0

Ces deux premières sorties sur le plan national nous auront permis de valider une thèse que beaucoup aiment défendre avec toute la générosité du monde : le talent n’a pas d’âge. Il n’a pas d’âge, mais il se situe du côté de Porto. Il possède le doux nom d’André Silva, et porte le numéro dix des patrons. En deux matchs, il a inscrit autant de buts salvateurs pour son équipe. Une performance démesurée qui le positionne comme le meilleur attaquant du pays à seulement vingt-ans. Vous pouvez le crier haut et fort : André Silva MVP !

« Viser la Lune » : le titre, encore et toujours

Il est des joueurs dont l’instinct de survie vous fait tomber amoureux dès le premier regard. André Silva fait partie de cette classe. Car après ses deux premiers matchs, il a déjà sauvé le peuple portista, lui qui depuis quelques années admire sagement la réussite de ses ennemis avec une certaine amertume. Il semblerait que le vent ait tourné, et que l’équipe de Nuno Espirito se lance dans un réel défi. Celui de faire déjouer ses adversaires directs pour franchir la ligne en premier.

Seule une équipe parvient à les talonner et à suivre leur rythme: le Sporting de Jorge Jesus. Avec trois buts inscrits, zéro encaissé, c’est un départ convaincant que réalisent le champion d’Europe Adrien Silva, unique buteur sur la dernière rencontre, et les siens.

La petite surprise de ce début d’exercice, bien que les nombreuses absences en soient à coup sûr pour beaucoup, c’est certainement le faux-départ de Benfica. Avec quatre petits points en deux matchs, et un nul à domicile contre la modeste mais joueuse équipe de Setubal, la bande de Rui Vitoria entame mal la reprise. Côté surprise toujours, le trio Boavista-Moreirense-Setubal qui comptabilise quatre points, et qui truste les places européennes. Espérons pour eux que leur bon début de parcours ne s’arrêtera pas là. En particulier pour Setubal, net vainqueur deux buts à zéro de Belenenses il y a une semaine. Et donc auteur d’une belle prestation contre Benfica, bien aidé par un Varela hors-normes dans les cages.

(Photo by Christopher Lee/Getty Images)
(Photo by Christopher Lee/Getty Images)

 

Entre le ventre mou et le haut de tableau zone l’équipe de Braga, très peu inspirée jusqu’ici. Une courte victoire contre Guimaraes, puis un nul contre Rio Ave. Un bilan chétif pour un cador. Certes, la domination était bien présente sur les quatre-vingt-dix dernières minutes (vingt-deux tirs à huit, dont dix cadrés pour le club hôte), mais le manque de lucidité et de réalisme devant le but leur a empêché de prendre les trois points. Le départ de Rafa Silva, en tribunes lundi soir, n’arrangera rien à cela.

« J’ai encore rêvé d’elle » : ils rêvent d’Europe, mais peuvent-ils vraiment l’atteindre ?

On les attendait dans le TOP FIVE, on les retrouve finalement dans le ventre mou: Arouca. L’Europe dans un coin de la tête depuis la reprise, avec une première double confrontation contre Heracles, puis une seconde contre l’Olympiakos, il paraît difficile de concilier les deux compétitions alors qu’il y a encore un an le groupe se battait pour se maintenir en première division. Après une première défaite contre l’Olympiakos, et uniquement trois points en deux matchs, un véritable dilemme se présente: persévérer pour réaliser le rêve européen, ou lancer la saison de Liga Nos?

En milieu de tableau, on retrouve aussi le jeune promu Feirense, capable du meilleur (victoire 0-2 contre Estoril), comme du pire (défaite 0-3 contre Moreirense). A leurs côtés, le Vitoria Guimaraes de Moussa Marega, buteur et passeur décisif au dernier match (victoire 2-0 contre Maritimo).

« Ne me quitte pas » : le « Dupraz Time »

Huit équipes pour deux places. Entre le promu Chaves (qui n’a joué qu’un seul match pour le moment), le club lisboète de Belenenses, ou encore l’équipe talentueuse de Tondela, il n’y a qu’un point d’écart. Avec pour la meilleure, le point du nul, et pour la pire le zéro pointé, les retardataires se font nombreux en Liga Nos. Ils comptent même parmi eux le sixième du dernier championnat, Rio Ave. Il faudra vite se ressaisir, sous peine de voir le fossé se creuser rapidement avec le wagon de tête.

Résultats :

Journée 1 :

Rio Ave 1 / 3 Porto (Marcelo 36′ / Corona 40′ – Herrera 52′ – A.Silva 60′)

Moreirense 1 / 1 Paços Ferreira (E.Fati 71′ – Welthon 41′)

Sporting 2 / 0 Maritimo (Coates 21′ – B.Ruiz 61′)

Tondela 0 / 2 Benfica (L.Lopez 39′ – A.Horta 92′)

Boavista 2 / 0 Arouca (I.Mandiang 5′ – Lucas 25′)

Vitoria Setubal 2 / 0 Belenenses (A.Claro 10′ – F.Venancio 49′)

Vitoria Guimaraes 0 / 1 Braga (P.Santos 15′)

Estoril 0 / 2 Feirense (Platiny 9′ – A.Karamanos 81′)

Journée 2 :

Belenenses 0 / 0 Boavista

Maritimo 0 / 2 Vitoria Guimaraes (Raphael 19′ – M.Marega 29′)

Chaves 1 / 1 Tondela (J.Mario 28′ / J.Murillo 82′)

Paços Ferreira 0 / 1 Sporting (Adrien 45′)

Porto 1 / 0 Estoril (A.Silva 84′)

Feirense 0 / 3 Moreirense (R.Rodrigues 12′ – M.Oliveira 69′ – C.Geraldes 81′)

Arouca 2 / 0 Nacional Madeira (R.Crivellaro 24′ – Zequinha 30′)

Benfica 1 / 1 Vitoria Setubal (R.Jimenez 82′ / F.Venancio 66′)

Braga 1 / 1 Rio Ave (Nikola Stojilijkovic 92′ / P.Moreira 40′)

Le moment Ederzitogol :

Deux titularisations, mais toujours aucune réalisation pour l’ogre portugais. Il paraîtrait qu’Ederzitogol attend la 109ème pour scorer en Ligue 1. Ce qui expliquerait que le LOSC enchaîne les matchs nuls…

(Photo credit should read FREDERICK FLORIN/AFP/Getty Images)

(Photo credit should read FREDERICK FLORIN/AFP/Getty Images)

(Photo credit should read FRANCISCO LEONG/AFP/Getty Images)