Arsenal – Newcastle : les notes

L’ultime match de cette 32ème journée de Premier League était l’occasion de voir Arsenal lutter pour la troisième place et Newcastle continuer à se battre pour se maintenir. Et c’est le club de Londres qui, grâce à Aaron Ramsey et Alexandre Lacazette, a gagné la bataille du soir au terme d’une rencontre soporifique. 

Les Gunners

Leno (5) : On espère que le chef cuisinier du club lui a amené une assiette de currywurst et des frites à un moment donné parce que sinon sa soirée aura été longue.

Mustafi (4) : Impressionant tant de régularité. Dommage que ce soit dans la médiocrité.

Sokratis (5) : C’est pas avec lui que l’on va revoir les Invincibles.

Monreal (6) : L’éclaircie au milieu du brouillard.

Maitland-Niles (6) : Non seulement Mustafi est mauvais mais en plus ses coéquipiers se blessent à cause de lui. C’est moche.

Ramsey (6) : Le MVP du soir. Les pleurs en fond ce sont les supporters des Gunners qui pensent à sa signature à la Juve.

Guendouzi (6) : Il a du talent mais il a aussi besoin d’être canalisé, rien d’étonnant à son âge. On retiendra son excellent ballon sur le second but.

Kolasinac (5) : C’était bien jusqu’au moment où il devait faire la dernière passe. Du coup c’était plutôt du Jean-Michel-A-Peu-Près.

Özil (5) : Nous ne dirons plus rien.

Iwobi (5) : Compliqué de jouer au football quand on n’a rien dans la citrouille. Et le talent n’y change rien. Remplacé par Aubameyang (NN) qu’on a peu vu sauf sur le second but avec une déviation précieuse.

Lacazette (6) : Son but aura été long à venir mais il aura été particulièrement beau. Impliqué au départ de l’action et finition parfaite, c’est ce qu’on aime.

Les Magpies

Dubravka (5) : Au moins, lui ne peut pas dire qu’il est abandonné par sa défense. Plutôt solide ce soir.

Yedlin (4) : Heureusement Kolasinac l’a joué facile histoire de pas afficher son pote Yedlin. Sympas ces Gunners.

Lejeune (4) : Comme quoi en 2019, on trouve encore des partisans de la ligne Maginot.

Lascelles (5) : On n’avait pas vu un mec défendre aussi bas depuis le Grec Taïanos Dellas à l’Euro 2004.

Dummet (4) : Prénom : Paul, Nom : Dummett, Mission : renvoyer tous les ballons qui s’approchent de lui. N’importe où. N’importe comment.

Ritchie (6) : À Newcastle, un sauvetage de la tête pareil ça équivaut à un enchainement roulette-sombrero-tir en pleine lucarne.

Diamé (6) : Il a osé récupérer des ballons au-delà de ses 30 mètres. À Newcastle, on doit le prendre pour un grand malade.

Hayden (5) : Comme tous ses copains campaient dans leur surface de réparation, il a fini par redescendre les voir.

Pérez (4) : La rumeur raconte qu’il lui arrive de rêver de jouer dans une équipe qui joue tout pour l’attaque.

Almirón (3) : Pas évident de se mettre en évidence avec moins de 30% de possession. Après, rien ne n’obligeait à perdre le peu de ballons qui sont arrivés jusqu’à lui.

Rondón (4) : Avec une puissance pareille, c’est dans un octogone qu’on aimerait voir le Vénézuélien.

Crédit photo: Glyn KIRK / AFP

Parle d'Allemagne et de Bundesliga, et c'est à peu près tout.