6

L’officialisation des départs de Mendy et Michy a marqué la fin du fameux « Projet Dortmund », commencé par Vince Labrune à l’été 2013. 3 ans et environ 60M€ de bénéfices plus tard, l’heure est venue de changer de projet côté OM.

Et l’idée brillante est venue à Vincent « Phil Jackson » Labrune à la fin de l’année 2015, alors qu’il déclarait à Libération : « Au printemps prochain, nous ressemblerons à une équipe NBA avant la draft, avec une grosse marge de salary cap. Nous serons prêts à fondre sur des bons choix de draft ». Si on passe le fait qu’il a probablement confondu la Draft et la Free Agency, le General Manager du Heat de Marseille marque un point : les départs consécutifs de quatre des plus gros salaires du club (Mandanda, Nkoulou, Mendy et Batshuayi) et le manque d’argent pour recruter poussent l’OM vers un recrutement à moindre coût. Les trois premières arrivées (Khaoui, Sakai et Bedimo) ne dérogent pas à la règle.

Un roster à améliorer pour retrouver les Playoffs

projetnba1

Après avoir tanké cette saison pour récupérer un bon choix de draft et perdu dans le même temps de nombreux cadres, l’objectif est donc de reconstruire un effectif capable d’accrocher les places qualificatives pour les Playoffs. Le Roster semble pour le moment un peu faible.

Meneur de jeu – Titulaire : Rémy Cabella

Au poste 1, Franck Passi devrait offrir les clés du jeu au joueur drafté en 2010 par les Pailladins de Montpellier. L’international français, prêté la saison dernière a rejoint le club définitivement cet été, malgré une saison en demi-teinte. Avec les probables départs de Lass & Barrada, et celui acté de Batshuayi, ce sera à lui de prendre le jeu à son compte et de devenir le leader technique de son équipe. Il faudra donc espérer qu’il retrouve le niveau qui était le sien avant la coupe du monde 2014 et son départ à Newcastle.

Pour le suppléer, Bouna Sarr devrait être le sixième homme de la formation phocéenne. Capable d’évoluer à plusieurs postes, sa polyvalence devrait être un atout pour le Steve Kerr de Bergerac, Franck Passi. Pour compléter le roster à ce poste, le nouveau venu Saif-Eddine Khaoui devrait gratter un peu de temps de jeu d’ici à la fin de la saison.

La bonne affaire de la free agency : Gaston Ramirez. Un temps annoncé à l’OM il y a 2 saisons, l’international uruguayen ne s’est pas imposé à Southampton. Prêté en Championship cet hiver, il a été l’un des artisans principaux de la remontée en PL de Middlesbrough. Il devrait cependant continuer l’aventure avec Boro et s’engager pour 3 ans… si sa demande de permis de travail est acceptée. La situation du joueur pourrait être à suivre.

Arrière – Titulaire : Henri Bedimo

C’est la première recrue du mercato marseillais. Arrivé pour remplacer Mendy, le camerounais possède toutes les caractéristiques pour s’imposer rapidement dans le cinq majeur, dans lequel il pourra faire parler son expérience et sa connaissance parfaite de la L1. Il formera un duo pas loin de nous rappeler John Dorian et Chris Turk avec son ancien coéquipier de Montpellier Rémy Cabella. Les Splash Brothers des Bouches du Rhône. En back-up, on retrouve un autre free agent : Hiroki Sakai. Le Japonais sera un sérieux concurrent à Bedimo. Il pourra apporter ses qualités offensives et sera important dans la rotation de l’effectif.

La bonne affaire de la Free Agency : Facundo Roncaglia. Si Martin Caceres n’a pas été retenu par la Juventus, il semble peu probable que le joueur soit intéressé par le projet marseillais. Un autre nom, bien connu à Marseille, est actuellement libre de tout contrat. L’Argentin Roncaglia, à deux doigts de signer l’année dernière pourrait être une cible intéressante pour renforcer la défense.

