Le PSG de Thomas Tuchel devait se remettre la tête à l’endroit après le couac rémois du milieu de semaine, c’est chose faite grâce une nouvelle fois à Neymar.

Bordeaux :

Costil (6) : Il a sorti les gants quand il le fallait même après l’entrée en jeu du « génie français ». Il n’a cependant rien pu faire sur le « but fifa » de Neymar.

Mexer (4) : Mexer… Mexes… Même à une lettre près, c’est le même joueur.

Koscielny (6) : L’ancien gunner doit se sentir bien seul et se demander ce qui lui a pris de venir ici. Serait-il maniaco-dépressif ?

Pablo (5) : Une erreur « mustafiesque » qui a coûté le match à son équipe et qui vient ternir sa performance.

Kwateng (5) : Aussi présent défensivement qu’il a manqué ses relances.

Otavio (6) : Monstrueux à la récupération, ses coéquipiers du milieu peuvent le remercier d’avoir fait le boulot pour trois.

Tchouaméni (4) : Très long au démarrage, tient la route mais pollue un peu trop le jeu. Aurélien Diesel Tchouaméni.

Kalu (3) : S’il était sur une piste de Doha pour les mondiaux d’athlétisme, le Nigérien aurait pu faire une belle prestation. Seulement là, en piston gauche, courir tête baissée n’est pas la meilleure solution.

Adli (2) : Pressé par ses anciens coéquipiers, le titi parisien a perdu un nombre incalculable de ballons. Il doit apprendre à calmer le jeu et ne pas vouloir automatiquement éliminer son vis-à-vis s’il veut progresser.

Briand (?) : Esseulé, le neuf a souvent été obligé de se replier dans sa moitié de terrain pour pouvoir espérer toucher le ballon. Difficile de le noter avec de telles statistiques.

Hwang (5) : Balle au pied, le Coréen a montré de très belles choses qui auraient sans doute pu faire mal aux Parisiens si ses copains avaient fait de même

Paris SG :

Navas (non-noté): Parti pour une saison où il aura eu moins de situations chaudes à gérer que de matchs joués ?

Meunier (6): De tels espaces laissés sur son côté, c’est cadeau pour lui. A profité de l’affolement général de la seconde période pour faire mal aux bordelais.

Thiago Silva (7): Impossible que les défenseurs parisiens attrapent un rhume en ce début d’automne tant ils sont bien couverts

Diallo (6): Hwang a parlé chin… Hem. Match sérieux de sa part. Il a profité des grands boulevards pour aller se promener dans le camp adverse balle au pied. Une passe décisive pour Mbappé n’aurait pas été imméritée.

Kurzawa (4): On l’avait sans doute vu au fond du trou en sortant face à Reims. A joué la carte de la discrétion pour éviter les déconvenues. A semblé retrouver un peu de confiance quand son équipe multipliait les coups de boutoir sur le but de Costil.

Gueye (6): Il est petit, il est gentil, mais vraiment trop imprécis pendant 45 minutes. On l’a retrouvé en seconde période, où il récupère les ballons de plus en plus haut comme sur l’ouverture du score.

Marquinhos (6): On se contentera de ses retours énergiques et ses sorties de balle sans trop de risques. Pas en réussite quand il s’aventurait dans la surface adverse malgré des choix de jeu cohérents

Verratti (6): Une mi-temps aussi brouillon que Gueye dans l’utilisation du ballon, sauf que lui est censé être la plaque tournante de l’équipe. S’est repris en seconde période, où il a lancé les béliers Neymar et Mbappé à l’assaut de la porte de la défense bordelaise.

Sarabia (3): Une des énigmes de ce début de saison. Très entreprenant et sûr de lui lors de la pré-saison parisienne, on le dirait aujourd’hui dévoré par sa timidité. Remplacé par Mbappé (6), qui a tout de suite repris ses marques et offert un but sur deux possibles à Neymar.

Di Maria (4): La patte gauche était déjà dans la valise pour Istanbul, ça n’a pas aidé pour convertir les multiples occasions parisiennes

Neymar (7): Electron libre aujourd’hui, il a sans cesse échappé au marquage. Un vrai casse-tête pour Koscielny et la défense bordelaise. Comme lors des dernières sorties, il finit par faire sauter le verrou adverse.

crédit photos : Iconsport

0