1

Alors que la face de l’Olympique de Marseille est en train de changer en coulisses, un projet a émergé ces derniers mois, en parallèle de potentiels repreneurs. Leur différence ? Il s’agit d’une association de socios. Une première en France. Qui sont-ils ? D’où vient le projet ? Ont-ils des contacts avec l’équipe McCourt ? Adrien, l’un des 5 co-fondateurs du Massilia Socios Club, nous raconte l’envers de ces derniers mois tumultueux.

Bonjour Adrien, merci de nous accorder un petit temps. Pour commencer, peux-tu nous dire deux mots sur la genèse du projet ?

Nous sommes 5 co-fondateurs, nous avons lancé cette initiative il y a maintenant deux mois. Deux d’entre nous y travaillent depuis le début de l’année, et ont rencontré beaucoup d’interlocuteurs autour de l’OM : des anciens joueurs, entraîneurs, groupes de supporters … Les trois autres, dont je fais partie, sont associés au projet de promesse de don du pot commun, initiative lancée pour attiser l’intérêt du public marseillais et expliquer le projet socios. Nous sommes montés à plus de 3 millions de promesse de don. Nous avons joint les deux projets et nous avons lancé le Massilia Socios Club.

Vu qu’il s’agit d’un projet novateur, avez-vous eu des soutiens pour concrétiser votre idée ?

On essaye de s’appuyer sur des soutiens de poids. Dans un premier temps, les anciens joueurs ! Eric Di Meco, Jean Pierre Papin, Manu Amoros, Marcel Dib … Nous avons aussi le soutien des Dodgers, la Vieille Garde, le Club Central des Supporters. Concernant les autres groupes, rien n’est fait mais je suis confiant, l’objectif est d’être plus fort tous ensemble. Des sociétés nous soutiennent également. Et surtout pour finir le CNSF, le Conseil National des Supporters de Football, qui lui-même fait partie de l’organisation Supporters Direct Europe, organisation reconnaissant les supporters comme de réels acteurs du football.

On a beaucoup entendu de Pape Diouf …

On a rencontré Pape oui. On lui a présenté le projet. Sauf erreur de ma part, Pape Diouf n’a aujourd’hui pas pris sa carte d’adhérent. Ce n’est pas pour le moment un soutien officiel donc. Mais nous nous voulons fédérateurs. L’objectif c’est de rassembler TOUS les supporters. Ceux du monde entier.

Concrètement, pour un supporter, comment ça marche ?

La démarche était double il y a quelques mois : soit rentrer dans le capital auprès de MLD, soit rentrer dans le capital via le futur investisseur. Aujourd’hui, nous avons créé notre association pour intégrer une part du capital du club en échange d’une part de représentation à l’intérieur du club.

Pour adhérer au projet, il suffit de se rendre sur notre site, choisir sa catégorie de socios. Ensuite, il faut payer des droits d’adhésion de 100€ (offre promo actuelle permettant d’adhérer pour 80€) à payer directement. Dès payement, vous recevez une carte et un numéro de socios affecté. Un protocole est mis en place pour payer 30€ maintenant et les 50€ restants le jour où l’on trouve un accord avec l’équipe McCourt, pour les plus frileux ou pour ceux souhaitant espacer les paiements.
Ensuite, une fois que le MSC aura trouvé un accord avec l’investisseur, il s’agira de payer une cotisation annuelle, qui coûtera entre 25 et 120€ par an suivant la catégorie de socios.

Comment ça s’organiserait à l’intérieur même de l’association ?

Il y aurait un comité de direction. Seront représentés les catégories de socios : les membres fondateurs, les socios adhérents. Derrière viendront les « socios d’honneur » et enfin les membres bienfaiteurs. Tous désigneront celui qui siègera au conseil d’administration de l’OM en tant que représentant du MSC. Le but d’être socios c’est de pouvoir exprimer sa voix, on va donc réaliser un maximum d’assemblées par internet.

Tu parles de « socios d’honneur », vous comptez ouvrir cette catégorie à qui ? Pour résumer, est ce que Julien des Marseillais de W9 et Bengous vont s’asseoir à la table des Di Meco et JPP ?

*rires* On ne s’est pas posé la question comme ça. On n’a pas fixé de limite à tout ça, on pensait plus à des acteurs connus par exemple. Mais ce genre de choix sera soumis à l’avis des socios.

Avez-vous eu des contacts avec plusieurs potentiels repreneurs ?

On a eu des contacts avec 3-4 d’entre eux. On ne connaît pas le degré de sérieux de tous, ni jusqu’où ont été leur proposition de rachat. Un des intéressés avait même intégré un volet socios dans sa proposition de rachat.
Avec Mr McCourt, nous n’avions pas eu de contacts en amont.

Et depuis l’officialisation de son arrivée ?

On a un travail de faire adhérer les gens au projet, autant les supporters que les personnages publics. Nous souhaitons travailler à prendre contact avec l’équipe McCourt pour faire connaître notre projet et l’idée de tous ces marseillais. Rien de très concret pour l’instant, tout reste à faire. Mais c’est plutôt positif. Dans la presse, l’équipe McCourt dit du bien du projet. On n’est pas sur une porte fermée, on va travailler à notre intégration. L’objectif c’est de mettre un premier pas dans la SASP OM, entrer avec 5 à 10% pour avoir un poids significatif. Mais si on doit entrer à 1% du capital, l’intérêt derrière c’est de pouvoir avoir le soutien et la même voix pour des milliers de supporters.

