Marseille – Monaco : les notes

Le match de la peur, des genoux qui tremblent, des projets sportifs qui flanchent .. En voyant une affiche Marseille-Monaco, on ne pensait pas un jour l’affubler de ces sobriquets. Et pourtant … Dans ce contexte particulier, personne n’a réussi à prendre l’avantage. Un bon vieux 1-1 qui n’arrange personne mais qui ne plonge personne dans une terrible crise.

Marseille

Mandanda (5) : Une légende en surpoids. Décisif sur une parade autant qu’il est en retard sur le but de Tielemans. Quelle tristesse.

Sarr (4) : Qu’il redescende d’un cran dans son esprit. Il n’est même pas top 5 à son poste en Ligue 1.

Rolando (5) : Toujours irréprochable. Le niveau des autres peut varier mais le sien est constant, constamment correct.

Luiz Gustavo (6) : Il a bien pallié Adil Rami mais il ne faut pas s’y méprendre : il n’est pas une solution d’avenir à ce poste.

Amavi (3) : Même avec le départ d’Hiroki Sakai à la Coupe d’Asie, il n’a pas de place de titulaire assuré tant il est mauvais. Responsable sur le but de Tielemans et mauvais dans ses centres.

Lopez (7) : Un joli but et une aération du jeu. Il a aussi pu observer Cesc Fabregas et comprendre ce qu’offrait un passeur de très haut niveau.

Sanson (3) : Toujours ce joueur limité, à des années lumières d’un Aouar ou d’un Tanguy Ndombélé.

Strootman (4) : Sa note ne se justifie que par le fait qu’il est censé être un joueur de niveau Ligue des Champions, pas de milieu de tableau de Ligue 1.

Thauvin (2) : Un but qui aurait pu faire office de cache misère (comme pas mal de ses matchs cette saison) mais non, la VAR s’y oppose. Sa prestation est très faible ce soir.

Payet (3) : Quand les températures remonteront un peu, il recommencera à marcher sur les défenses de Ligue 1. Là, il préfère stocker dans son ventre pour l’hiver.

Ocampos (4) : Combatif et limité, soit exactement la même chose que depuis son retour l’an dernier.

Monaco

Benaglio (4) : Pas à ton âge Diego…

Henrichs (5) : Un match plus que correct

Glik-Naldo (5) : Les papys font de la résistance.

Badiashile (6) : Prometteur. Qu’il continue de cette façon. Tueur.

Ballo-Toure (6) : Une petite douceur en veux-tu en voilà.

Tielemans (6) : Quelques mines tentées et une égalisation pour le crack de Football Manager 2016.

Fabregas (7) : Il a déjà illuminé le terrain de sa classe.

Ait-Bennasser (6) : De bonnes choses au milieu avec Cesc et Tielemans.

Golovin (4) : Son adversaire lui simplifie la tâche mais il reste fair-play et préfère frapper le poteau.

Rony Lopes (5) : Bon, il est entrain de revenir donc on va pas le blâmer.

Crédits photos : Christophe SIMON / AFP

L'Equipe Ultimo Diez