Ailier – Titulaire : Romain Alessandrini

Face aux départs de la totalité des cadres du vestiaire, El Numéro Once va probablement devenir El Capitan. Le « régional de l’étape » comme dirait Titi Adam va être propulsé au rang de Franchise Player, et c’est peut-être ça qui est le plus inquiétant finalement. GK Nkoudou pourrait fortement le concurrencer, à moins qu’il ne cède lui aussi aux sirènes des franchises disputant l’Euroleague.

La bonne affaire de la Free Agency : à la base c’était Kevin Durant mais il était un peu trop cher, du coup on ne sait pas trop. Il y avait bien Andrija Zivkovic, mais le jeune champion du monde U20 va s’engager le Benfica Lisbonne. Il va peut-être falloir songer à sortir un peu le porte-monnaie finalement.

Ailier fort – Titulaire : Rolando

Avec le départ de Nkoulou, le Colosse du Cabo Verde devrait régner dans la raquette phocéenne. Le géant portugais avait déjà démontré ses qualités défensives et de leadership la saison dernière. Il devra désormais s’affirmer comme un des patrons du vestiaire. Sur le terrain, le système défensif s’articulera autour de celui qui est considéré comme l’un des meilleurs rebondeurs de la ligue. Problème : le portugais fait beaucoup de fautes : la rotation variera donc entre le néerlandais Karim Rekik, choix plus défensif, qui possède les mêmes caractéristiques que Rolando, ou Antoine Rabillard. Le joueur drafté par l’OM a un profil plus offensif et sera donc utile en cours de match.

La bonne affaire de la Free Agency : Kolo Touré pour mettre l’ambiance dans la Vélodrome Orange Arena. Le joueur de 48 ans a quitté Liverpool et pourrait apporter son expérience du haut niveau au vestiaire. Le niveau sportif reste cependant un point d’interrogation, mais on s’en fout. Yaya Yaya Yaya Yaya Yaya Yaya Yaya TOURÉ KOLO KOLO KOLO KOLO KOLO KOLO KOLO TOURÉ.

Ici, on peut voir la bâche énormissime de Rolando sur Zlatan
Ici, on peut voir la bâche énormissime de Rolando sur Zlatan Ibrahimovic

Pivot – Titulaire : Yohann Pelé

Le physique fragile d’Abou Diaby empêchant d’imaginer tout système avec le milieu de terrain, c’est Yohann Pelé, « the French Andrew Bogut », qui évoluera au poste 5. Pendant près de dix ans, le poste a été occupé à la perfection par Steve Mandanda. Pelé a-t-il les épaules pour le remplacer ? Il souffrira forcément de la comparaison… À moins que Vince Labrune ne décide de trouver un remplaçant.

La bonne affaire de la Free Agency : Victor Valdes. L’ancien barcelonais arrive à la fin de son cauchemar à Manchester United. Après une pige rapide en Belgique en début d’année, il cherche un nouveau défi, et l’OM serait bien inspiré de tenter le coup…

Franck Passi : « on va jouer small ball »

Dans un entretien avec Basket USA, le coach marseillais a affiché son ambition. « Je suis un jeune entraineur. J’ai envie de faire mes preuves, de marquer l’équipe de mon empreinte. On sort d’une mauvaise saison, il faut faire revenir le public donc on doit faire le spectacle. » L’entraineur a un style bien précis. « On va pratiquer un jeu offensif, peut-être en small ball avec une circulation rapide et fluide du ballon. Il faut faire plaisir aux spectateurs ».

« The Black Gregg Popovich », comme il est surnommé aux Etats-Unis, est cependant conscient de l’effectif qu’il a à sa disposition. « J’ai bien remarqué que je n’avais pas une équipe de MVP. Je les ai regardé dans les yeux, et je leur ai dit : Rémy, c’est pas Curry ; Romain, c’est pas Curry ; le petit bonhomme là *pointe le doigt vers Nkoudou*, c’est pas Curry. Mais en jouant en équipe, vous serez capables de grandes choses. » Preuve d’une ambition débordante : « L’objectif, c’est d’accrocher les Playoffs. Ensuite on verra… Comme m’a dit un jour Pierre Menes, l’appétit vient en mangeant et c’est bien pour ça que j’ai toujours faim *rires* ». Ca promet.

Crédits Photos : Thomas Samson