Russie – Arabie Saoudite : les notes

On a entamé ce mois de football exceptionnel avec un (pas vraiment) alléchant Russie – Arabie Saoudite, le pays hôte contre l’un des petits poucets. Le match d’ouverture a accouché d’une victoire des Russes sur les Saoudiens sur le score de 5 à 0. Les notes du petrolico :

Les Russes

Parce qu’il y a toujours un avantage maison lors du match d’ouverture, +1 pour tous les Russes.

Akinfeev (6) : Igor l’homme fort, cherchez pas vous avez tort. Limite pas inquiété.

Fernandes (6) : S’appeler Fernandes et jouer pour la Russie, quelle drôle d’idée.

Kutepov (6) : Il a coupé les tentatives saoudiennes.

Ignashevich (6) : Match correct.

Zhirkov (6) : Zhirkon plutôt. Bien en place.

Samedov (6) : Consistant.

Gazinski (7) : Il a allumé les trois premières lettres de son nom.

Zobnin (6) : Pas la peine de lui sucer le zob mais c’était bon.

Dzagoev (6) : Coup dur mais quand même noté… Remplacé par Cheryshev (9) : Crocheryshev. On aurait cru revoir le massacre de Katyń. Et boom le doublé.

Golovin (11) : le patronyme de Tatiana est bien présent. Deux caviars, un coup franc direct. Homme d’acier tel Staline et Man of the match.

Smolov (7) : Du bon mais n’a pas été en feu tel un cocktail Smolovtov. Remplacé par Dzyuba (7) : ah bah oui ça parle pas russe hein… Ah bah si en fait.

Les Saoudiens

Al Muaoiouf (4) : Son nom hésite entre miauler et aboyer.

Al Shahrani (5) : Luiz Gustavo pensait nous avoir en enfilant un maillot saoudien, mais nous ne sommes pas dupes. Débordant d’énergie mais souvent pris à défaut.

Omar Hawsawi (4) : Pas rassurant pour un sou.

Osama Hawsawi (5) : Le meilleur Hawsawi sur le terrain. Soyeux pour récupérer le ballon et relancer.

Al Burayk (4) : Il ferait mieux de visiter le Kremlin histoire d’avoir de bons souvenirs en Russie.

Otayf (5) : Le verlan de « Au fait ». N’importe quoi le langage des djeun’s de nos jours…

Al Shehri (5) : De la volonté mais il n’a rien apporté dans son couloir droit.

Al-Jassim (4) : Pris dans le cyclone rouge, plus incisif.

Al Faraj (4) : Il était meilleur comme méchant de Disney pour arrêter Al-dalin et Al Jasnime.

Al-Dawsari (5) : L’évolution de l’entraîneur napolitain Maurizio Sarri.

Al-Sahlawi (6) : Probablement le meilleur Saoudien techniquement, il a essayé de remettre de l’ordre mais peu de ballons intéressants dans les 20 derniers mètres.

Crédit photo : Kirill Kudryavtsev / AFP

L'Equipe Ultimo Diez