[Amical] Espagne – Argentine : les notes

Une Espagne en confiance contre une Argentine qui en manque, voilà globalement le pitch de cet amical choc ! A ce petit jeu, les deux équipes ont confirmé leurs tendances actuelles. Pire, l’Argentine sans Messi a complètement coulé. Score final / 6-1 pour la Roja. Une rencontre qui va laisser des traces à deux mois du Mondial russe.

Les Espagnols

De Gea (5) : Quand il semble être battu, la légendaire maladresse du phacochère brestois ou son montant se chargent du reste. La muraille s’est transformée en emmental le temps d’une envolée d’Otamendi.

Jordi Alba / Carvajal (6) : Les années passent et cette paire est toujours aussi impressionnante, un modèle pour les jeunes évoluant à ce poste.

Pique / Sergio Ramos (6) : Ils ont plus de cojones que les 11 Français réunis. Comme on l’évoquait dans l’UltimoPodcast, voici de VRAIS leaders. Quand l’un est mis à mal, l’autre est toujours là pour sauver les meubles.

Iniesta (10) : Juste parce que c’est Andrés ; c’est pas juste mais on s’en fout !

Thiago (6) : On ne remplace pas la meilleure sentinelle du monde comme ça.

Koke (6) : Une rencontre timide pour l’autre local. Peut et doit mieux faire.

Isco (10) : Un touché de balle délicieux, des dribbles chaloupés, une conduite de balle soyeuse, une Partizado ponctuée d’un triplé, que demande le pueblo ?

Asensio (8) : Un amour d’extérieur sur l’ouverture du score, une merveille de centre pour le second but, de la disponibilité, des choix justes, des efforts défensifs … la panoplie de l’attaquant moderne.

Diego Costa (7) : Le fossoyeur de Madrid a encore frappé : une frappe, un but et un gardien blessé.

Aspas (7) : 1 but, 1 passé dé, le tout en une mi-temps … belle entrée !

Les Argentins

Caballero (1) : Rendez son fauteuil roulant au professeur Xavier, c’est plus drôle la.

Bustos (1) : Pas sûr que Bustos Moyano aurait fait pire que son homonyme d’Indepediente sur le couloir droit.

Otamendi (3) : Guardiola l’a surnommé Superman, ce soir c’était plus Clark Kent de Smallville qu’autre chose.

Rojo (1) : Il a arrêté de jouer après la sortie de Romero, en solidarité avec son ami du cartel.

Tagliafico (2) : Dommage qu’il n’ait pas goumé Isco, ça aurait donné un peu de virilité à sa tête de petit iencli.

Biglia (2) : Sa présence reste mystérieuse mais si ça permet aux comptes milanais d’égayer nos soirées, on se plaint pas …

Mascherano (1) : L’air chinois l’aura à l’usure. En attendant, il a disputé son jubilé avec ses ex coéquipiers mais aussi rivaux.

Meza (7) : Bravo pour ta signature à l’AS Monaco/Roma, c’est mérité.

Lo Celso (2) : Santiago Bernabeu, Wanda Metropolitano, rien à foutre, il reste nul quel que soit le stade espagnol où il met les pieds.

Banega (2) : C’est tout de suite plus compliqué quand on n’a plus Wissam comme 9. Et McTominay comme adversaire.

Higuain (2) : À partir du moment où Pique était titulaire, on savait que c’était mort pour Pipita. Il s’est tout simplement fait caca dessus.

Crédits photos : AFP PHOTO / GABRIEL BOUYS

L'Equipe Ultimo Diez