Quarante deux ans. Et désormais quarante trois. Les années passent et l’invincibilité bordelaise sur ses terres, face à l’OM, se renforce. Cette année, comme l’an passé, l’OM a globalement déjoué après avoir encaissé le premier but. Derrière, manque de conviction, manque de lisibilité tactique, approximations techniques … Bordeaux, pas fort hardi ce soir, n’en demandait pas tant. Score final : 2-0.

Bordeaux

Costil (7) : Il a sauvé les Girondins sur toutes les situations chaudes. Quand c’est bien, il faut le dire aussi.

Kounde (6) : Solide et propre, comme souvent.

Pablo (10) : Idolo. Encore du sang sur le maillot.

Jovanovic (6) : Pour un joueur qu’on n’avait pas beaucoup vu pendant une demi-saison, il a assuré.

Poundjé (4) : On a beaucoup aimé le moment où il a volontairement laissé sortir le ballon en touche avant de se rendre compte que c’était une touche pour Marseille.

Sabaly (5) : Poundjé en mieux.

Otavio (6) : La classe d’un meneur de jeu reculé. L’impression qu’il devient de plus en plus doux avec le temps.

Basic (4) : Il a été moins utile à Bordeaux que Radonjic.

Kamano (5) : Assez peu emballant en dehors de son but. Il dribble sans faire d’étincelle. Souvent il échoue et on ne s’en étonne même pas.

De Préville (7) : La hargne, toujours la hargne, rien que la hargne. Et puis cette caresse du plat du pied.

Briand (5) : Même quand les défenseurs marseillais lui font une passe décisive, il ne marque pas.

Marseille

Mandanda (6) : On dit assez quand ce n’est pas bien pour dire quand il est impeccable.

Amavi (3) : Les semaines se suivent et se ressemblent.

Caleta-Car (5) : Tiens la baraque, à base de grands coups de tête et de couvertures bien pensées.

Kamara (4) : Nerveux et fautif sur le second but. Dommage, lui comprenait l’enjeu.

Sakai (5) : Toujours aussi généreux mais toujours les mêmes lacunes. Pas bien aidé par son collègue du flanc, plus proche de Fribourg que du Bayern Munich.

Lopez (5) : Comme Kamara, on le sentait investi. Comme Kamara, il n’a jamais vraiment pris la mesure des choses. La jeunesse molle.

Strootman (4) : S’il est venu pour ça, franchement …

Thauvin (3) : Les semaines se suivent et se ressemblent.

Payet (3) : Délicat sans numéro 9. Délicat quand il n’y a ni jeu, ni tactique. Garcia en fait le bouc-émissaire à la 60ème.

Radonjic (3) : Première période en tant que latéral gauche. Oui, oui. Et c’était pire qu’Amavi. Oui, oui.

Germain (3) : Les semaines se suivent et se ressemblent. Et le football ne pardonne pas ça.

 

Crédits photos : NICOLAS TUCAT / AFP

L'Equipe Ultimo Diez