

En sélection, justement, il n’aura pas fallu longtemps à Dele Alli pour faire son trou sous la houlette de Roy Hodgson. Comme la plupart des hype britanniques de 3 semaines vous me direz (à juste titre), mais quand même. Ainsi dès le 9 octobre, Alli a célébré sa première sélection face à l’Estonie et sa première titularisation le 17 novembre dans un amical face aux Bleus qui ressemblait plus à un match de gala en mémoire aux victimes des attentats ayant frappé la France le 13 du même mois.

Mais comme Dele Alli se fout royalement de l’esprit Charlie et de l’esprit Bataclan il a profité de ce jour de deuil national pour allumer la lucarne d’Hugo Lloris et ainsi faire admirer son onctueux dégradé en gros plan à la face du monde.

Parce que lorsqu’il s’agit d’être décisif, Alli sait y faire aussi. Auteur de 10 buts et 9 passes décisives cette saison (à la limite du double-double), le milieu se mue en meneur ou en buteur au besoin : une versatilité toujours appréciable dans les compétitions internationales. Utilisé en milieu relayeur droit par Roy Hodgson il faudra s’attendre à le voir souvent aux avants-postes plutôt qu’en sentinelle ou en premier relanceur, rôle qui sera principalement occupé par son coéquipier de Tottenham, Eric Dier. En effet le manque significatif d’ailiers dans cette sélection anglaise (Sterling sera le seul ailier de métier), les montées des milieux sur les ailes pour compenser les repiquages dans l’axe des joueurs offensifs devraient être légion sur le sol français cet été pour l’équipe du royaume de Sa Majesté.

Si l’Angleterre ne part pas favori pour l’Euro (parce qu’on parle quand même de l’Angleterre…), ce groupe très jeune, enfin débarrassé de ses vieux fantômes comme Lampard, Gerrard ou Terry, auquel Roy Hodgson n’hésite pas à donner les clés à ses jeunes pousses, devrait proposer un jeu très séduisant… à défaut d’être au niveau des réels favoris de la compétition.

Cet Euro 2016 servira principalement de premier réel test pour une génération prometteuse avant des jours qui s’annoncent radieux. Une génération prometteuse qui pourra en tout cas compter sur Dele Alli.

(Photo credit: Paul Gilham/Getty Images)