Strasbourg – Marseille : les notes

Meilleure affluence de l’année pour la réception de l’OM à la Meinau. Et bien il faudrait presque les rembourser. Un Strasbourg timoré, un OM pas dangereux, on a longtemps assisté à une rencontre molle. Un but de Germain, un but après penalty de Lala et les deux équipes se quittent dos à dos 1-1. L’OM ne sera pas européen.

Strasbourg

Sels (5) : Pas grand chose à faire pour l’un des oubliés des Trophées UNFP. Toujours beaucoup de couilles et d’assurance dans les sorties.

Koné (6) : Le général Bako au cœur d’une guerre où les deux équipes ont rapidement sorti le drapeau blanc.

Caci (5) : La belle promesse du RCS a globalement contenu les assauts olympiens.

Mitrovic (5) : De l’impact et un souffle chaud dans le cou. Made in Serbia.

Martin (4) : A permis à Mandanda d’arrêter son premier penalty depuis … oula, ça remonte, j’en ai la tête qui tourne.

Carole (5) : Va de l’avant, centre fort, saute haut, court vite. Bref. Dans son couloir, il a fait régner l’ordre.

Lala (6) : Un but qui récompense sa saison et son match. Jamais avare d’effort, jamais avare de courses … Il ferait beaucoup de bien à l’équipe d’en face.

Fofana (6) : Quaterback from Paname. Vivement la suite.

Sissoko (5) : Dans la famille « Sissoko » je voudrais le beau bébé qui joue au milieu de terrain. Comment ça ce sont tous de beaux bébés jouant au milieu de terrain ?

Da Costa (3) : Un naufrage. Da Costa Concordia.

Ajorque (4) : Match galère qu’il sauve en prenant Rami de vitesse et provoquant le penalty.

Marseille

Mandanda (6) : Il a arrêté un penalty et a fait un match globalement sérieux. Il paraît, pour autant, traîner un spleen profond. Tu méritais meilleure fin, Steve.

Sakai (6) : Comme d’hab, limité et courageux. Passeur décisif pour Valère Germain

Kamara (5) : R.à.s. si ce n’est qu’il a participé à de nombreuses offensives en première période

Caleta-Car (5) : R.à.s, les montées offensives en moins.

Rami (3) : Faire des chut aux supporters, ça c’est quand on a le niveau pour Adil. Déjà à L.A. dans sa tête.

Ocampos (5) : Un soldat. Il ne deviendra jamais un un crack mais un joueur comme ça, ça fait toujours du bien dans un effectif.

Luiz Gustavo (5) : En deçà par rapport à ses derniers matchs.

Strootman (4) : En deçà par rapport à toute sa foutue carrière.

Lopez (5) : Vital au 11 marseillais, même quand il ne brille pas, comme ce soir. C’est dire sur le niveau de cet OM 18/19.

Germain (6) : Il continue, sagement mais sûrement, à planter match après match. Gonzalo Germain.

Balotelli (4) : Jamais dans le rythme, jamais bien placé. Quand il ne marque pas, Balo montre vite ses limites en termes d’implication.

Crédits photos : FREDERICK FLORIN / AFP

L'Equipe Ultimo Diez