1

S’il est courant dans le football de voir des joueurs capables d’évoluer à plusieurs postes, la trajectoire du milieu catalan est néanmoins un peu plus surprenante que les autres. À 24 ans, le milieu offensif transformé en latéral droit s’est rendu indispensable à son club formateur, et est devenu le remplaçant naturel Dani Alves.

Milieu de terrain presque lambda dans un club qui forme des cracks en veux-tu en voilà, Sergi Roberto a mis du temps avant d’obtenir la reconnaissance qu’il méritait. Pep Guardiola, qui l’a lancé dans le grand bain en 2010, n’en disait que du bien : « c’est un joueur à suivre dans les prochaines années. Quand il va exploser, beaucoup de gens seront surpris ». Pourtant, Sergi s’est longtemps contenté des miettes laissées par ses coéquipiers. Son temps de jeu augmentera légèrement sous Tata Martino, avant d’exploser sous les ordres de Luis Enrique, qui en avait déjà fait un de ses joueurs clés à l’époque où il entrainait le Barça B. Ainsi, après avoir disputé 39 rencontres entre 2010 et 2014, son temps de jeu a quasiment doublé (70 matchs) en seulement deux ans depuis l’arrivée du grimpeur de la Movistar.

Comment fabriquer un bon Sergi Roberto (source marmiton.org)
Comment fabriquer un bon Sergi Roberto (source marmiton.org)

 

De couteau suisse à latéral

Si Sergi Roberto a fini par gagner sa place la saison dernière, c’est en partie grâce à sa polyvalence exceptionnelle, dans un contexte bien particulier : l’interdiction de recrutement, qui a notamment empêché Aleix Vidal et Arda Turan de jouer durant six mois. Une chance que le numéro 20 du Barça a su saisir parfaitement. Prévu quatrième choix au poste de milieu de terrain, Roberto a d’abord profité d’une blessure de Dani Alves pour s’imposer comme un choix légitime au poste de latéral droit. Un autre coup du sort, la rupture des ligaments croisés de Rafinha, a ensuite fait remonter le catalan dans la hiérarchie des milieux. Puis la blessure de Messi lui a ouvert les portes au poste d’ailier droit. Il a également dû dépanner au poste de latéral gauche pour compenser une blessure de Jordi Alba.

Plus qu’un joueur de complément présent pour faire souffler les titulaires lors des matchs moins importants, il devient ainsi une sorte de douzième homme, voire même un titulaire régulier face aux blessures successives de certains titulaires. L’accumulation de temps de jeu booste la confiance du jeune homme qui enchaine les bonnes prestations, sans que ses différents changements de position aient un impact sur celles-ci. Au final, en 49 matchs disputés la saison dernière, le petit Sergi a connu six postes différents.

La saison 2015/2016 de Sergi Roberto
La saison 2015/2016 de Sergi Roberto

 

Nouveau statut

Le Barça a connu un été agité sur le marché des transferts. Mais le départ de Dani Alves n’était pas forcément prévu. Qu’importe, le latéral brésilien n’a pas été retenu par les dirigeants catalans, qui ont décidé de ne pas le remplacer et de faire confiance à la paire Sergi Roberto & Aleix Vidal pour le poste de latéral droit. S’il est probable que le néo-international espagnol dépanne de temps à autre au milieu de terrain en cours de saison, c’est donc à son nouveau poste qu’il va s’installer cette saison. Et ce n’est pas une surprise.

Déjà convainquant à ce poste la saison dernière, le désormais ancien milieu possède toutes les qualités pour s’imposer comme latéral. Rapide et athlétique, il n’éprouve aucune difficulté à effectuer les allers-retours dans son couloir. Défensivement, il est plutôt rassurant. Offensivement, sa technique et son passé comme milieu de terrain sont des atouts majeurs. Mais surtout, Roberto possède le « moule Barça ». Issu de la Masia, le catalan évolue dans le même système de jeu depuis son plus jeune âge. Il a développé l’intelligence de jeu nécessaire pour évoluer à un poste ingrat, rarement mis en lumière mais pourtant extrêmement important dans le football actuel. #ImportanceDesLatéraux

Auteur d’un début de saison époustouflant, avec notamment 2 passes décisives en 2 journées, Sergi R a pris une longueur d’avance sur un Aleix Vidal qui a du mal à s’imposer depuis son arrivée en Catalogne. Ses prestations ne sont pas passées inaperçues, puisque le nouveau sélectionneur espagnol, Julen Lopetegui, a fait appel à lui aux détriments de Juanfran, ou encore Bellerin. Un choix payant, puisqu’il fut buteur face au Liechtenstein pour son premier match officiel avec la Roja. Une performance saluée par Lopetegui, qui qualifie Roberto de « joueur polyvalent, qui comprend plusieurs positions et qui nous permet de changer notre manière de jouer sans faire de remplacements. C’est un garçon qui est en train de progresser et de consolider sa place de latéral droit au Barça, mais il peut faire plus que ça ».

À 24 ans, Sergi Roberto représente désormais le présent et l’avenir du Barça et de la sélection au poste de latéral droit. Passer après Daniel Alves n’est pas chose aisée, mais pour le moment, le numéro 20 barcelonais remplit son rôle à la perfection et est en train de faire oublier le nouveau joueur de la Juventus, au point de frapper à la porte des meilleurs latéraux d’Europe.

Crédits photos : PAU BARRENA/AFP/Getty Images