AS Monaco – Olympique de Marseille : les notes

Si ça ne va pas en Ligue 1, rien de tel que la Coupe de la Ligue pour se changer les idées… ou pour prolonger la misère, à l’image de l’Olympique de Marseille. Les hommes d’André Villas-Boas sont éliminés dès les 16es de finale par l’AS Monaco, plus tranchant sur sa pelouse. Score final : 2-1. Les notes des 22 acteurs :

Les Monégasques

Lecomte (2) : Des mains qui glissent et des pieds qui tremblent. Le compte est bon.

Maripan (5) : Une soirée bien plus tranquille à Louis II que dans les rues de Santiago de Chile.

Jemerson (5) : Il a tenu Germain en respect. Quel exploit.

Badiashile (6) : La relève de la défense monégasque a encore montré ses qualités.

Touré (6) : Des débordements mais jamais pris à défaut sur son côté. Une fois n’est pas coutume.

Henrichs (5) : Non Jardim, tu ne peux pas transformer tous tes latéraux droits en milieu de terrain.

Silva (6) : Adrien n’est pas Bernardo mais il a des qualités certaines pour orienter le jeu.

Aguilar (5) : Buteur, il a prouvé qu’il faudra compter sur lui pour le poste de piston droit, même si Payet l’efface sur le but de l’OM.

Fabregas (non-noté) : Remplacé à la 13e par Golovin (7) qui a éclairé le jeu monégasque à coup de dribbles et de passes parfaites.

Baldé (5) : Comme sa coupe de cheveux, propre mais sans plus.

Augustin (6) : Il a encore fêté son but en lançant un regard noir aux supporters marseillais et n’a pas pris de but de Sakai de 40 mètres en punition. Il peut souffler.

Les Marseillais

Mandanda (3) : Le sparing partner préféré de tous les attaquants de liguain.

Sakai (3) : Hiroki a envoyé son cousin du bled depuis le début de saison. Nous ne voyons pas d’autre explication.

Kamara (3) : Toujours en retard, Bouba n’est pas passé à l’heure d’hiver.

Caleta-Car (3) : Comment on dit « nul » en croate ?

Sarr et Amavi (2) : Tous les arrières latéraux savent ce qu’il ne faut pas faire.

Radonjic (3) : La carotte de Belgrade est bien grosse. Masterclass de l’agent Fali.

Strootman (3) : Trop de calcaire dans la machine à laver.

Sanson (3) : Et sans saveur.

Payet (4) : Comme Kevin, il vend trop peu de rêves à Inès.

Aké (4) : A tenté mais sans succès. Remplacé par Rongier (3) qui s’est mis au diapason de ses coéquipiers.

Germain (3) : Sert à faire le nombre. C’est à peu près tout.

Crédit photo : Icon Sport

L'Equipe Ultimo Diez