États-Unis – Pays-Bas : les notes

Après une première mi-temps assez calme, tout aura changé après une heure de jeu et le penalty qui a tout fait basculer et a permis aux Américaines de conserver leur titre de championnes du monde, quatre ans après la victoire face au Japon.

Les notes des Américaines

Naeher (7): Belle lecture du jeu. Elle a multiplié les sorties dans le premier acte et a écœuré les Néerlandaises. Toute les contre-attaque ont été neutralisées, Naeher n’y est pas pour rien.

O’Hara (5): Elle n’a pas froid aux yeux. Sonnée sur un duel aérien, elle s’est relevée après de longues minutes pour repartir au combat. Elle dû rendre les armes à la mi-temps, remplacée par Ali Krieger (5) qui a assuré défensivement.

Dahlkemper (5): Relances imprécises, avertie avant la pause suite à une intervention maladroite. Elle a attiré tous les ballons. La tour de contrôle de la défense américaine.

Sauerbrunn (6) : Intelligente dans le jeu sans ballon, juste dans son placement, elle finit le match blessée à l’arcade… Une guerrière !

Dunn (7): Trop de déchets dans les longs ballon. Comme en district le dimanche après-midi… Kick and rush. Une perte de balle sans conséquence avant la pause mais un apport offensif indéniable. Elle oublie Alex Morgan pour le 3-0. Oubliée en 2015, reconvertie latérale, l’ex-attaquante est championne du monde.

Mewis (6): Précieuse dans son jeu de tête. Elle manque son duel face à la gardienne néerlandaise. Elle a dominé le milieu adverse.

Ertz (7): Sa reprise de volée en pivot a failli finit au fond des filets. Impériale défensivement, elle a fait preuve de sang froid dans ses interventions.

Lavelle (8): Maladroite défensivement, elle déclenche une frappe splendide du gauche aux 16 mètres pour le break.

Heath (6): Mozart! Chaussettes basses, pied gauche, pied droit… Techniquement au dessus du lot. Du déchet mais quel plaisir Tobin… Quel plaisir de l’admirer balle au pied. Moins en vue en seconde mi-temps.

Morgan (7): Bousculée dans le jeu, elle s’est procuré deux grosses occasions en fin de première mi-temps. Elle obtient le penalty décisif mais a manqué d’impact dans le dernier geste.

Rapinoe (9): Très juste techniquement, elle est sur 5 buts en 3 matches à élimination directe. Quelques pertes de balle mais si vous voulez remporter la compétition, il vous faut une Megan Rapinoe. Elle n’a pas tremblé lorsqu’elle a eu l’occasion de débloquer la situation. MVP !

Les notes des hollandaises

Van Veenendaal (7) : Elle aura longtemps sauvé les meubles jusqu’au penalty. Peut-être la meilleure gardienne de cette Coupe du monde.

Bloodworth (5) : On ne sait pas si elle chasse les vampires mais en tout cas elle aura longtemps chassé les Américaines, sans grand succès.

Van Der Gragt (4) : De Jong l’a visiblement bien inspirée pour ce pied haut qui a offert un penalty aux Américaines.

Dekker (6) : Très solide, carrée, sans bavure.

Van Lunteren (4) : Elle a poussé un ouf de soulagement quand Rapinoe est sortie. Et on la comprend.

Spitse (6) : Elle a penché mais n’est pas tombée. Et heureusement me direz-vous.

Van De Donk (6) : Elle aura joué cette finale avec le couteau entre les dents mais ça n’aura pas été assez pour faire trembler une sélection si huilée en face.

Groenen (6) : Il fait bon porter le numéro 14 au Pays-Bas. Quelle magnifique joueuse.

Martens (4) : Impossible de jouer à 100% et on l’aura senti, tout comme le jeu hollandais.

Miedema (4) : On attendait beaucoup mieux de Vivi…

Beerensteyn (5) : Sa fougue a gêné la défense américaine, mais cela s’est produit trop rarement.

Crédit photo: MELANIE LAURENT / A2M SPORT CONSULTING / DPPI

L'Equipe Ultimo Diez