0

Match capital et décisif pour le titre que ce choc entre le 3ème, Nice, et le dauphin de Monaco, le PSG. Les parisiens partent favoris de cette confrontation, contre des Niçois qui n’ont jamais perdu à l’Allianz Riviera cette saison. Et les Niçois n’ont toujours pas perdu à la fin des 90 minutes, victoire 3-1. Pour Paris, le titre c’est fini.

Le bande à Lucien

Cardinale  : On aime rire de lui. N’empêche qu’il aura fait un match (et une saison) incroyable. Le plus grand des petits.

Dalbert  : Coupable de nombreux excès de vitesse sur son côté gauche, et de quelques refus d’obtempérer lorsqu’Aurier lui demandait d’arrêter de le violenter.

Dante  : Moins en vue que son collègue en charnière, le brésilien a encore été très important. Surtout du point de vue expérience.

Baysse  : Paulo a été au charbon, n’hésitant pas à aller à la bagarre avec Cavani et Motta. Un cerveau et deux testicules.

Souquet  : Nono est l’une des plus belles réussites du quinquennat Hollande. Passer du chômage à des exploits face à Maxwell en si peu de temps …

Koziello  : Il s’est interposé dans la bagarre Baysse-Cavani. Depuis quand un poids léger tente de séparer Klitschko et Anthony ?

Seri  : Sa non-présence dans la liste des Trophées UNFP montre à quel point ce genre de récompenses est ridicule. Un match incroyable.

Eysseric  : Aurier gneu gneu j’viens de Sevran moi va cauchemarder de Valou pendant quelques jours.

Belhanda  : Il est le meilleur argument pour convaincre la France de ne pas voter Le Pen.

Ricardo  : Il a tout fait aux parisiens, qui ont sans doute vu revenir des spectres du 8 mars dernier …

Super Mario  : Des couilles et du réalisme. The Real MVP.

La bande à Unai

Trapp  : Il a rien eu à gérer mais s’est pris deux buts. Lionel Letizi a du apprécier du banc de touche, sa relève est assurée.

Maxwell : Défendre face à Pereira a été un calvaire, remplacé par Meunier (4) qui est surement resté assis sur le premier but niçois.

Thiago Silva  :  Il a eu du mal à gérer les quelques présences de Balotelli dans sa zone mais a répondu présent sur tout les autres duels. Étrange.

Marquinhos  : VICE CHAMPION MON FRERE

Aurier  : En difficulté à droite et à gauche, Aurier semble être bien parti pour avoir une trajectoire à la Manuel Valls.

Motta  :  Si Il est prolongé avec de tels performances, on pourra dire que Spaggiari a un héritier.

Matuidi  : ON FINIT PAS LE MATCH ARRIERE GAUCHE NOUS?

Verratti  : Sa première mi-temps rassemblait au quotidien d’un chien qu’on promène à la promenade des Anglais. Il a pointé le bout de sa truffe en seconde.

Draxler  : Étincèlent de Janvier à Mars, il est rentré dans le rang avec l’arrivée du Printemps. Julian White Walker Draxler.

Di Maria  : Dans la lignée de ses dernières prestations, il essaye de faire la différence seul. Qu’il se mette au badminton s’il veut des victoires individuelles.

Cavani : Il a traversé le match comme un zombie. Transparent comme dirait Take o Mic