Antoine Griezmann est-il apprécié à sa juste valeur ?

Du talent à revendre, une belle gueule et un parcours atypique. Antoine Griezmann possédait tous les atouts pour devenir l’idole d’une nation. Et bien que ses accomplissements sous le maillot bleu soient à la hauteur, le joueur de l’Atletico Madrid souffre d’un certain manque de reconnaissance dans son propre pays. Problèmes de communications, style de jeu moins « flamboyant » que certains de ses coéquipiers, comment expliquer ce déficit d’amour pour le natif de Mâcon ?

Ses larmes avaient ému la France entière. En juin 2014, après un quart de finale de Coupe du monde, Antoine Griezmann avait craqué. Touché par l’élimination contre l’Allemagne, le Mâconnais aurait pu à peu de choses ne pas être là ce jour-là. Rejeté des centres de formation français, dont celui de l’OL, à cause de sa taille et de son physique chétif, Antoine n’a pas abandonné. Il a choisi la voie espagnole, du côté de San Sebastián et de la Real Sociedad. Petit à petit, il a gravi les échelons, jusqu’à l’équipe professionnelle. Il a réussi ce que les formateurs français lui avaient dit qu’il ne réussirait pas.


Ce type de parcours, le public français en raffole. Ces histoires atypiques, ces joueurs à qui l’on ne prédisait aucun avenir dans le football professionnel et qui ont déjoué les pronostics, font la magie de ce sport. Franck Ribéry, Mathieu Valbuena ou Steve Savidan, pour ne citer qu’eux, font partie de ces « miraculés » du football qui sont venus toquer, avec plus ou moins de succès, aux portes de l’Équipe de France.

Quand Antoine fait ses premiers pas en Bleus, cela semble être pour le meilleur. Enfin appelé par Didier Deschamps en 2014, il fait partie du voyage au Brésil pour le Mondial. Mieux, il « force » le grand public à le connaître. Avec des prestations abouties, il vient représenter mieux que quiconque ce nouveau souffle qui porte l’équipe de France. Les Français veulent oublier définitivement Knysna et l’insipide Euro 2012. Qui mieux que ce jeune joueur au fort potentiel pour ouvrir une nouvelle page de l’histoire des Bleus ? « Grizou » est au top et profite de cette dynamique pour signer dans un plus gros club : l’Atletico Madrid. Dans la capitale espagnole, le jeune français s’amuse, et s’affirme. Meilleur joueur de Liga et finaliste de la Ligue des champions en 2016, il est de notoriété publique qu’Antoine Griezmann fait partie intégrante des tous meilleurs joueurs du monde.

Dans ces conditions, il est rare qu’un joueur ne soit pas prophète en son pays. Pourtant, depuis quelques années, on peut avoir l’impression que le Colchonero n’est pas reconnu à sa juste valeur par les fans français, alors que son CV et ses performances parlent pour lui.

Un décalage entre communication et performances

Souvent critiqué à ce propos, Antoine Griezmann paye une communication qui a du mal à franchir les frontières. En grand fan de NBA, il a souvent adapté ses méthodes sur celles de ses idoles d’outre-Atlantique. Dans un premier temps en s’affichant fréquemment sur les parquets de la grande ligue de basketball américaine, maillot de l’équipe l’accueillant sur le dos. Il a aussi multiplié les apparitions publicitaires ces dernières années, que ce soit pour des rasoirs, shampooings ou autres téléphones mobiles, au risque de frôler l’outrance.

Mais surtout, l’année passée, à deux jours de l’entrée dans le Mondial de l’Équipe de France, la Movistar, chaîne de télévision espagnole, a annoncé que le choix de Griezmann entre l’Atletico et le Barca serait diffusé dans un documentaire de 52 minutes. Une opération de communication qui a fait grincer des dents tant, selon différents consultants, l’Équipe de France n’avait pas besoin de ce genre de phénomène médiatique à un moment aussi crucial. Un phénomène qui n’a pas semblé déranger Antoine Griezmann, bien au contraire. Outre la victoire finale des Bleus, « Grizou » a été le véritable leader offensif des siens tout au long de la compétition. De par ses excellents déplacements, avec ou sans ballon, son intelligence de jeu et sa qualité technique, ainsi que son incroyable aspect défensif, il a une immense part de responsabilité dans le sacre des siens. Deux ans après un Euro 2016 tout aussi réussi, excepté la finale.

Malgré ces accomplissements, Griezmann ne fait pas totalement l’unanimité. En témoigne le fameux passage de l’émission Tribune Sports dans laquelle le journaliste Xavier Vaution se fait doucement réprimander par la présentatrice Claire Arnoux lorsqu’il demande si il ne faudrait pas penser à Griezmann avant Mbappé lorsque l’on parle du meilleur joueur français. Un extrait anecdotique, du fait que Claire Arnoux ait confirmé qu’il s’agissait d’une « private joke » entre son consultant et elle-même, mais malgré tout symptomatique de ce désamour d’un pays pour son joueur. Depuis le Mondial, Grizou a été cantonné pour le grand public à son rôle de tireur de penaltys, mentionné par exemple dans la célèbre chanson « Ramenez la Coupe à la maison » de Vegedream.

Ces épisodes sont bien évidemment loin d’être représentatif de la pensée de tous les fans français, mais les gens ayant trouvé Antoine Griezmann assez décevant lors du Mondial sont plus nombreux que ce que l’on pourrait croire, le trouvant trop en retrait à leur goût, ou pas assez décisif sur phases non-arrêtées. Mal aimé par certains pour sa communication, incompris par d’autres pour son jeu, et parfois détesté pour ces deux choses, l’attaquant des Bleus rejoint la longue liste des internationaux, anciens ou actuels, plus aimés dans le pays où ils évoluent qu’en France.

De nouveau au cœur de rumeurs l’annonçant au FC Barcelone l’été prochain, l’attitude du Français sera à observer de près ces prochaines semaines, même s’il est peu probable qu’il fasse un nouveau documentaire en cas de départ dans les prochains mois.

Crédit photo : Franck Fife / AFP.

J'arrive toujours soigné comme une passe de Toni Kroos.