[Copa del Rey] Barcelone – Valence : les notes

Ernesto se queda ? L’ADN du Barça queda ! Queda queda ! Dans une rencontre où les barcelonais n’auront jamais joué juste, Valence remporte la Copa del Rey 1-2. Une belle saison couronnée par un beau trophée pour les copains de Parejo. Pour ceux de Messi en revanche, la crise est proche …

Barcelone

Cillessen (5) : S’est fait fusiller comme Roberto Benini dans La Vie est belle.

Semedo (4) : Une soirée en enfer de plus à essayer de combiner avec Sergi Roberto.

Piqué (7) : Président, il est temps de faire le ménage dans ton club.

Lenglet (5) : Sa tête a relancé le match mais c’était pas suffisant.

Alba (3) :Il a vu sa seule option (passe pour Messi) contrée par la défense de Valence qui était visiblement au courant.

Arthur (5) : Le petit gros du mitar doit être en train de déguster son meilleur shaker de whey pour digérer la défaite.

Busquets (2) : Si vous cherchez un milieu qui donne le tempo à son équipe c’est vers Parejo qu’il faut se tourner et pas la serpillière anorexique de Barcelone.

Rakitic (3) : Une passe vers l’avant = un ballon perdu, on comprend mieux pourquoi il ne fait que des passes vers l’arrière.

Coutinho (3) : Une performance légendaire de plus à mettre au compteur de l’égérie bbryance.

Messi (1) :  »J’espère que Valverde va continuer »

Sergi Roberto (2) : Le plus beau pistonné de l’histoire du football.

Valence

Jaume (8) : Enfin un Domenech qui tient la route.

Gaya (7) : Bon défensivement, excellent en phase offensive, Antero si tu regardes le match…

Paulista – Garay (8) : Los Huevos sont de sortie.

Wass (7) : Repart de Séville avec un petit couteau dans la poche droite en guise de souvenir, utile pour les barbecues à venir.

Guedes (6) : Un volume monstrueux mais le rat lusitanien est resté dans l’ombre ce soir.

Coquelin (7) : Il est bien loin le petit Francis qu’on raillait.

Parejo (7) : L’esthète valencian a encore une fois fait étalage de toute sa classe ce soir. Remplacé par Kondogbia pour densifier le milieu et résister à la pression catalane.

Soler (6) : Un abattage défensif monstrueux qui a diminué son rendement offensif.

Gameiro (7) : Il ne célèbre qu’avec un œil et mon Dieu qu’il est précis.

Rodrigo (9) : Aisance technique, vitesse, QI foot largement supérieur à 130, ladies and gentlemen l’un des attaquants les plus sous côtés du football circus.

Marcelino (10) : une Masterclass pour rentrer dans le panthéon du club Ché.

Crédits photos : JOSE JORDAN / AFP

L'Equipe Ultimo Diez