Un célèbre grand coach rhodanien l’a dit: « Dans la vie, y’a qu’une chose qui est inéluctable, c’est la Gazette le lundi ». Oui, mardi dernier était juste l’exception qui confirme la règle. Voici votre condensé du week-end foot :

L’Affiche

PSG – AS Monaco

Honnêtement, ce match n’était pas dans notre short-list des rencontres candidates à cette rubrique. Dire que ce match a étonné est un euphémisme, tant tout le monde s’attendait à une nouvelle déculottée infligée par les Parisiens, surtout après l’ouverture du score de Neymar au bout de deux minutes. Vexés, les Monégasques se sont rebiffés et ont obligé le Brésilien à sortir le grand jeu… quand les défenses des deux équipes et le milieu parisien coulaient à pic. 3-2 à la pause, Slimani qui arrache l’égalisation en seconde période, et une fin de match en roue libre totale. Un joyeux bazar qui a néanmoins ravi le Parc. La manche aller (incohérence du calendrier) sur le Rocher ce mercredi fait déjà saliver…

 

Le Fuoriclasse

Sergio Agüero (Manchester City)

Encore un triplé pour le meilleur buteur de l’histoire des Cityzens dans la large victoire des hommes de Guardiola sur la pelouse d’Aston Villa (1-6). Et ce n’est pas tout. Il détient désormais le record de triplés du championnat (12) et dépasse Alan Shearer. Comme si cela ne suffisait pas, il double la légende Thierry Henry pour devenir le meilleur buteur étranger de l’histoire de la Premier League (177), et rejoint également Frank Lampard à la quatrième place du classement général. Le Kun, à la table des grands.

 

L’Ultimo XI

 

Thibaut Courtois (Real Madrid) : Dans une forme olympique depuis plusieurs semaines, il a réalisé plusieurs parades décisives, dégoûtant les attaquants colchoneros, avant d’arrêter le penalty de Thomas Partey lors de la séance décisive.

Reece James (Chelsea FC) : Il a allumé la machine à galettes face à Burnley, Tammy Abraham ne s’en plaindra pas.

Pablo Martinez (Nîmes Olympique) : Les Crocodiles vont (un petit peu) mieux. La preuve ce week-end avec une belle victoire face au toujours difficile à manœuvrer Stade de Reims. Et en préservant leurs cages inviolées en prime. Pablo Martinez n’y est pas étranger, et on a enfin semblé retrouver le défenseur combatif qui a fait les beaux jours de Strasbourg jusqu’à l’an dernier.

Wesley Lautoa (Dijon FC) : Si le club de Côte d’Or a pu tenir à 10 contre 11 face au LOSC avant d’aller chercher la victoire, c’est notamment grâce à son défenseur central qui a été impérial face aux assauts des Dogues. Patron.

Robin Gosens (Atalanta) : L’Inter y passe aussi, ça fait beaucoup là, Joachim.

Maxence Caqueret (OL) : Le jeune milieu lyonnais a complètement dominé son sujet face à des Bordelais peu inspirés. Aussi à l’aise à la récupération que comme rampe de lancement, l’avenir est prometteur pour le jeune Maxence.

Seko Fofana (Udinese) : L’Ivoirien enchaîne les prestations de haute volée en Serie A. Face à Sassuolo (3-0), il offre deux nouvelles offrandes à ses compères zebrette. Insatiable.

Juan Mata (Manchester United) : Deux offrandes dans le même match, ça n’arrive pas si souvent du côté des Red Devils. L’Espagnol a ravivé une étincelle de jeu dans le onze d’OGS.

Roberto Firmino (Liverpool) : Il doit faire partie de cette caste de joueurs qui voient le jeu se dérouler au ralenti lors des moments décisifs. Son contrôle orienté face à Serge Aurier juste avant de marquer le but vainqueur en atteste. 

Fabio Quagliarella (Sampdoria) : Après Luca Toni, voici le dernier attaquant italien en date à se bonifier avec l’âge et à empiler les buts bien après ses 30 ans. Encore un doublé pour lui dans la large victoire de sa Sampdoria face à Brescia (5-1), dont un sublime lob plein de touché.

