[Premier League] Manchester United – Manchester City : les notes

Le derby de Manchester battait son plein à Old Trafford. Et dans le théâtre des rêves, c’est bien Manchester United qui s’est imposé, face à de pâles Citizens. L’équipe d’Anthony Martial, encore buteur, est toujours en course pour le top 4 de Premier League.

Les Red Devils :

De Gea (6) : Il a eu le temps de compter le nombre de carreaux sur la pelouse d’Old Trafford. Dix fois. Réveillé par Gabriel Jesus et Riyad Mahrez tout à la fin.

Wan-Bissaka (7) : Dans son garage, à côté du Merco-Benz Classe G et de la Bentley Continental, il y a Zinchenko et Sterling rangés à l’arrache dans un vieux carton.

Lindelöf (7) : Métier : couvrir les largesses du défenseur le plus cher de l’histoire.

Maguire (5) : Il n’a même pas eu besoin d’être bon. Surtout, son âme appartient désormais à un grand attaquant argentin aux cheveux peroxydés.

Shaw (5) : Un comique de répétition balle au pied digne des plus grands. Le PalmaShaw.

Williams (6) : C’était tellement facile de défendre sur un Cancelo sous Xanax, un Foden endimanché et un Bernardo en claquettes, qu’il s’est même permis de peser offensivement.

Matić (7) : Si on s’était dit il y a peu que le retour de Pogba serait plus un casse-tête qu’une bénédiction pour Solskjaer…

Fred (7) : Partout, tout le temps, un Rodri sous le bras et un Gündogan dans la poussette.

Fernandes (7) : Ce malade est en train de changer à lui tout seul le visage d’un des plus gros clubs du monde.

James (4) : Il a réussi à être à contre-temps dans une équipe qui dominait presque complètement son sujet.

Martial (7) : S’il te plait Didier… remplacé par McTominay (6) : qui s’est pris pour Paul Scholes en profitant d’une erreur d’Apoula Edel, qui remplaçait Ederson ce soir.

Les Skyblues :

Ederson (1) : La main aussi molle que ses contrôles, ses passes… on espère pour sa vie de couple que la liste ne s’étend pas plus.

Cancelo (4) : Paratici assassin.

Fernandinho (4) : Note justifiée par les habituelles circonstances atténuantes que sont son poste et les types composant la ligne qu’il est censé mener.

Otamendi (18) : Sa valeur en millions d’euros selon Transfermarkt. Quelque chose nous dit que ce sera compliqué de se refaire sur les 45 briques lâchées pour le faire venir.

Zinchenko (1) : Tchernobyl De Bruyne.

Bernardo Silva (4) : Le Bernardo des mauvais jours. Qui manque de douceur et se laisse secouer par les milieux adverses.

Rodri (4) : Manque de vitesse dans les transmissions, manque de vitesse dans le repli…

Gündogan (5) : Au moins une mi-temps honnête à tenter de dicter le jeu depuis le côté gauche.

Foden (3) : A décidé au nom du sport de s’éclipser, car le Shaw must go on.

Agüero (4) : Trop peu de ballons et pas de solutions. On remet le Kun au frais dès la 60e.

Sterling (3) : A retrouvé sa chambre réservée dans la poche de Wan-Bissaka.

Crédit photo : Icon Sport

0
Share