[Ligue 1] Rennes-PSG : les notes

Le Paris Saint-Germain était prévenu : la finale de la Coupe de France et le Trophée des champions ont montré que le Stade Rennais pouvait rivaliser avec le champion de France. En déplacement au Roazhon Park et toujours sans Neymar, le PSG est de nouveau tombé sur un os. Rennes s’impose 2-1 grâce à des buts de Niang et Del Castillo, et ce malgré l’ouverture du score de Cavani.

Les Rennais

Salin (5) : Match parfait. L’addition ne fut pas salin.

Traoré (6) : Hamavirvoltant Traoré.

Gelin (6) : Le Quarterback de la route de Lorient.

Da Silva (3) : Qu’il éteigne ses notifications WhatsApp pour ce soir, toute l’équipe du PSG se chargera de lui envoyer un petit message pour le remercier de sa bourde.

Morel (5) : Le maître Yoda de la Liguain.

Maoussa (5) : Moins de bagarre et plus de football qu’à Nîmes. Et c’est plaisant.

Camavinga (8) : Détournement de majeurs.

Bourigeaud & Grenier (6) : Matchs de papas aux côtés du gamin.

Niang (7) : Chiant, pressant, en mouvement et buteur. Le match parfait.

Del Castillo (6) : D’Air Castillo.

Les Parisiens

Areola (2) : 3 occasions, 2 buts encaissés. Même les poteaux ont été plus rassurants.

Meunier (3) : Absent défensivement, stérile devant, Semedo va rester encore un peu en tendances Twitter.

Thiago Silva (4) : Pas de quoi avoir un nouveau freestyle à Glastonbury.

Diallo (4) : Un tacle glissé supersonique à ajouter à sa vidéo best skills 2019. C’est encore léger à la relance.

Bernat (3) : C’est quand déjà le début de la Ligue des champions ?

Marquinhos (2) : Complètement dépassé par la vitesse de Niang. Gueye, Herrera et Paredes l’ont sûrement aussi remarqué.

Draxler (3) : Le dégradé c’est fini, le niveau de Schalke n’est pas revenu pour autant. Trop d’errances et de ballons perdus.

Verratti (4) : Le hibou des Abruzzes semblait bien fatigué ce soir. Comme un manque de tempo.

Di Maria (4) : L’as des coups de pied arrêtés, mais arrêté sur tous les coups.

Mbappé (4) : Flashé par un radar mobile sur la N24 direction Lorient avant le coup de la panne.

Cavani (3) : Le genre de but qui casse des amitiés (et des TV) à FIFA. Le matador chanceux a fait parler la poudre et c’est à peu près tout. Sait mieux faire.

Crédit photo : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

L'Equipe Ultimo Diez