Amiens – Marseille : les notes

Dans l’enfer picard, l’OM voulait arrêter sa série de 3 nuls consécutifs. C’est chose faite avec cette belle défaite 3-1 face à Amiens. La trêve va faire du bien.

Amiens

Gurtner (7) : Toujours pas de flow, toujours costaud.

Aleesami (6) : L’ancien de Palerme a été décisif dans les deux surfaces, buteur et muraille. Que demander de plus ?

Dibassy (6) : Annoncé absent, Bakaye a fait plus que tenir sa place ! Avouez le messieurs les picards, c’était de l’intox ?

Chedjou (6) : Aurel est revenu en Ligue 1 en chaussons. Régale et apporte son expérience à ses coéquipiers. Aurel le grand frère.

Calabresi (5) : Défendre sur Radonjic, c’est toujours un moment Nutella. Plus en difficultés en deuxième mi-temps, où Radonjic s’est pris pour Ryan Giggs.

Blin (5) : De la castagne et des ballons grattés. Trop peu de ballons touchés pour un homme dans le coeur du jeu.

Gnahore (5) : Le même match que Blin, avec moins de jus de bagarre dans les veines.

Otero (4) : Des problèmes de transition, avec des problèmes d’intégration ? Du côté d’Amiens, on attend plus du colombien, toujours aussi peu inspiré dans la Ligue des Talents.

Kakuta (6) : La différence d’avec le numéro 10 d’en face est un sacré coup derrière la casquette du bodybuilder de la Vallée du Cher.

Mendoza (5) : Un Mendoza qui marque dans un match contre l’OM, c’est forcément CONTRE l’OM.

Guirassy (6) : Encore un qui devait être absent et encore un qui a fait basculer le match. Les picards, ces joueurs de poker …

Marseille

Mandanda (7) : Encore un grand match pour le portier olympien dont on ne compte plus les parades décisives qui ont permis à son équipe de ne pas sombrer. Un retour mérité en Equipe de France.

Sarr (3) : Ailier droit ou latéral, on ne sait pas encore et lui non plus sans doute.

Perrin (4) : Heureusement que son association avec Caleta-Car n’est pas une méthode de contraception sinon on friserait le surpeuplement. Encore tendre, le minot n’a pas surnagé dans une défense en difficulté ce soir. Volontaire, il parvient pourtant à faire meilleure impression que son compère croate.

Caleta-Car (3) : 1.92m de muscle venu de Croatie, ça commence comme un son de Seth Gueko et ça finit dans la poche de la Guirassy. Maladroit, il se rend coupable d’un penalty généreusement accordé par Mr. Hamel. Un placement trop souvent hasardeux et des oublis qui peinent à rappeler ses bonnes prestations de la deuxième partie de saison dernière.

Sakai (5) : Il y a des choses qui ne changent pas et la fiabilité d’Hiroki en fait partie. Titularisé sur le gauche à la place d’Amavi, le japonais a su se montrer fiable et disponible sur son côté. Dans le dédoublement comme dans la couverture, le latéral droit de formation a su se rendre indispensable sur un côté gauche trop souvent occupé par Amavi depuis le début de saison.

Rongier (5) : Un match de porteur d’eau pour l’ex-nantais. Intelligent dans le jeu et précieux à la récupération, il a passé son temps à compenser les faiblesses dans le placement de Lopez et Sanson.

Lopez (3) : Un match que l’on a trop souvent vu pour le milieu marseillais. Présent dans la conservation mais jamais dans le décalage, Maxime Lopez n’a pas été efficace dans ses prises d’initiatives et aurait même pu coûter un but à son équipe après une passe manquée à la 65’.

Sanson (3) : Tellement content d’être égérie PUMA que Morgan joue 90’ tête baissée pour admirer ses pompes. Beaucoup de déchets dans le jeu du milieu marseillais sans doute dû à une lacune évidente dans sa capacité à prendre l’information du positionnement de ses coéquipiers. Il faut lever la tête Morgan, ça aide !

Radonjic (3) : Le point commun entre Nemanja et un cocaïnomane ? L’ailier serbe est tout autant attiré par les lignes blanches qu’un accroc à la poudre. Chaque possession se termine en six mètres ou en touches.
Disponible et volontaire, Nemanja Radonjic fait trop souvent le mauvais choix pour prétendre à mieux que le banc olympien. Il monte en puissance lors de la seconde période lorsque les lignes se sont étirées mais n’a pu faire mouche.

Benedetto (6) : Comme Jul, Dario s’est fait tout seul ce soir. Esseulé, il provoque lui-même son but grâce à un enchaînement technique de qualité qui se conclut dans le but de Regis Gurtner.

Germain (5) : Dans son registre habituel, Valère Germain s’est rendu disponible sur son côté droit mais à peiner à peser offensivement. Difficile de faire mieux pour l’attaquant marseillais tant la défense amiénoise a su faire déjouer les olympiens.

L'Equipe Ultimo Diez