4

« -Championnat anglais ? C’est fait. Italien ? C’est fait. Espagnol ? C’est fait. Français ? C’est fait. Allemand ? C’est fait. Hollandais ? Aussi. Belge ? Déjà fait. Portugais ? Ah non. On n’a jamais fait ça.
– Mais t’es sûr que ce serait bien ? Parce que quand on voit leur niveau de jeu à l’Euro, si le championnat est pareil, ça va être long.
– Mais non, justement ils ont gagné l’Euro. On pourrait surfer sur la vague du succès, ça permettrait de gagner pas mal d’abonnés. En plus, ce serait un peu « LA » nouveauté de la rentrée quoi. Niveau commercial ce serait parfait. Comment on pourrait appeler ça ? « Bienvenue… », pour commencer c’est bien non ?
– J’ai même mieux. Ça va faire rire et pleurer les gens à chaque fois qu’ils vont le lire, ce titre. « Bienvenue au pays d’Eder, le bourreau portugais ».
– C’est un peu fade, même si c’est très drôle. Il faut mettre un petit côté décalé, un côté hipster. Par exemple…
– Je sais, je sais, je sais ! Au lieu de mettre « Eder », qui est son diminutif, on va mettre son nom complet. Comme ça les gens vont pas savoir tout de suite de qui il s’agit. Ils vont devoir chercher un peu, et du coup ce sera encore plus marrant quand ils vont trouver. Attend, je vais chercher ça sur le « net ». *Tape sur son ordinateur, tout excité par sa nouvelle trouvaille*. Ça donnera donc : « Bienvenue au pays d’Éderzito António Macedo Lopes ».
-C’est un peu long. J’ai lu qu’à partir d’un certain nombre de mots, les gens n’accrochent plus au titre. C’est pas assez vendeur.
– On va raccourcir un peu alors, si c’est pas vendeur. Je ne voudrais pas perdre d’argent!
*Réfléchis longuement* Jean-Pierre, c’est mon dernier mot: « Bienvenue au pays d’Ederzitogol ».
– C’est PAR-FAIT! Qu’est-ce que je ferais sans toi ? T’as toujours la bonne idée au bon moment… »

(Photo by Dan Mullan/Getty Images)
(Photo by Dan Mullan/Getty Images)

Je vous épargnerai les heures de discussion qui ont suivies pour mettre en place un programme et des articles « décalés », comme ils le disent si bien. Mais voilà à peu près comment aurait été décidée la nouvelle rubrique de la rentrée, dans la plupart des médias sportifs français. Une rubrique, par pur opportunisme, par pur business. Le Portugal, car « champions d’Europe », car « CR7 », car « belle histoire de l’été ».

De notre côté, c’est tout l’inverse. Décidée bien avant la victoire portugaise, bien avant même le premier coup de sifflet dans la compétition, elle n’avait, et n’a toujours eu comme objectif premier qu’un seul mot : Football. Avant toute chose, c’est le jeu, le sport-roi qui compte. Vous nous direz donc : mais pourquoi le Portugal, pourquoi pas un autre pays ? Car il est le football de demain, celui qui vous fera vibrer, celui qui vous fera pleurer, celui qui animera vos soirées européennes. Il est le football du futur, celui qui n’aura jamais sa place dans le top 5 européen, mais que toute l’Europe scrute de près pour en extraire les talents.

« Il me faut du nouveau, n’en fût-il point au monde ». Voilà les mots de Jean de La Fontaine. Pour tous, amoureux du football ou simples passants, il faut aussi du neuf. Aujourd’hui, le football tourne trop souvent autour des mêmes championnats et des mêmes hommes, l’argent comme cause principale. Alors, voyageons, partons à la recherche de nouveaux horizons footballistiques, de nouvelles pépites, de nouveaux stades. D’un nouveau football. Un football encore légèrement préservé de la mondialisation.

(Photo by Carlos Rodrigues/Getty Images)
(Photo by Carlos Rodrigues/Getty Images)

Mais c’est aussi le football d’un point de vue décalé que nous voulons vous offrir. Vraiment décalé, pas comme les deux personnes qui cherchaient une rubrique vendeuse un peu plus haut. C’est le football en tant qu’apport culturel. Ce football qui touche à tout, ce football qui est aimé par tous. Le football en tant qu’art. C’est donc pourquoi cette rubrique sur la Liga Nos a été créée, pour montrer qu’il ne suffit pas d’être « LE » meilleur joueur de sa bande de potes, ni le plus connaisseur, si on ne parle pas du football comme d’une passion. Il faut savoir vivre le football pour en parler. Il faut en parler, en discuter, en débattre, pour le vivre intensément. L’un ne fonctionne pas sans l’autre.

Mais cette rubrique, c’est quoi exactement ?

Tout d’abord, c’est un nom, qui prend tout son sens lorsqu’on lit l’introduction de l’article : « Bienvenue au pays d’Ederzitogol ». Un nom qui nous rappellera à chaque lecture, nous, diezistas, que le football n’est pas un business. Que c’est en le traitant de la sorte qu’il perd de sa valeur, qu’il court à sa perte. Ici, on ne manipule pas le football pour gagner des abonnés. On rencontre de nouveaux abonnés, jour après jour, en leur faisant vivre le football, dans son plus simple appareil.

C’est aussi un slogan : « La première rubrique 100% Portugal, où il ne sera ni question de navigation, ni de CR7 ». A moins que par miracle, il ne retrouve son pays natal, pour un dernier round plein de nostalgie.

(Photo by Dean Treml/Red Bull via Getty Images)
(Photo by Dean Treml/Red Bull via Getty Images)

C’est une rubrique polyvalente, où vous pourrez retrouver des interviews de joueurs, évoluant ou ayant évolué au Portugal. Des fictions, aussi. Des portraits de joueurs. Un article type qui résumera les journées de championnat. Des hors-séries pour les rencontres européennes. Et encore bien d’autres surprises, juste pour vous!

Cher diezistas, c’est donc pour vous que tout cela a été créé et décidé. Pour votre amour du jeu, et votre soif de nouveautés. Alors rendez-vous cette année pour vivre ensemble une saison de folie. Toujours dans ce style décalé et loufoque, avec un seul mot qui guide notre corps, des pieds à la tête : FOOTBALL.

#BienvenueAuPaysdEderzitogol