1

Suite à une coupe du monde 2002 des plus désastreuses, l’Equipe de France comptait bien redorer son blason au cours de l’Euro 2004. Et pour essayer de bien finir dans cette compétition, le mieux était de bien commencer. Le lendemain du début du tournoi, l’Estadio da Luz accueillait la France et l’Angleterre pour un match de gala. Beckham et Zidane, alors coéquipiers au Real Madrid, portent les brassards de capitaine de leur sélections en cette soirée du 13 Juin 2004.

LISBON, Portugal: England midfielder Frank Lampard (C) raises his arms after scoring against France, 13 June 2004 during their opening match at the European Nations football championships at the Estadio da Luz in Lisbon. France and England are competing in Group B with Croatia and Switzerland. AFP PHOTO FRANCK FIFE (Photo credit should read FRANCK FIFE/AFP/Getty Images)
(Photo credit should read FRANCK FIFE/AFP/Getty Images)

 

Malgré un match plus ou moins équilibré, les anglais prennent l’avantage dès la 38ème minute grâce à Frank Lampard qui reprend un coup franc de Beckham d’une tête imparable. Peu à peu, les bleus, ne trouvant pas de solutions pour revenir au score, s’exposent de plus en plus. En résultent des contres qui profitent à un Wayne Rooney encore svelte et chevelu, et à Michael Owen. C’est d’ailleurs sur ces contres que l’Angleterre aurait pu et dû faire la différence, en la personne de l’infernal WAYYYYNNEEEE ROONEEYYYY qui suite à dégagement hasardeux de Beckham à la 71ème minute, récupère le ballon dans sa moitié de terrain, dépose littéralement Thuram aux abords de la ligne médiane, et fixe Sylvestre jusqu’à arriver dans la surface avant de l’effacer d’un crochet pour obtenir un penalty qui peut sceller le sort du match. Naturellement, the golden boy s’en charge, le tire et le place assez bien, mais à mi-hauteur, ce qui laisse la possibilité à Barthez de se détendre et de détourner la frappe du capitaine. Le « chauve préféré de ton divin chauve préféré » n’y manque pas et permet aux bleus d’y croire encore.

LISBON, PORTUGAL - JUNE 13: French footballer Fabien Barthez saves the penalty from England player David Beckham during the France v England Group B match in the 2004 UEFA European Football Championships at the Estadio da Luz on 13 June, 2004 in Lison, Portugal. (Photo by Ross Kinnaird/Getty Images)
(Photo by Ross Kinnaird/Getty Images)

 

Les tricolores sentent qu’ils peuvent le faire et se montrent alors plus poussifs, et plus le chrono s’écoule, plus le match se transforme en une session d’attaque/défense. La bande à Zidane essaie de briser un bloc anglais aussi solide que Stoke City on a cold rainy night in the Britannia Stadium. Et alors que l’on entre dans le temps additionnel, Zizou déclenche un centre, qui est repoussé par la défense, puis récupéré par Claude Makélélé qui se fait fauché par la légende Emile Heskey, obtenant ainsi un coup franc très intéressant pour l’équipe de France. Plusieurs joueurs se montrent intéressés par l’opportunité d’égaliser mais le Z saura se montrer convaincant grâce à cette phrase qui restera dans l’histoire: « Les gars, c’est un coup-franc bieng placé, je veux bieng le tirer ». Le capitaine des bleus pose alors le ballon avec délicatesse tandis que de l’autre coté, Calamity James et son calamity placement donne des consignes à son mur. Zinédine s’élance, enroule avec puissance, et envoie le cuir dans le petit filet opposé. Égalisation de l’équipe de France à la 91ème minute. On se dirige alors droit vers un match nul.

BEST OF ENGLAND FRANCE AT EURO 2004. French captain Zinedine Zidane (L) scores France's equaliser against England, 13 June 2004 during their opening match at the European Nations football championships at the Estadio da Luz in Lisbon. France and England are competing in Group B with Croatia and Switzerland. AFP PHOTO FRANCK FIFE (Photo credit should read FRANCK FIFE/AFP/Getty Images)
(Photo credit should read FRANCK FIFE/AFP/Getty Images)

 

 Seulement voilà, les bleus ne sont pas rassasiés, et alors que les anglais viennent de reprendre possession du ballon, ils subissent un gros pressing adverse mené par le capitaine. Les français récupèrent le ballon, et tentent d’attaquer rapidement, mais c’est sans compter sur Stevie G qui récupère la balle, et redonne à David James. Enfin, « redonne » tellement la passe en retrait est mauvaise, profitant ainsi à Thierry Henry qui devance le grand David et obtient un penalty crucial. TH12 le célèbre comme s’il avait mis le but de la Decima, mais c’est bien Zidane qui se présente face au rempart anglais David James aka The World Trade Center aka The Golden Bridge aka Burj Khalifa. Le numéro 10 ne tremble pas face à tous ses surnoms, et envoie le ballon au même endroit que sur le but précédent. Les français prennent alors un avantage définitif dans les derniers instants du match, laissant à peine le temps aux anglais de réengager.

La suite nous la connaissons, la France termine première de son groupe et se qualifie pour les quarts de finale, avant de tomber, impuissante, face au futur champion (ça fait toujours du bien de se dire ça non ?), qui n’est autre que le Portu… la Grèce de ce diable de Charistéas.