1

Dans ce choc de la 31ème journée, la surprenante Lazio recevait un Napoli qui voulait garder sa 3ème place. Et à ce petit jeu ce sont les Napolitains qui s’imposent (0-3)

Les Romains

Strakosha  : Comme le nombre de ballons récupérés dans ses filets.

Radu  : Evitons de faire le jeu de mots sur son nom. Parce qu’en vrai, c’est la seule chose que l’on peut dire sur lui ce soir.

Wallace  : L’ancien Monégasque a plus passé de temps à couvrir derrière un Mertens en feu qu’à s’occuper de défendre sa surface. Faudrait lui expliquer le concept.

Bastos  : Il serait actuellement en avis de recherche du côté de Rome suite à son saut dans les airs lors du 2nd but.

Lukaku  : Shanta Future a essayé d’être une solution pour ses partenaires avec le ballon mais est resté assez discret. Sans le ballon, il a vu les tornades espagnoles et albanaises sur son couloir.

Basta  : 2 débordements sur son couloir sur les 2 buts, Insigne qui lui marche dessus tout le long : résumé de la soirée cauchemar de Dusan.

Parolo  : C’est celui qui a le plus proposé et qui n’a pas été avare d’efforts défensivement et offensivement. Mais toute son équipe n’a pas vu le jour pour le suivre.

Murgia  : Il était là ?

Anderson  : Présent sans le ballon pour aider son partenaire, il a tenté de faire remonter le bloc dès la réception du ballon en créant des décalages.

Milinkovic-Savic  : La jeune pépite romaine est en train de grandir au fur et à mesure des matchs. Il a été très pragmatique durant ce match étant celui qui a créé la plus grosse opportunité en 1ère MT

Immobile  : Certes ce n’était pas un match pour lui, mais ce n’est pas pour ça qu’il faut se retrouver dans la poche de Kalidou mon ami.

Les Napolitains

Reina  : la réincarnation de Mr Propre (si on oublie sa sortie niveau district digne d’un Rafik des grands jours)

Hysaj  : une prestation en deça de son niveau habituel, peut et doit mieux faire.

Albiol  : relance, anticipation, placement, impact physique : un Raul en mode patron.

Koulibaly  : aux côtés de l’Espagnol Kalidou continue sa progression exponentielle. L’international sénégalais va sûrement s’éloigner du Vésuve l’été prochain ; la question ne sera pas de savoir où il posera ses valises mais jusqu’où ira sa progression !

Strinic  : Plus sur défensivement que Ghoulam et tout aussi généreux en phase offensive. Logique qu’il ait pris la place du Fenec dans le 11 de Mister Sarri.

Allan  : Sa tête de Sicario n’est pas due au hasard : il est là pour faire le sale boulot et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il le fait merveilleusement bien.

Jorginho  : Le PSG cherche un joueur pour assurer l’après Motta… Nasser suis mon regard…

Hamsik  : pour se pointer sur le terrain avec une coupe de la sorte il faut avoir le talent pour l’éclipser… Marek l’a heureusement pour lui.

Callejon  : Après un début de match compliqué comme ses coéquipiers d’attaque, il vient conclure un mouvement d’école initié par Mertens.

Mertens  : il s’est démené comme un beau diable sur le front de l’attaque napolitaine ; sa générosité a été récompensée sur l’ouverture du score.

Insigne  : comme l’ensemble des attaquants et milieux relayeurs l’attaquant de poche napolitain n’a pas été avare en efforts que ce soit à la création ou au pressing. Sa dépense d’énergie lui a coûté ce brin de lucidité qui lui aurait permis de faire le break juste avant l’entracte de la 31eme symphonie de Sarri. Heureusement pour lui, il a rectifié le tir au retour des vestiaires et a sauvé les siens. Grazie ! Cerise sur le gâteau : un doublé.