Sergio Agüero (Manchester City): voir rubrique “Le Fuoriclasse”

 

Die Mannschaft

Liverpool FC

Le club de Jürgen Klopp ne s’arrête plus, et vraiment personne ne semble en mesure de leur tenir tête. Au point que Liverpool commence doucement à réaliser des choses insensées. Ils sont tout simplement devenus ce week-end, en s’imposant 1-0 face à Tottenham, la première équipe de l’histoire en Europe à prendre 61 points sur les 21 premiers matchs de championnat. Sur 63 points possible. On ne voit ce genre de choses que dans les carrières à FIFA normalement.

photo : IconSport

Le Golazo

Hiang’a Mananga Mbock (Stade Brestois)

Le Toulouse Football Club n’a pas vraiment besoin d’aide pour côtoyer les bas-fonds du football mondial ces derniers temps. Mais le jeune milieu brestois Mbock a décidé de les enfoncer encore un peu plus, et d’effacer des mémoires le bon début de match des Violets. Digne des plus belles feuilles mortes aperçues dans “Olive & Tom”, on a là un candidat sérieux au plus beau but de la saison de Ligue 1. 

 

Le Mister

Gian Piero Gasperini (Atalanta)

Il est peu dire que le travail réalisé par le technicien italien en Lombardie est colossal, et ce depuis plusieurs saisons. Chaque semaine ou presque, peu importe l’adversaire, peu importe le système qu’on lui oppose, son Atalanta déroule un football admirable. Le jeu pour le jeu, l’envie de récupérer au plus haut et au plus tôt le ballon sitôt qu’il est perdu, des défenseurs qui participent à la circulation au milieu du terrain et une attaque de feu. Après avoir fait mettre un genou à terre à l’Inter (voir « l’Enjeu »), on en a la confirmation : Le Gasp’ ne sera pas si facile à sortir de la Ligue des Champions, et l’empêcher d’y revenir le sera encore plus.

 

L’Enjeu

Italie, un week-end en apnée

Multiples chocs, spectacles et drames étaient au programme en Serie A. Bilan de ces deux jours : un top 5 qui se détache et bon nombre d’équipe à l’affût pour le 6e et dernier ticket européen. Tout là-haut, l’Inter s’est fait très peur à San Siro contre l’Atalanta. Si Lautaro a vite ouvert le score, on retiendra surtout son improbable plaquage sur Palomino qui a empêché l’égalisation avant la pause. Ultra-dominés, les Intéristes ont fini par craquer devant Gosens, et s’en sont remis à Handanovic pour repousser un penalty à quelques instants de la fin. Attention, la Dea est en feu, les nerazzurri limitent la casse. Un résultat qui fait les affaires de la Juventus, qui s’impose à l’Olimpico contre la Roma (1-2) dans une soirée plus marquée par les sorties sur blessure de Zaniolo et Demiral en première période, tous deux touchés aux ligaments croisés du genou et privés d’Euro… Enfin, la Lazio a tremblé mais a gagné pour ses 120 ans, Immobile profitant d’une énorme boulette d’Ospina et Di Lorenzo. Les Aquile restent 3e, tandis que les napolitains voient le Milan leur passer devant grâce à Zlatan, buteur face à un Cagliari en chute libre, relançant la course à l’Europe. Parme et le Torino, vainqueurs, sont également en embuscade.

 

 

La Déception

La Supercoupe d’Espagne

Cette semaine se tenait la première édition de la nouvelle formule de la Supercoupe d’Espagne. Et elle risque fort de s’ajouter comme une nouvelle tâche dans le mandat déjà bien décrié de l’homme fort du football espagnol Luis Rubiales. Voici un petit bilan : 

  • Déraciner la compétition et participer à l’entreprise politique de “soft power” d’un pays aussi décrié que l’Arabie Saoudite, nouveau pays hôte.
  • Seuls 9% des billets dévolus aux supporters espagnols ont été vendus, demi-finales et finale comprises.
  • Se retrouver avec une finale opposant deux équipes n’ayant gagné aucun titre lors de la saison précédente. Quel-est l’intérêt d’une Supercoupe si elle n’oppose pas les clubs primés lors du dernier exercice ?
  • Une finale fermée avec de nombreux joueurs fatigués par un voyage imposé dans une période connue pour être déjà chargée en matchs et en compétitions.

Olé.

