[Ligue 1] OGC Nice – Paris Saint-Germain : les notes

Nice tombe encore. Après une première période sans rien proposer, un petit sursaut d’orgueil est venu et une fin de match rocambolesque a suivi, la faute à François Letexier. On retiendra tout de même le superbe but de Di Maria.

Les Niçois :

Benitez (5) : Prend trois buts certes, mais sa triple parade en début de match mérite la moyenne.

Burner (4) : Un des seuls niçois qui confirme plus ou moins sa progression.

Dante (4) : Le commandante rétrogradé recrue le soir de ses 36 ans.

Hérelle (4) : La bagarre.

Sarr (Non-noté) : On le notera quand il jouera à son poste. Stop à la stigmatisation de Malang.

Danilo (3) : On sait pas quoi dire, à l’image de sa rencontre.

Cyprien (4) : Coup franc pour Nice, c’est au-dessus. Répéter le mouvement. Carton rouge inexistant pour lui.

Lees-Melou (4) : Ficello, le fromage trop rigolo.

Ganago (5) : L’un des rares qui ose et se voit récompensé.

Claude-Maurice (4) : Probablement pas encore formaté à la Ligue 1 mais le meilleur reste à venir. On note cette jolie feinte de frappe.

Dolberg (4) : On remercie Marquinhos pour la passe décisive.

Les Parisiens :

Navas (5) : Il a été réellement en danger une seule fois, sans pouvoir rien y faire. Dommage.

Meunier (5) : Pas le plus en vue des Parisiens ce soir. L’international belge s’est montré très offensif sans pour autant être servi par Di Maria sur ses débordements.

Silva puis Marquinhos (6 & 4) : Tous deux utilisés en sélection, Tuchel a préféré ménager ses troupes en opérant un changement dès la mi-temps. Si Thiago Silva a fait le boulot, le but de l’espoir niçois est pour Marquinhos.

Kimpembe (5) : Auteur d’un match sérieux, Marqui envoie Presko au charbon sur le but niçois et vient contraster une solide performance, dommage. Comme ses collègues de la Seleçao, il a raflé tous les ballons aériens sur phases arrêtées, sans pour autant tromper Benitez.

Diallo (4) : Impliqué défensivement il a pourtant parfois laissé trop de liberté à Ganago. Notamment sur le centre précédant le but niçois. On attend mieux de lui.

Paredes (6) : Buteur en sélection, l’Argentin s’est offert une seconde titularisation consécutive et engrange de la confiance. Tout simplement supérieur au milieu niçois. Il a parfaitement su orienter le jeu.

Herrera (7) : L’homme de l’ombre. Toujours disponible, infatigable à la récupération et précis dans toutes ses transmissions. Pas mal pour un remplaçant.

Sarabia (7) : L’Espagnol a montré bien belle figure ce soir. Du mouvement, d’excellents choix dans la transmission et une très bonne entente avec Choupo-Moting. Solide. Remplacé par Mbappé, à qui il n’a fallu que cinq ballons pour marquer son retour.

Choupo-Moting (5) : Il est un symbole du nouveau PSG. Celui de la cohésion, du travail, du sérieux. Match intéressant de l’International camerounais, notamment dans la percussion, sans réussite toutefois.

Di Maria (8) : Une finition divine, un lob dantesque et une précision chirurgicale sur coup de pied arrêté. Je vous salue Di Maria pleine de grâce.

Icardi (6) : L’Argentin a finalement su trouver la faille. Bon dans ses décrochages, il offre un caviar à Di Maria sur une déviation dont il a le secret.

Crédit photo : Pascal Della Zuana / Icon Sport.

L'Equipe Ultimo Diez