André Silva, l’autre Scottie Pippen

Alors que le monde entier s’est émerveillé de la performance de Cristiano Ronaldo face à l’Espagne, un homme en particulier a apprécié la performance du capitaine du Portugal. Sur le banc de touche durant 90 minutes, André Silva a vu son mentor mettre à terre De Gea trois fois et de fort belle manière. L’attaquant de l’AC Milan a vu Gonçalo Guedes lui chiper sa place pour l’entrée en lice du Portugal. Rien d’alarmant pour le numéro 9 rossonero, son heure va arriver très rapidement.

Apprentissage compliqué.

Celui qui s’est présenté à juste titre comme un des enfants de Fernando Santos vit une période compliquée. André Silva a disputé la saison la plus compliquée de sa jeune carrière. Le buteur de 22 ans a passé une saison sur le banc. Après deux saisons pleines du côté de Porto, le voilà qui débarque l’été dernier du coté de Milanello pour quelques 40 millions. Une offre conséquente que le FC Porto ne pouvait pas refuser. En proie à des gros soucis financiers, les Dragons étaient dans l’obligation de vendre leur joyau malgré l’importance et le jeune âge de son goleador. À Milan, André Silva va découvrir Vicenzo Montella, qui voit en lui un super profil pour un potentiel 4-3-3 ou 3-5-2. Car le jeune Portugais est un joueur relativement complet. Son grand gabarit lui permet d’être un excellent point de fixation pour un joueur plus libre mais il sait aussi se muer en joueur altruiste qui distribue le jeu. C’est en Europa League qu’il va le mieux s’exprimer. Face à la concurrence de Kalinić et Cutrone, il grappille seulement en coupe d’Europe et devient remplaçant dans la réflexion de Montella puis de Gattuso. Malgré cette situation compliquée, André Silva va inscrire 4 buts en 6 matchs d’Europa League.

https://twitter.com/calciomio/status/908394344268419073

Malheureusement, la seconde partie de saison est plus compliquée. Le départ de Montella rend la situation de l’ancien Portista plus compliquée. Gattuso veut relancer Kalinić et aligne Cutrone la majorité du temps. L’ancien milieu rossonero n’a pas hésité à titiller son attaquant pour le remobiliser. « On aurait dit un corps étranger à l’équipe« . grosso modo, André Silva ne fait rien pour s’intégrer dans le collectif. Touché mais pas coulé, il range son frein et voit même son temps de jeu diminuer en coupe d’Europe. Pas démotivé pour autant, il apporte le maximum à chaque entrée en jeu. Ses efforts finissent par être récompensés en fin de saison. Alors que tout le monde l’imagine à la cave, il sort à deux reprises le Milan de la crise. Face au Genoa au Luigi Ferraris en inscrivant un but en fin de match, pareil une semaine plus tard pour la réception du Chievo. Deux buts qui font figure de libération pour lui car ce sont ses premiers en Série A (et derniers). Malgré sa saison médiocre, Fernando Santos compte toujours sur lui et encore plus à l’approche du Mondial.

https://twitter.com/AC_MilanGoalsFR/status/975403176949149696

André Benzema.

12 buts en 21 sélections, rien que ça. Aujourd’hui, André Silva est une des valeurs surs de la Seleção. Et ça, Fernando Santos l’a bien compris. Après l’Euro 2016, l’ingénieur a intronisé l’ancien du FC Porto à la pointe de l’attaque. Le fameux 9 portugais a toujours été un sujet tabou au pays des trois F. Lors du tournoi en France, c’est Nani qui a occupé la pointe de l’attaque avec l’indéboulonnable capitaine Cristiano Ronaldo. Mais l’absence de complémentarité et le peu de contenu offensif était marquant. Avec le déclin de l’ancien ailier de MU et de Fenerbahce, il fallait un nouveau partenaire de jeu. Le changement va se faire naturellement, sauf qu’à la surprise générale, le duo fonctionne comme s’ils avaient joué dix ans ensemble. Les deux vont devenir une des doublettes les plus prolifiques d’Europe. 26 des 37 derniers buts marqués par le Portugal l’ont été par les deux gâchettes. Des statistiques impressionnantes mais logiques tant ils sont complémentaires sur le terrain, « Quand Cristiano reste debout, j’occupe l’espace pour défendre. Quand nous sommes tous les deux sur la pointe, nous nous ouvrons les espaces les uns les autres. »

André Silva connaît son rôle à la perfection et sait comment briller lorsqu’il est titulaire. Lui même le dit, « jouer avec Cristiano est simple », il faut se calquer sur ses mouvements pour soit débloquer une situation, soit trouver un angle de frappe. Le capitaine cherchait un partenaire de jeu, il l’a enfin trouvé avec André Silva. C’est ce qu’il manquait à Cristiano Ronaldo pour enfin briller de mille feux, un joueur qui occupe l’espace comme Benzema le fait si bien au Real Madrid. Un joueur bon techniquement, qui excelle dos au but et a le sens du placement. Si André Silva et Cristiano Ronaldo s’entendent à merveille sur le front de l’attaque, Fernando Santos n’a pas hésité à laisser son buteur sur le banc. La saison médiocre du Milanais a joué contre lui, l’ingénieur ne l’a fait débuté que contre la Tunisie et l’a laissé sur le banc face à la Belgique et l’Algérie. C’est du banc qu’il va voir Cristiano Ronaldo mettre un triplé retentissant. 3 buts pour les Portugais et sans André Silva, Fernando Santos va ensuite rappeler un fondement du football après ce match : «Vous savez les Portugais sont quand même champions d’Europe 2016, avec Ronaldo bien sûr, mais nous n’avons jamais vu un joueur gagner tout seul». Avec cette déclaration, le sélectionneur rappelle que le Portugal est un collectif avant tout. Que ce soit Ronaldo, Guedes ou André Silva qui jouent, c’est le Portugal qui gagne ensemble. Mais Fernando Santos n’est pas dupe, c’est toujours mieux de gagner lorsque l’on a un duo d’attaquant aussi complémentaire, alors c’est André Silva qui devrait logiquement débuter face au Maroc, sa présence en conférence de presse le confirme à demi-mot.

 

Crédit Photo : Zhong Zhenbin / Imaginechina.

« Ce que je sais de la morale, c’est au football que je le dois.»