 

La Décla

Pep Guardiola

Journaliste : “Agüero est-il le meilleur attaquant que vous avez dirigé ?”

Guardiola : “Le meilleur est Messi.”

Journaliste : “Est-ce qu’Agüero est tout de même le meilleur numéro 9 ?”

Guardiola :  “Messi est numéro 9, numéro 10, numéro 11, numéro 7, numéro 6, numéro 5, numéro 4…”

Au moins c’est clair.

 

Le dérapage

Federico Valverde (Real Madrid)

Pour certains c’est le genre de geste qui n’a rien à faire sur un terrain de football. Pour d’autres, c’est la quintessence de l’esprit collectif, le sacrifice d’un joueur pour faire gagner son équipe. C’est certainement la vision de Federico Valverde, étoile montante du Real Madrid, qui a pris sur lui la décision de commettre cet attentat sur un Alvaro Morata lancé vers le but à cinq minutes du terme des prolongations de la finale de la Supercoupe d’Espagne. Plutôt que de prendre le risque que l’attaquant colchonero offre le titre à son équipe, Valverde a choisi de faire le sale travail, d’être sous le feu des critiques pendant quelques temps. Mais ce geste vaut notamment un trophée d’homme du match et une breloque en plus dans la vitrine déjà bien garnie du club de son coeur. Même Simeone salue.

 

Le Contre-Pied

Géométrie variable à Vérone

On avait déjà vu les soucis d’éclairage, les embouteillages à l’entrée du stade ou les problèmes de clés de vestiaires. Ce dimanche, l’Hellas Vérone est venu ajouter sa ligne au palmarès des retards de match les plus incongrus. 

Lors de l’affiche face au Genoa (2-1) au stade Marcantonio-Bentegodi, l’arbitre de la recontre, Maurizio Mariani, a décidé de repousser le coup d’envoi à cause… des lignes. Apparemment, le jardinier local s’était un peu laisser aller sur le tracé. Il a donc fallu corriger le tir à la va vite avant de commencer à jouer. Tout le monde ne peut pas se payer Jonathan Calderwood, murmure-t-on vers la porte d’Auteuil.

photo : IconSport / Paola Garbuio

Le Geste

Thomas Mangani

La star locale, le Ney du maine et Loire. Habitué à nous sortir quelques gestes plutôt sympa de temps à autres dans notre bonne vieille Ligue 1, le n°5 angevin nous a offert un petit délice pour les yeux. Enfin surtout à Sada Thioub qui a pu aller ouvrir le score derrière face à l’OGC Nice.

https://twitter.com/VelosoHD/status/1216085277552324608?s=19&fbclid=IwAR0YduB9IxoOvfyIhkVeubS1sLvzxBR-ENPRQKz2gRoae1BStodfPECbgDw

 

Le Chiffre

16 : Maudite Louve

Le terrible verdict est tombé dans la soirée. Après sa sortie dans le choc contre la Juventus (1-2), Nicolo Zaniolo souffre bel et bien d’une rupture des ligaments croisés. Triste nouvelle pour le club giallorosso mais également pour la sélection italienne qui devra se passer de son jeune prodige pour l’Euro 2020. 

Après Davide Zappacosta en début de saison, la Louve enregistre la perte d’un deuxième joueur pour une rupture ligamentaire. Sur les 5 dernières saison, il s’agit du 16e joueur concerné par une telle blessure. Florenzi, Strootman, Rudiger, Emerson Palmieri, Mario Rui, Pellegrini étaient notamment passés par ce chemin de croix. Quand on vous dit malédiction.

photo : IconSport / Fabio Rossi

La Tribune

La Lazio à la fête

120 ans d’amour… et un tifo magistral en guise de célébration. La curva Nord et les distinti du Stadio Olimpico ont sorti le grand jeu pour souffler les 120 bougies du club laziale. 

Lors du show d’avant match, les biancocelesti ont honoré leurs légendes en tribune.  Piola, Chinaglia, Fiorini, Mihajlovic, Nesta, Inzaghi…tour à tour les anciennes gloires de l’institution romaine ont défilé sur l’écran géant de la Curva, au milieu de l’immense tifo. L’Olimpico qu’on aime.

photo : IconSport / Alfredo Falcone

0
Share

L'Equipe Ultimo Diez