2

« À Paris, je n’ai pas eu assez de temps de jeu. Ici, c’est un club plus familial, j’ai le sentiment que les choses peuvent être différentes. Je sais que si je travaille dur ici, je peux être régulièrement titulaire » Jean Kevin Augustin

C’est par cette phrase que l’ancien Parisien a exprimé sa satisfaction de rejoindre le RB Leipzig. Il a signé le 6 juillet dernier un contrat de 5 ans contre une indemnité de transfert estimée à 13 millions d’euros.

Un départ inéluctable

En début de saison dernière, les suiveurs du PSG gardaient l’espoir de voir le joueur formé au club trouver sa place dans la rotation d’Unai Emery. Étant le seul attaquant de formation derrière Edinson Cavani, il constituait une option évidente pour jouer la doublure de l’uruguayen. Mais un temps de jeu famélique avec seulement 196 minutes en Ligue 1 pour une unique titularisation et une mise à l’écart du groupe professionnel en janvier due à un refus d’être prêté ont eu raison de sa patience. En fin de contrat en 2018, son départ s’est imposé comme la meilleure solution pour le club et pour le joueur.

Champion d’Europe des moins de 19 ans aux côtés de Kylian Mbappé en 2016 et meilleur buteur de la compétition (6 buts), Augustin est bien connu des cellules de recrutements du Vieux Continent. C’est fort logiquement que les prétendants se sont bousculés pour tenter de l’enrôler.

Les plus sérieux d’entre eux : la Juventus, le Borussia Dortmund, et Tottenham. Pourtant c’est finalement le RB Leipzig, vice champion d’Allemagne en titre et pensionnaire de première division depuis seulement un an qui rafle la mise. Ne voulant pas quitter un club où il ne jouait pas pour s’asseoir sur le banc d’un autre, JKA prend la direction de l’ambitieux club du groupe Red Bull.

A Leipzig, Augustin rejoint un participant à la Ligue des champions et réputé pour donner leur chance aux jeunes talents. En ce début de saison, le RBL affiche une moyenne d’âge de 23,37 ans, deuxième total le plus faible des 5 grands championnats européens derrière Lille.

De plus, le club compte dans ses rangs trois autres joueurs français. Il y a là Dayot Upamecano (18 ans), Ibrahima Konaté (18 ans) et Nicolas Fontaine (17 ans). Les deux premiers cités forment d’ailleurs la charnière centrale de l’équipe le 1er octobre lors du déplacement à Cologne (victoire 2-1).

Des débuts remarqués

En Bundesliga, JKA trouve un championnat répondant à ses qualités. Rapide, puissant, bon devant le but et disposant d’une bonne qualité d’appel, elles épousent à merveille la verticalité et la vitesse du jeu qu’on y prône. On ne peut d’ailleurs pas dire que le temps d’adaptation fut très long. Le 27 août pour sa première titularisation face à Fribourg il délivre deux passes décisives et participe activement à la victoire 4-1.

Après ce match, son entraîneur Ralph Hasenhütll déclare : « Il a été un peu malchanceux à la finition mais a déjà été très actif. Son style de jeu est très bien adapté à notre manière de jouer car il recherche beaucoup la verticalité. Je suis heureux pour lui qu’il ait déjà montré qu’il nous rendait meilleur ».

Le 16 septembre, il inscrit son premier but contre Mönchengladbach (2-2) et récidive une semaine plus tard face à Francfort (2-1)

En revanche, en Ligue des Champions les débuts sont difficiles pour lui comme pour son équipe. Novice à ce niveau, le RB vit contre Monaco son premier match européen (1-1) lors duquel il rentre en fin de match. Deux semaines plus tard, les Allemands sombrent dans l’enfer du Vodafone Park de Besiktas (2-0). Titulaire mais sans réponse, JKA ne se distingue pas. Timo Werner, son coéquipier, doit même quitter le terrain en première mi temps, victime de violents maux de têtes dus aux décibels qu’émettent les supporters turques.

Depuis son arrivée en Allemagne, son bilan est de 7 matchs joué pour 5 titularisations, deux buts et deux passes décisives en matchs officiels.

D’un point de vue tactique, JKA a évolué à la pointe droite d’un 4-2-2-2. Le jeu du RB est caractérisé par un pressing intensif et une extrême verticalité dans les passes. Les milieux de terrain transmettent le ballon très rapidement vers l’avant pour placer immédiatement les attaquants dans les zones de décision. Preuve en est, c’est la troisième équipe à tirer le plus aux buts (17,6 tirs/ match) et de loin celle qui dribble le plus (10,7 dribbles par match contre 7,9 au Bayern).

Cette philosophie de jeu correspond à merveille aux qualités de JKA. Timo Werner (21 buts l’an dernier) étant indiscutable à son poste, il doit composer avec la concurrence du danois Yussuf Poulsen pour la place de deuxième attaquant.

Seule ombre au tableau, l’accrochage avec Sylvain Ripoll, le sélectionneur de l’équipe de France espoirs. Des mots déplacés à l’encontre de celui-ci après son remplacement à la mi temps d’un match contre le Chili (1-1) en septembre ont valu à JKA d’être exclu du groupe. Il ne fait aucun doute qu’il aura à cœur de se racheter et de retrouver les bleuets dans les mois à venir.

Trois mois après avoir quitté son cocon parisien, l’attaquant s’est donc rapidement adapté dans l’est de l’Allemagne. Il a marqué, fait marquer et semble très bien intégré au groupe. En témoignent ses vidéos postées sur les réseaux sociaux en compagnie de ses partenaires. En passe de réussir son pari en s’imposant comme titulaire, Jean Kevin Augustin continuera t-il sur sa lancée ? Éléments de réponse cet après-midi pour le déplacement face au Borussia Dortmund, actuel leader du championnat.

 

Par @Milanvrm

 

Photo credits : AFP PHOTO / ROBERT MICHAEL