Quels seraient les vocations du MSC au sein de la SASP OM ?

Nous n’aurons pas vocation à s’immiscer dans le sportif, de dire oui ou non à tel ou tel joueur. Nous aurons vocation à être transparents et garants d’une bonne gouvernance du club envers ses supporters. Nous aurons également vocation à faire reconnaître le supporter comme un « support-acteur », qu’il soit au sein des instances décisionnelles. Et nous aurons pour objectif de reconnecter l’OM à son territoire. Nous voulons mettre notre argent à disposition du club aux bons endroits. Pour nous, la formation est un point à améliorer.

Donc l’argent doit également être dirigé vers le domaine sportif ?

Oui, l’idée c’est de savoir où il est réinjecté. On aimerait qu’il aille dans la formation. On défend l’idée que pour attirer nos talents locaux, le club doit s’appuyer sur nos jeunes actuels et les insérer dans l’équipe première. C’est aussi ça reconnecter l’OM à son territoire.

Vous n’avez pas peur de l’idée « Je deviens socios, donc je joue à Football Manager dans la vraie vie » ?

A Marseille, il y a plus de 20 millions de managers. On a tous envie de l’être et de donner notre avis. Mais l’idée n’est pas de révolutionner le sportif du club. L’idée c’est de défendre des valeurs. Nos valeurs. Il y aura un après McCourt. Nous voulons qu’il y ait toujours au cœur du club des supporters défendant les valeurs de l’OM.

Avez-vous une date butoir quant à la mise en place ou non d’un accord avec le club ?

Nous ferons un point en fin d’année et en fin de saison. On veut avoir une vision sur le nombre de socios adhérents et la politique du club à ce niveau là.

Du coup, si je suis adhérent et que le projet n’aboutit pas, j’ai perdu un petit billet ?

Absolument pas ! Si le projet n’aboutit pas, tout le monde sera remboursé de ses frais d’adhésion (sauf commissions bancaires, environ un euro). Mais il faut adhérer dès maintenant dans l’idée d’avoir le plus de poids possible. Si le projet ne se réalise pas, il aura permis à tous nos supporters de tenter de réaliser leur rêve pour seulement un euro.

Avez vous rencontré la LFP ?

On est entré en contact avec eux. D’ailleurs j’ai participé le vendredi 30/09 aux assises du football, à Paris, organisées par le CNSF. Ces derniers voient le projet d’un très bon œil. Concernant la Ligue et la FFF, on n’est pas à un stade avancé de discussions.

De manière générale, vous souhaitez susciter des vocations auprès des autres clubs français ? Ouvrir la porte à l’idée de remettre les supporters au cœur des débats ?

L’idée c’est clairement d’avoir une notion de pérennité des valeurs de notre club et des clubs en général. Pour ne pas tomber dans une alternative uniquement foot-business. En ayant eu cette idée d’intégrer un modèle de socios en France, on s’est rendu compte que ce n’est pas exactement novateur. Le projet « A la nantaise » promeut des valeurs similaires à Nantes. Avant le rachat du PSG, des gens avaient planché sur un projet socios. L’idée n’est pas novatrice, mais sa mise en place le serait, et on espère susciter des vocations.

Un objectif en terme de nombre de socios ?

On est pratiquement 2000. Ce n’est pas suffisant. A court terme, nous aimerions nous positionner, comme l’Athletic Bilbao, au niveau de 40000 socios.

Si à court terme le projet n’aboutit pas, quels seraient les éventuels plans B ?

L’association a pour objet de rentrer au capital. Si un accord ne voit pas le jour avec l’OM, on se posera la question en interne d’arrêter ou non. On posera également la question aux socios de savoir si on arrête ou non. A titre personnel, si ça n’aboutit pas, et pour que le projet ait servi à quelque chose, pourquoi ne pas proposer de reverser l’argent récolté à une association. Mais j’espère n’avoir jamais à me poser cette question. *rires*

Si demain Franck McCourt vous appelle et vous dit « Les gars, en voiture, on y va ensemble » que faites-vous ?

Ce serait une super nouvelle et ça rassurerait pas mal de monde. On se posait la question de savoir pourquoi si peu des personnes intéressées franchissaient le cap de l’adhésion. La principale raison était que les gens ne veulent pas mettre leur argent n’importe où. Avec l’aval de McCourt, ça démultiplierait les adhésions.

Quels sont les intérêts pour McCourt de vous associer au projet ? Demain tu rencontres Franck à Boston, tu lui dis quoi ?

Outre le fait que le modèle socios a fait ses preuves dans les grands clubs d’Europe, ça permet à l’actionneur de s’associer à long terme à une vision des supporters. Nous serions un partenaire financier. Nous serions un outil marketing pour le club. Exemple : Adidas pourrait nous faire part de plusieurs maillots en guise de test afin de déterminer celui qui plaît le plus. Nous serions à ce moment-là un outil de sondage gigantesque. Et enfin, nous serions un outil pédagogique. On a tous tendance à critiquer les décisions prises. En étant partie prenante, ces critiques nous pourrions les éteindre naturellement. Pour conclure, ce côté socios, idée neuve et populaire en France, permettrait à McCourt de valoriser ses supporters, et d’améliorer son image que ce soit vis-à-vis des supporters ou même de la Ligue.

Pour devenir socios c’est ici : https://massilia-socios-club.lepotcommun.fr/

Facebook : https://www.facebook.com/Massilia-Socios-Club-1783488165214581/

Twitter : @om_socios