Actuellement 6e de Serie A, la Roma réalise un début de saison encourageant. Les Gialorossi sont toujours dans la course à la Champions et affichent un niveau intéressant. Dans un collectif parfaitement huilé, quelques joueurs sortent du lot. Parmi eux, Leonardo Spinazzola qui enchaîne les sérieuses prestations depuis plusieurs mois.

Leonardo Spinazzola rejoint la Roma lors de l’été 2019. Les dirigeants Romains opèrent alors un échange: Luca Pellegrini quitte la capitale pour rejoindre Turin, chemin inverse donc pour le natif de Foligno. Une transaction dont beaucoup estiment la Juve gagnante. Pellegrini est annoncé comme le futur du football italien et Spinazzola reste sur une saison moyenne. Un exercice 2018-2019 où le latéral Italien revient à la Juve et ne jouera que douze matches. Son unique fulgurance a lieu contre l’Atletico Madrid en 1/8e de finale de Ligue des champions.

Il faut dire que beaucoup d’espoirs étaient placés en lui. Lors de son aventure à Bergame (2016-2018), Spinazzola est devenu l’une des attractions de l’Atalanta, et même de la Serie A. Sous les ordres de Gasperini, il jouera 57 matches et sera un titulaire indiscutable dans le 3-4-3 du tacticien italien. Mais après son départ, Spinazzola semblait perdu et orphelin du moule bergamasque. Une difficulté que de nombreux joueurs ont rencontré à leur départ de la Dea : Caldara, Conti, Cristante. C’est sûrement l’une des raisons qui explique que ce retour de Spinazzola à Turin s’est ponctué par un échec, avec en plus des blessures récurrentes.

Une impressionnante montée en puissance

À Rome, les débuts de Spinazzola ne sont pas évidents. Il doit faire face en premier lieu à la concurrence. Sur le flanc gauche de la défense romaine évolue Kolarov. Le défenseur serbe s’est imposé comme un cadre de l’équipe depuis trois saisons. Dans le même temps, Spinazzola est gêné par quelques blessures. L’international Italien n’est pas dans son assiette et doit souvent s’exiler en latéral droit. Une première partie de saison 2019-2020 pas évidente. Lors du mercato hivernal, les dirigeants Romains sont à deux doigts de s’en séparer. En effet, un échange est prévu avec l’Inter et Politano. Le transfert se fait finalement pas et va relancer le latéral Romain. Ce dernier s’est même exprimé sur ce transfert avorté : «Après que l’Inter a annulé ce transfert, j’ai changé et je suis revenu meilleur.»

À LIRE AUSSI – La Fiorentina, ce beau bordel

Spinazzola retrouve peu à peu la confiance. Le changement de système tactique de Paulo Fonseca va lui faire énormément de bien. L’entraîneur Portugais met en place un 3-4-2-1 et positionne son numéro 27 comme piston gauche. Après la longue trêve de mars à juin, Spinazzola répond enfin aux attentes. Il disputera 9 matches et monte peu à peu en puissance. En quelques mois, l’ancien Bergamasque a inversé la tendance. Paulo Fonseca en a fait un titulaire indiscutable de son onze. C’est simple, le défenseur italien a été titularisé sur la totalité des rencontres de Serie A cette saison. Une confiance de son entraîneur que Spinazzola rend sur le terrain.

À 27 ans, Spinazzola est au sommet de son art. Il enchaîne les solides prestations et brille sur son couloir gauche. Une zone du terrain qui est véritablement sa maison. Ses qualités techniques lui permettent d’apporter à la construction des offensives romaines. Il ne cesse de multiplier les courses (intelligentes) avec toujours des bons centres à la clé. Spinazzola apporte énormément offensivement, mais n’oublie pas non plus les tâches défensives. Le piston gauche Romain impressionne par son bagage physique qui lui permet aussi de multiplier les courses. Une impressionnante régularité, peu importe l’adversaire : Juve, Hellas, Fiorentina, Sassuolo ou Bologna. Ses statistiques timides (1 but, 3 passes décisives) sont une preuve que le football ne se limite pas à des chiffres. Dans ce 3-4-2-1, il brille comme un poisson dans l’eau. Même sa petite blessure survenue en novembre ne l’a pas freiné.

L’Euro en ligne de mire

Initialement prévu pour l’été 2020 et reporté en raison des conditions sanitaires, l’Euro se déroulera l’été prochain. Un report que Spinazzola voit finalement d’un bon œil. En six mois, son niveau n’a cessé de croître lui permettant de voir son statut changer. Il n’est pas ahurissant de dire que Spinazzola est aujourd’hui le meilleur latéral gauche Italien. Dans ce secteur de jeu, la concurrence est relativement frêle. Des joueurs comme Emerson, Dimarco ou Biraghi ne sont pas aussi performants que le numéro 27 romain cette saison.

Mais la forme en club ne fait pas tout et Spinazzola doit s’intégrer pleinement au système de Roberto Mancini. C’est le cas justement de Biraghi ou Emerson qui ont souvent répondu aux attentes sous la tunique italienne. Au niveau tactique, une question subsiste concernant Spinazzola. Le latéral Romain est souvent moins performant dans une défense à 4 que dans une défense à 5. Dans ce dernier dispositif, Spinazzola évolue un cran plus haut et dispose d’une plus grande liberté. Avec une défense à 4, son apport offensif est forcément moins important.
Le système tactique favori de Roberto Mancini est le 4-3-3. Reste à voir si Spinazzola réussira à s’acclimater à ce dispositif. Lors de sa dernière titularisation avec la Squadra Azzurra contre les Pays-Bas (1-1) en octobre dernier, l’ancien Turinois s’en était plutôt bien sorti.

Une chose est sure, Mancini accorde une grande confiance à Spinazzola. Le sélectionneur italien le convoque à chaque rassemblement depuis un an. Des convocations durant lesquelles Spinazzola n’a pas vraiment eu la chance d’enchaîner les matches. En effet, il a souvent dû quitter le rassemblement pour soigner quelques pépins physiques récurrents. Sur les quatre dernières convocations, le défenseur romain n’a joué que deux matches sur six possibles.

Comme en témoigne son début de saison, Leonardo Spinazzola est sur un nuage. Si son corps le laisse tranquille et qu’il continue sur cette lancée, sa convocation pour l’Euro 2021 sonne comme une évidence. Reste à savoir si Mancini en fera un titulaire. Tant de questions auxquelles il n’est pas encore possible de répondre. Mais le principal concerné reste motivé et se montre confiant à six mois de l’Euro, dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport : «Maintenant, nous rivalisons avec les meilleurs. Nous avons un bon groupe et Mancini nous a transmis de grandes idées.»

Crédit photo : Icon Sport

0