Encore sur le banc ce week-end contre le Torino (4-2), Eriksen traverse une période délicate à l’Inter. Depuis son arrivée en Lombardie en janvier dernier, l’international Danois n’arrive pas à s’imposer et sa relation avec Antonio Conte s’envenime.

Après six saisons et demie passées à Tottenham, Eriksen décide de voir si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs. Très convoité, le natif de Middelfart pose ses valises à Milan. Pour s’attacher les services du danois, les dirigeants milanais déboursent près de 27 millions d’euros. L’Inter Milan pense alors avoir réalisé une belle opération. En effet, Eriksen brille sur les pelouses anglaises. Avec les Spurs, il aura disputé 305 matchs pour 69 buts inscrits et 89 passes décisives. Sous les ordres de Mauricio Pochettino et aux côtés de Kane, Alli et Son, Christian Eriksen a été un des éléments essentiels du renouveau des Londoniens. En six ans, le club n’a cessé de progresser en se hissant même jusqu’à la finale de Ligue des Champions en 2019.

Un problème avant tout tactique

Avec du recul, cet échec est finalement logique en vue des discordances entre le style de jeu d’Eriksen et la philosophie d’Antonio Conte. Adepte du 3-5-2, le tacticien italien utilise donc un système sans véritable trequartista. Un système de jeu qui a fait ses preuves, mais avec des principes manichéens, basés sur la rigueur tactique. Les milieux en sont les pierres angulaires, et doivent multiplier les efforts aussi bien en phase offensive que défensive.

Christian Eriksen est un joueur qui a besoin d’une grande liberté. À Tottenham, ses efforts défensifs étaient relativement faibles, ce qui lui permettait de se concentrer uniquement sur l’attaque. L’adaptation est donc très difficile pour l’international Danois. L’approche tactique est différente de celle qu’il a connue avec Pochettino. La situation sanitaire n’a pas favorisé son adaptation. Depuis son arrivée, Eriksen a disputé 33 matchs (dont 15 en titulaires) pour 4 buts et 3 passes décisives. Cette saison, l’ancien joueur de l’Ajax n’a pas toujours pas ouvert son compteur de buts et de passes décisives.

Antonio Conte a essayé d’adapter son système, pour introniser du mieux possible sa nouvelle recrue. L’ancien sélectionneur italien va mettre en place à plusieurs reprise un 4-3-1-2, permettant à Eriksen d’évoluer en meneur de jeu. Mais ce choix ne va pas s’avérer payant. Si dans sa position préférentielle le danois se montre plus à l’aise, ses prestations restent tout de même décevantes. Ses rares grosses prestations se comptent sur les doigts d’une main: contre la Samp (2-1) et le Napoli (2-0) en fin de saison dernière. De plus, ce système ne correspond pas vraiment aux autres profils de l’équipe.

Au milieu de terrain, l’Inter est dotée d’une forte concurrence avec des profils qui correspondent parfaitement au système de jeu d’Antonio Conte. Les Brozovic, Vidal ou Gagliardini s’acclimatent à ce système tactique, tout le contraire d’Eriksen. La situation ne devrait pas s’arranger pour le numéro 24 Nerazzurro. En effet, Stefano Sensi sera de retour sur les terrains dans les prochaines semaines.

Le début des embrouilles

Avec une situation sportive aussi délicate, il est inévitable que quelques tensions émanent en interne. Christian Eriksen s’est exprimé sur sa situation: «Je ne vis pas ce dont je rêvais (…) les gens aimeraient me voir jouer et moi aussi. Mais l’entraîneur a des idées différentes et je dois les respecter». De son côté, Antonio Conte reproche à son milieu danois son attitude et son manque d’implication. Le 31 octobre dernier lors de la réception de Parma (2-2), le tacticien de 51 ans a été furieux contre Eriksen, car ce dernier prenait trop de temps pour aller tirer un corner alors que son équipe était menée. Résultat, Conte sortira Eriksen peu avant l’heure de jeu.

Bons nombres de personnes pensent qu’un conflit existe entre les deux hommes. Mais l’ancien entraîneur de la Juve estime avant tout faire des choix avant tout pour le bien de l’équipe: «Eriksen veut jouer davantage? Tous les choix que je fais sont toujours pour le bien de l’Inter et non pour le bien d’un seul joueur ». Opposé au Danemark avec la Belgique (4-2), Lukaku attend beaucoup de son coéquipier scandinave: «Eriksen a toutes les qualités pour devenir un champion et je veux l’aider. Il y a des joueurs qui mettent plus de temps à s’adapter au football italien (…) s’il apprenait l’italien, il pourrait mieux communiquer et participer d’avantage au travail de l’équipe ».

Un divorce inévitable?

Forcément, les rumeurs de départs se multiplient ces dernières semaines. Une chose est certaine, les dirigeants lombards ne négocieront uniquement pour une vente définitive. Ces derniers attendent une offre autour de 30 à 35 millions d’euros pour laisser partir Eriksen. Une requête gourmande en vue de la situation sportive du joueur, mais qui s’explique par cet investissement conséquent sur celui-ci lors du dernier mercato estival.
Giuseppe Marotta ouvre la porte à un possible départ de l’international Danois dès cet hiver: «Nous ne devons pas retenir un joueur qui souhaite être transféré ».

Âgé de 28 ans, Eriksen est encore en pleine force de l’âge et reste très convoité. Logiquement, il y a du monde au balcon: Arsenal, le Real Madrid, le Milan ou encore le PSG. C’est cette dernière hypothèse qui alimente les médias transalpins depuis plusieurs jours. Les Parisiens souhaitent proposer la formule d’un échange avec Paredes. Une idée que l’Inter ne voit pas forcément d’un mauvais œil, Antonio Conte apprécie le profil du milieu argentin. De plus, le PSG et l’Inter entretiennent de bons rapports.

Autre possibilité, celle de voir Christian Eriksen rester en Lombardie. Actuellement remplaçant, cette situation ne valorise pas son image. Les clubs restent très sceptiques à investir 30 millions d’euros cet hiver sur un joueur qui n’a joué que sept matchs depuis le début de saison. Sous contrat jusqu’en 2024, Eriksen a encore tout à prouver. Mais son avenir à Milan est compromis tant que Conte est aux commandes. Un départ du tacticien italien n’est pas impossible, d’autant plus qu’il s’est à plusieurs reprises accroché avec la direction milanaise. Dans les mois à venir, la direction de l’Inter devra faire un choix: Christian Eriksen ou Antonio Conte.

Crédit photo : Spi / Icon Sport

0