Arsenal – Valence : les notes

En spécialiste de la compétition, Unai Emery rêve d’emmener Arsenal en finale de Ligue Europa, une compétition que les Gunners n’ont jamais remportée. Mais une féroce équipe de Valence se dresse sur son chemin en demi-finale. A domicile, ce sont Lacazette d’un doublé et Aubameyang qui ont offert une option à leur équipe (3-1) malgré l’ouverture du score de Mouctar Diakhaby. Les notes des 22 acteurs.

Arsenal

Cech (5) : Un peu fébrile dans le jeu aérien ce soir avec quelques sorties hasardeuses. Mais sa sortie au-devant de Gameiro est très importante et permet à son équipe de garder le lead avant le match retour.

Mustafi (6) : Comme ses compères en défense, il aura été plutôt solide et concentré ce qui a permis de bien contrôler Guedes et Rodrigo.

Sokratis (6) : Très très précieux dans sa capacité à combler les brèches et à rattraper les erreurs de certains coéquipiers grâce à sa relativement bonne pointe de vitesse, importante face à des joueurs aussi rapides et véloces que Guedes et Rodrigo.

Koscielny (7) : Comme souvent, il a tenu la baraque et nous a offert quelques beaux gestes défensifs, notamment face à Guedes sur un très bon centre de Rodrigo en début de seconde période. Un capitaine plus qu’exemplaire dont le retour à un très bon niveau fait plaisir.

Xhaka (7) : A commencé tout doux puis est nettement monté en régime. Son ballon pour Lacazette sur le deuxième but est parfait et caractérise cette montée en puissance. Il a failli récidiver quelques minutes plus tard avec un amour de ballon pour Aubameyang qui manqua le cadre.

Guendouzi (5) : Moins à l’aise que d’habitude et que son compère du milieu de terrain, il n’a que très peu pesé sur le jeu de son équipe. Remplacé très tôt par Lucas Torreira.

Kolasinac (6) : Très intéressant de par son activité incessante dans le couloir gauche. Récompensé par cette passe décisive en fin de match pour son attaquant Gabonais.

Maitland Niles (5) : Il a failli nous offrir un but casquette en début de match avec une passe de la tête peu académique vers son gardien. Face au couloir le plus actif de Valence avec Gaya, il a dû batailler dur pour le contenir mais a su s’en sortir. Peu présent offensivement.

Özil (5) : Un match plus que discret pour le numéro 10 allemand. On en attend évidemment beaucoup plus de lui.

Aubameyang (7) : Sa complicité avec Lacazette est criante et s’est matérialisée par une belle passe décisive pleine de sang-froid après une action individuelle de qualité. Il aurait même pu offrir une seconde passe décisive à son compère suite à un autre excellent travail dans le couloir gauche, mais le Français a manqué de lucidité. Le but en fin de match sur une reprise avec un équilibre parfait change tout dans cette double confrontation.

Lacazette (8) : Lyon à l’honneur ce soir. Son action sur le premier but est pleine de qualité et de classe. De son contrôle orienté à sa course pour se montrer disponible et venir finir le travail dans le but vide. Sur son deuxième but, il effectue le déplacement et le geste juste en piquant sa tête pour battre Neto. Il aurait même dû s’offrir un triplé mais a manqué de sang-froid sur deux énormes occasions.

Valence

Neto (4) : Plus fébrile que d’habitude, notamment sur la tête smashée de Lacazette. A le mérite de maintenir Valence dans une position intéressante pour le retour.

Piccini (3) : Trop peu de justesse, trop de 1 vs 2 à gérer sans aide. A eu le mérite d’admirer des moves de pivot de Lacazette sur le premier but.

Paulista (4) : A souffert face à chaque course d’Aubam en 1ere MT.

Garay (5) : Plutôt solide dans sa surface vu les performances autour de lui. Notamment dans la surface.

Roncaglia (2) : A annoncé sa retraite à ses coéquipiers avant le match. Cherche encore où est Lacazette sur le 2eme et Aubam sur le 3eme.

Gaya (4) : Quelques montées intéressantes mais le pari pour le libérer. Son marquage manqué du tap-in dans le clutch coûte cher.

Parejo (5) : Quelques très bons lancements de transition par moments mais trop peu d’influence trop souvent. À son crédit l’exécution létale des systèmes de Valence sur CPA.

Soler (4) : Censé accompagner Parejo dans le contrôle et la gestion des transitions, il n’aura jamais réussi. Remplacé par Wass.

Diakhaby (5) : L’étoile noire clé de voûte du plan miroir de son coach aura permis à Valence d’espérer.

Rodrigo (5) : Trop peu servi même si ses conduites auront beaucoup fait mal à Arsenal en 1re. Remplacé par Gameiro (non-noté) qui a failli rappeler en 5 minutes qu’Emery n’était pas le seul crack de la compétition.

Guedes (5) : Peu servi comme son compère devant. Plus juste dans ses décisions et ses courses en seconde période. Mais ça fait peu pour le bison.

Crédit photo : Glyn KIRK / AFP

L'Equipe Ultimo Diez