[Coupe de France] Marseille – Strasbourg : les notes

Après Epinal et Paris, la rencontre « phare » de cette journée de Coupe de France devait départager Marseille et Strasbourg. Les strasbourgeois, qui ont perdu ces dernières heures de nombreux éléments, ont rapidement été menés 2-0 dans un Vélodrome un peu creux. Mais au forceps, en seconde période, ils sont progressivement revenus dans le match. Las, ils finissent à 10 et s’inclinent finalement 3-1. L’OM est en quart.

Marseille

Mandanda (7) : Toujours aussi décisif, toujours aussi fort.

Amavi (6) : Il était tombé tellement bas que le voir faire un bon match est une vraie satisfaction.

Alvaro (5) : La vraie recrue aux accents espagnols de la saison, c’est bien lui.

Caleta-Car (6) : Ses débuts compliqués avec l’OM semblent vraiment loin derrière lui.

Sarr (7) : Bouna « Sarrvajal » est de retour !

Lopez (5) : Beaucoup de mouvements, mais parfois de la légèreté. L’eau mouille et le feu brûle.

Kamara (6) : On ne sait pas s’il est meilleur en défense ou au milieu, mais on sait qu’il est toujours meilleur que Strootman.

Rongier (5) : Moins influent qu’à l’accoutumée, mais toujours à l’aise dans ses bottes.

Payet (7) : Nous sommes en 2020 et la propagande peut désormais commencer. L’Euro 2020 a besoin de Payet.

Germain (4) : Même quand il pourrait être enfin décisif, Rongier le prive d’une passe dé. Frustrant pour Valere, toujours aussi collectif.

Radonjic (5) : NR7 se prend peut être pour CR7, mais personne n’est dupe.

Strasbourg

Kamara (6) : Si Radonjic se réveille avec la gueule de bois demain, ce ne sera (pour une fois) pas à cause de la vodka. Il progresse bien le petit !

Carole (3) : En trois mots : a tout raté.

Ndour (1) : Très envie de le voir associé à Mustafi pour créer une faille spatio-footballistique.

Mitrovic (4) : Tout ce qui commence par « Mitro » et qui joue au Vélodrome rate forcément son match, c’est ça ?

Aaneba (4) : Pas le plus en difficulté mais clairement le plus inexpérimenté. Et ça s’est vu.

Lala (5) : Plus Teletubbies que latéral en première période, il est progressivement monté en régime.

Sissoko (6) : Orphelin de Fofana. Le plus dur commence pour lui.

Liénard (4) : S’il avait fait une bonne prestation, on serait passé outre son dégradé au sabre. Loupé.

Corgnet (5) : Fait partie de ces joueurs un peu improbables qui auront fait trembler les filets du Vélodrome une fois dans leur carrière.

Zohi (6) : Remuant et percutant, l’un des seuls à avoir tenté de mettre le feu à la défense olympienne.

Waris (5) : Première difficile mais nul doute qu’il va faire du bien à Strasbourg. Comme il a toujours fait du bien partout.

Crédits photos : IconSport

L'Equipe Ultimo Diez